Changer le taux vibratoire – Chaque action et même chaque non-action a un impact sur tous les plans énergétiques


Augmenter le taux vibratoire (Partie 2)

Changer le taux vibratoire

Changer le taux vibratoire est un travail fastidieux, plein de détails complexes et un processus long – tout est lié et inséparable, comme les rayons artistiques de ce mandala.

Chaque action ou même chaque non-action dans notre vie crée une énergie. Les deux ont donc un impact sur plusieurs ou même sur tous nos plans énergétiques et contribuent à changer le taux vibratoire, vers le bas ou vers le haut.

La non-action nécessite beaucoup plus d’énergie que l’on s’imagine, et en même temps, son influence sur les plans vibratoires est autant importante que l’action elle-même. Changer le taux vibratoire se passe donc par agir, mais également par “rien faire”.

L’action positive demande une réflexion sur les conséquences, une intuition et une décision sur la façon d’agir. La non-action par contre se caractérise par une attention complète et une observation de la situation. Pendant cette observation, l’observateur subit une transformation. Il est également obligé de prendre une décision : il décide de rien faire. Cette décision peut être positive ou négative, par exemple, si nous décidons de ne pas aider à un animal blessé à côté de la route et nous continuons notre chemin parce que nous sommes pressés, cette décision de non-action est absolument négative et crée des énergies négatives. Contrairement, si la non-action consiste à contempler la nature et réfléchir calmement sur sa vie, sans se laisser distraire, cela sera plutôt positif.

Encore une fois, il est important de noter que les plans énergétiques ne sont séparés et isolés, mais dépendants l’un de l’autre. Même si une action semble donc être très matérielle ou au contraire très spirituel, elle aura une influence sur tous les niveaux et contribuera à y changer le taux vibratoire.

On peut s’imaginer les niveaux vibratoires comme les niveaux scolaires

Pour une meilleure imagination et très schématiquement, les plans énergétiques peuvent être divisés suivant leurs valeurs UB (unités Bovis).

Mais essayons d’éviter à s’imaginer des couches précises, séparées géographiquement à des endroits divers. On parle ici de couches énergétiques de différentes dimensions et vibrations, toutes mélangées et entremêlées. Il faut donc les différencier selon la qualité de leur vibration.

Imaginons, par exemple, la cour d’un grand centre scolaire plein d’enfants et de jeunes (nos particules d’énergie). On y trouve des enfants / ados de tous les niveaux scolaires : en commençant par la maternelle, en passant par l’école et le collège, jusqu’à la terminale du lycée. Il y a également quelques étudiants d’université.

Chacun a donc un niveau scolaire différent (ce qui représente nos vibrations du plus bas au plus haut), mais géographiquement, ils se trouvent tous dans la même cour. Nos plans énergétiques avec les vibrations bien variées sont liés à nous, mais ils sont partout ; il n’y a pas de couches proprement dites. Chaque niveau appartient à sa propre dimension et doit être exploité et traité différemment. 

Quel impact pour quelle action (et non-action) ?

  • Agir sur le plan physique a un impact sur le plan matériel. En agissant sur le plan strictement physique, nous influençons les unités Bovis allant de 0 – environ 18 000 UB, mais pas seulement. Puisque nous vivons dans un monde matériel et physique, il faut considérer ce plan comme notre outil principal sur Terre pour accéder aux autres niveaux supérieurs. Cela se passe en créant des énergies à partir du matériel qui sont plus « nobles » et qui augmentent les vibrations.

Voici quelques exemples.

En adaptant une alimentation saine qui évite une maladie est plutôt physique et concerne surtout notre corps (qui, lui, gardera une vibration élevée puisqu’il est en bonne santé). Mais l’alimentation saine et le corps sain auront un impact sur notre aura et nos chakras qui sont sur le plan énergétique. Des dégâts éventuels comme de trous pourront se refermer grâce à l’énergie de l’alimentation vivante qui possède une vibration élevée.

Prenons un autre exemple : nous aidons quelqu’un en lui donnant de l’argent. Certes, l’argent est matériel, mais en même temps, on crée des émotions positives en aidant, on peut diminuer notre égoïsme, sauter par-dessus notre ombre (doutes, réticence, jalousie), on peut aider à réaliser un rêve de l’autre personne qui la fait avancer dans la vie, on peut créer un lien personnel fort avec ladite personne, etc. On remarque donc très vite que l’argent est surtout et SEULEMENT L’EXPRESSION MATÉRIELLE ET PHYSIQUE d’un état émotionnel et d’un échange interpersonnel. Bien sûr, l’argent peut également être l’expression matérielle négative, pour financer des drogues, une guerre, la destruction, etc. Dans ce cas, il crée des vibrations négatives qui ont un impact sur beaucoup d’êtres humains dans un sens destructif.

  • Agir sur les plans émotionnel et psychologique a un impact sur tous les niveaux. Les plans émotionnel et psychologique peuvent couvrir toute la palette des unités Bovis, en commençant très bas avec des états émotionnels ou psychologiques négatifs (peur, haine, colère, jalousie, etc.), et en allant vers le très haut, dépendant la qualité de nos émotions. Tout au bout de l’échelle, on retrouve l’Amour inconditionnel pour tout et tout le monde.

Ces plans peuvent être considérés comme une liaison qui unit le monde matériel (plan physique) à basse vibration aux plans supérieurs. Les émotions et nos états mentaux sont bien visibles et peuvent être ressentis par tout le monde, mais nos émotions créent des énergies fortes qui influent sur les plans énergétique et même spirituel et peuvent les modifier de façon importante, dépendant de la qualité de nos émotions. Nos émotions figurent comme des « ponts spirituels ».

  • Agir sur le plan énergétique permet de changer le taux vibratoire 18 000 – 36 000 UB. En agissant sur notre qi (énergie vitale), en influençant notre aura et nos chakras, nous avons un impact dans les deux directions : nous influençons le plan physique et, en conséquence, notre santé qui peut s’améliorer, mais nous affectons en même temps les plans supérieurs avec notre ouverture d’esprit (le simple fait de s’occuper de ce plan énergétique et de faire quelque chose montre un intérêt spirituel).

Agir sur le plan énergétique

  • Agir sur le plan spirituel a un impact sur tous les niveaux. Le plan le plus haut est le plan spirituel. On atteint ce plan à partir de 36 000 UB. Vers le haut, il n’y a quasiment pas de limites, une personne spirituellement développée peut atteindre sans problème les 100 000 UB et plus. Atteindre et travailler sur ce plan-ci est sans doute la tâche la plus difficile de toutes. Cela nous demandera un vrai travail intérieur, il faudra être très ouvert d’esprit et accepter qu’il existe autre chose dans l’Univers que la substance matérielle prouvée par les sciences – et tout cela sans tomber dans une des religions dogmatiques qui sont également largement dépassées (et ne poursuivent de loin pas toujours le but d’augmenter nos vibrations, mais de dominer les êtres humains pour atteindre leurs buts). Ces recherches, ces apprentissages et le processus complet peuvent ébranler nos convictions intérieures jusqu’à leurs fondations les plus profondees.

 Revenons à notre vie quotidienne. Quelles sont nos activités sur le plan physique qui contribuent à changer le taux vibratoire (sur le plan physique, mais également sur les plans supérieurs), en positif ou en négatif ? Les possibilités sont infinies, puisque chaque acte et chaque non-action a une conséquence énergétique qui y est liée.

Nous pouvons changer le taux vibratoire par nos actions et non-actions du quotidien

Citons quelques éléments typiques de notre vie quotidienne que nous pourrons influencer nous-mêmes pour changer le taux vibratoire :

  • Notre alimentation : il joue un rôle si notre alimentation quotidienne est naturelle et vivante, ou plutôt artificielle, raffinée et industrielle, dépourvue de tout composant vital. Une bonne alimentation naturelle et saine augmente le taux vibratoire par ses propres vibrations élevées, par contre une alimentation industrielle et morte le diminue ; ce sont des aliments qui ne possèdent plus aucune vibration ou très, très peu. Automatiquement, ces aliments-là tirent notre vibration initiale vers le bas. Une alimentation qui augmente notre taux vibratoire devrait être composée d’aliments biogéniques et bioactifs. Les aliments biostatiques et biocidiques peuvent abaisser et détruire nos vibrations élevées ; à long terme, les maladies chroniques s’installeront.
  • Nos activités physiques : une activité physique (cela ne doit pas nécessairement être du sport proprement dit) a un impact important sur notre santé et notre équilibre mental. Au contraire, la sédentarité ralentit le flux énergétique.
  • Notre connexion avec la nature : marcher dans la nature, faire du jardinage ou s’occuper d’un animal bien-aimé nous aide à changer le taux vibratoire de façon positive, sur plusieurs niveaux (physique, émotionnel et énergétique). Un séjour dans la nature peut même s’avérer très spirituel et apporter des réponses qui illuminent des questions pertinentes de la vie.
  • La qualité et la durée de notre sommeil : autant notre organisme que notre énergie vitale ont besoin de « recharger les batteries » et d’un rééquilibrage pendant la nuit. Un sommeil régulier et suffisant est nécessaire et indispensable.
  • Notre profession / travail : ceci est un thème complexe et peut attribuer à changer le taux vibratoire à tous les niveaux. Notre santé physique dépendra des activités pendant le travail (sédentaire, travail physique), notre santé émotionnelle dépendra des personnes qui nous entourent et qui nous mettent peut-être sous pression. Notre spiritualité peut se développer selon la profondeur et le but du travail que l’on effectue et, surtout, comment chaque individu le ressent. Le burn-out affectera beaucoup plus une personne qui se sent superflue et qui ne fait qu’un travail peu valorisant qu’une personne qui travaille sur un « grand » but qu’elle soutient de tout son âme. Bien sûr, cette appréciation est très individuelle et personnelle : une personne peut trouver sa destination dans une profession qu’une autre détesterait de tout son cœur … La profondeur n’a bien sûr rien à voir avec le salaire dégagé, un président d’un grand groupe peut avoir une mission plus « vide » et plus inutile de côté vibratoire qu’un métier quotidien.
  • Nos contacts sociaux – la famille, les amis, les collègues : comme pour le travail, le contact avec les personnes qui nous entourent nous amène chaque jour de nouveaux défis, plus ou moins profonds sur tous les niveaux. Si nous réussissons à maîtriser ces situation en créant du positif, de l’agréable et en trouvant des solutions qui font du bien à tout le monde, nous pouvons changer notre taux vibratoire vers le haut ce qui aura un impact important sur tous les plans vibratoires. Par contre, si notre quotidien se réduit à se disputer, à s’énerver, peut-être à même avoir peur, le contraire se produira, et nos relations avec certaines personnes seront la source de problèmes vibratoires.
  • Notre habitat : le lieu géographique où nous habitons / travaillons, l’immeuble lui-même, l’entourage, les voisins – tout ceci a un impact important sur notre santé, le mental et l’émotionnel. On peut citer des exemples tels que la pollution environnementale du lieu ou de la ville, la nuisance sonore, la pollution chimique de l’habitation elle-même (matériel de construction, traitement des meubles), la relation avec les voisins (amicale ou au contraire stressante et énervante), etc. De l’autre côté, si notre domicile nous permet à nous reposer, à nous ressourcer en harmonie et en tranquillité, à mettre de l’ordre dans nos idées et nos pensées, cela nous aidera à monter nos vibrations.
  • Nos dépendances de substances dangereuses : cela peuvent être le tabac, l’alcool, les drogues, les médicaments parfois superflus, mais également la dépendance de certains aliments tels que le sucre ou le junk food. Toute dépendance nous prend littéralement la liberté de pouvoir choisir dans la vie. De plus, quand on n’a pas accès au produit tant convoité, les émotions négatives et la nervosité agissent de façon très négative sur nos plans énergétiques.
  • Notre niveau de stress et gestion des problèmes : nombreuses sont les situations qui nous mettent chaque jour dans un état de stress. Cela peut être le travail, mais également la famille, le partenaire dans le couple, une situation concrète dans la vie, les amis, etc. Le stress change notre taux vibratoire toujours et inévitablement dans le négatif. Donc, plus on apprend à gérer ces situations qui nous stressent et à les convertir dans du positif, plus notre taux vibratoire augmentera au lieu de diminuer.
  • Notre conditionnement par les médias de masse « mainstream » : les médias qui incluent les publicités, les jeux de console et de Pc, la musique, les films, les réseaux sociaux et même la politique ne sont pas toujours très favorables à changer le taux vibratoire. Chaque groupe de ces médias peut être sans sens profond, violent, vulgaire, inutile, ou, pour la politique et les nouvelles économiques, inquiétant ou même affolant. Nous perdons parfois des heures à rien faire, sans résultat véritable pour l’âme. Les réseaux sociaux sont un très bon exemple. En étant critique, est-il toujours très utile ce que l’on fait pendant des heures = ? Est-il vraiment tellement important ce que les autres disent ou pensent ? C’est clair qu’il faut rester informé à une certaine mesure, mais il faudrait essayer d’éviter à perdre trop de notre temps précieux. Et, cela est surtout valable pour la jeune génération, il faut avoir le courage de se développer individuellement, montrer sa propre personnalité et agir selon sa propre conscience, sans toujours s’inquiéter sur la réaction des amis (que l’on ne connaît même pas) sur les réseaux anonymes.

De l’autre côté, il y a de grandes quantités d’informations et de médias divertissants de haute qualité qui nous soutiennent dans nos valeurs et qui aident à augmenter nos plans énergétiques. Il faut donc bien filtrer notre consommation et privilégier la qualité avant la quantité. Il existe des milliers de bons films qui nous rendent heureux à leur fin et qui nous font réfléchir, de bonne musique harmonieuse qui est encore faite par de vrais musiciens et qui touchent notre cœur, et d’amusement (même des jeux-vidéos) où le but ultime n’est pas à s’entretuer.

Médias

Actuellement, avant d’être submergé par les médias omniprésents avec leurs informations incessantes et souvent médiocres et inutiles, un filtrage sévère de leur qualité et de leur quantité s’impose pour préserver le niveau de notre taux vibratoire et éviter la confrontation permanente avec la violence, les futilités et le superflu.

  • Les champs / ondes électromagnétiques qui nous entourent : Les ondes électromagnétiques artificiels qui émanent par les systèmes de télécommunication (WiFi, WLan), mais également les micro-ondes, les lignes à haute tension ou à basse tension qui passent à l’extérieur à l’intérieur de la maison, ont toutes sans exception un impact négatif sur notre taux vibratoire. Bien sûr, dans le monde d’aujourd’hui, leur utilisation est souvent inévitable, mais il faudrait quand-même essayer de limiter l’utilisation à un strict minimum. L’usage des fours micro-ondes est à bannir, puisque les micro-ondes détruisent la vie et sont inconcevables avec la notion d’une alimentation vivante.
  • Le manque d’intuition et de créativité. Il faut se permettre de s’exprimer, de vivre ses émotions et de suivre ses intuitions. Il y a beaucoup de chemins possibles pour libérer la créativité, les sentiments et les pensées intérieures : la musique, la créativité artistique tout en général (art, peinture, bricolage, dessin, créations de toutes sortes), l’écriture ou encore le théâtre. Ces activités créatives canalisent les énergies qui se trouvent à notre intérieur et permettent de nous harmoniser intérieurement. Elles développent notre intuition et notre créative. Pourquoi-est-ce si important ? Notre cerveau peut se diviser en deux hémisphères, le cerveau gauche et le cerveau droit. Le cerveau gauche est dominant dans notre société technique et rationnelle : il s’occupe de la réflexion logique, mathématique et pragmatique. Il cherche une solution en réfléchissant rationnellement. Notre cerveau droit par contre est complètement négligé et son développement freiné. Il est le siège de la créativité, des émotions, des sentiments et de l’intuition. Il est très puissant, mais malheureusement, chez nous complètement sous-développé et sans voix. Le cerveau droit permet de penser en nuances fines, contrairement au cerveau gauche qui a besoin des chiffres et des preuves pour raisonner ; il voit les choses très souvent seulement en blanc et noir, avec une solution logique possible.
Carnaval de Venise

Le carnaval de Venise est un concentré de créativité, sans limites d’imagination et de fantaisie en ce qui concerne la confection des costumes.

  • Les émotions et pensées négatives : tout le monde en a, des sentiments négatifs. Nous connaissons tous des moments de doutes, de peur, de colère, de frustration, de culpabilité, de jalousie ou de ressentiments. Cela est tout à fait normal. Tant que ces émotions négatives ne sont que ponctuelles, elles ont un impact seulement très limité sur nos vibrations. Par contre, si ces émotions sont chroniques et entretenues, c’est autre chose. Dans ce dernier cas, elles vont influencer très négativement nos énergies, les modifier et agir comme un aimant : nos pensées négatives attireront des énergies de vibrations similaires dans notre vie, c’est la Loi d’attraction énergétique. Une boucle sans fin peut commencer qui ne peut être rompue que par une prise de conscience profonde et un changement radical dans notre façon à penser.

Travailler son taux vibratoire, c’est un peu comme trouver son but de vie

Nous aurons donc compris que changer notre taux vibratoire demande un GRAND travail au quotidien et est un processus long et parfois fastidieux, c’est un processus sans fin qui ira jusqu’à la fin de nos jours. Le but principal est de se tenir dans un état d’augmentation permanent.

Les rechutes ne sont pas évitables et vont se produire plus qu’une fois, puisque nous ne sommes pas des machines. Tout le monde en a, des dérapages émotionnels mal contrôlés, les moments de faiblesse, des actes dont nous avons peut-être un peu (ou beaucoup) honte. Nous ne sommes pas parfaits, nous sommes HUMAINS. Donc, notre taux vibratoire peut parfois ressembler à des montagnes russes, ce n’est pas une montée sans failles.

Col du Splügen

Changer le taux vibratoire avec tous les défis personnels que cela nous demande peut nous faire penser à un col difficile à franchir et plein d’obstacles (ici: Col de Splügen Suisse/Italie). Mais chaque rebondissement nous fait avancer …

Mais l’essentiel est de remonter à nouveau la colline et de continuer son chemin. Quand nous sommes conscients de nos fautes et de nos erreurs, nous pouvons les corriger, et cela fait partie de l’apprentissage. Nous devons donc être critiques envers nous-mêmes, si possible d’une façon plutôt ludique, mais sans tomber dans un perfectionnisme inaccessible qui peut psychologiquement aboutir dans une pression intérieure, dans un sentiment d’imperfection ou, encore pire, dans une contrainte permanente qui nous empêche de savourer la vie.

Avec beaucoup de sujets, nous devons recommencer à zéro. Nous devrons obligatoirement jeter tout notre savoir acquis et nos convictions qui étaient forgées par notre éducation, notre formation professionnelle, notre famille, notre entourage, notre culture et notre religion éventuelle. Il faudra partir de l’idée que nous ne savons pas grand-chose, et qu’il faut TOUT réapprendre.

Cela nous met dans une « ambiance » de recherche permanente, de vouloir apprendre et comprendre, de tout mettre en question, et de commencer à vivre notre vie comme un « puzzle spirituel » dans lequel chaque petite pièce est une nouvelle acquisition dans la bonne direction énergétique qui nous remplira de plus en plus de gratitude, de l’amour, de bonheur et de satisfaction profonde.

Notre vie est une aventure énergétique, dans le but global d’améliorer et d’augmenter nos vibrations. Notre âme n’a que ce chemin en vue – par tous les moyens. Elle veut apprendre, vivre, comprendre, avancer – et cela sur un niveau strictement énergétique et spirituel, et non matériel. Si par exemple, nous progressons dans notre carrière professionnelle, notre âme ne sera pas vraiment intéressée par l’augmentation de salaire atteinte, mais elle se développera à travers des émotions, des sentiments et de nos actes liés à cette carrière. Elle pourrait progresser (ou régresser) par les expériences vécues dans le cadre de notre carrière, comme par exemple :

  • Ce que l’on fait avec l’argent et les expériences énergétiques provoquées par nos actes matériels. Est-ce qu’on le dépense de façon égoïste, ou est-ce qu’on aide quelqu’un avec les moyens qui nous sommes à disposition ?
  • Est-ce qu’on passe des vacances en faisant la fête toutes les nuits, ou est-ce qu’on passe deux semaines dans la nature pour se ressourcer ?
  • Quelle est notre attitude envers les autres ? Est-ce qu’on réussira à rester nous-mêmes, ou profiterons-nous de la nouvelle situation qui nous apporte une importance professionnelle et une aisance financière ?
  • Réussit-on à rester humble, modeste et respectueux, ou, au contraire, est-on en train de devenir arrogant, prétentieux et trop ambitieux ?

Par contre, malheureusement pour nous, l’avancement énergétique n’est pas toujours identique à un avancement matériel dans la vie. L’âme veut apprendre. Cela veut dire, qu’elle apprendra également par des situations de vie qui nous sont désagréables, voire très douloureuses. Cela peut inclure des douleurs physiques ou émotionnelles, des maladies, la perte d’une personne bien-aimée, un handicap, la perte du travail, l’exclusion sociale, etc., etc. La liste est interminable, et chacun pourrait y rajouter quelque chose.

Si nous réussissons à comprendre que même la situation la plus triste, la plus négative peut servir à augmenter notre taux vibratoire en comprenant sa finalité profonde, nous pourrons assimiler plus facilement ces coups durs et vivre une vie qui nous satisfait intérieurement et qui nous fait avancer.

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Augmenter le taux vibratoire (Partie 1)

Les plans vibratoires et les corps subtils – Introduction (Partie 1)

Quel intérêt d’un taux vibratoire élevé ?

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin. Ce site ne permet pas de faire de diagnostic médicale ni une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images: 

  • Pixabay, CC0 Public Domain
  • Carnaval de Venise : Flickr, CC BY-ND 2.0, by Will Will
  • Col de Splügen : Wikimedia Creative Commons

Taggé , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

avatar
  Notifications  
Me notifier des