Taux vibratoire bas
Un taux vibratoire bas et des plans énergétiques perturbés peuvent avoir de multiples causes.

Tout être vivant (humain, animal, plante ou unicellulaire) possède un taux vibratoire définissant la fréquence d’énergie correspondant à son degré d’évolution énergétique et spirituelle.

Ce sont la nature et le degré de son énergie qui caractérisent son taux vibratoire. On peut constater cette vibration en mesurant les Unités Bovis (UB)  des trois plans vibratoires (plan physique, plan énergétique et plan spirituel).

Par conséquence, un individu peut avoir un taux vibratoire élevé, un taux vibratoire bas ou tout simplement un taux vibratoire moyen (en comparaison avec son espèce).

Une vraie vocation intérieure : augmenter son taux vibratoire et éviter le taux vibratoire bas

L’humain est la seule espèce pouvant influencer consciemment son taux vibratoire

Même si tous les êtres vivants en possèdent, l’humain est le seul d’avoir la conscience assez développée afin de pouvoir activement modifier son taux vibratoire. Il peut l’augmenter ou également le baisser par ses décisions, ses émotions, ses états spirituels ou ses habitudes de vie. Tout cela fait partie de son évolution énergétique et spirituelle.

Toute l’humanité a vocation à élever sa vibration et à l’ajuster à celle de sa planète. Sur la Terre, l’équilibre biotique (donc la vibration idéale pour l’être humain et tous les autres Êtres vivants), se trouve pour le moment autour les 12 500 UB, en augmentation permanente. On parle ici du taux vibratoire global, comme individu entier (les trois plans énergétiques compris).

Par contre, le taux vibratoire sur le plan spirituel isolé peut être nettement plus haut, même des valeurs de 80 000 ou 120 000 UB (et même beaucoup plus) ne sont pas à exclure pour des personnes très développées sur le plan spirituel. Encore il y a quelques années, on considérait des valeurs pareilles comme pathologiques ou très uniques et rares (par exemple après une expérience de mort imminente (EMI)), mais entre-temps, ces vibrations élevées peuvent être atteintes par n’importe qui s’il veut et s’il agit en conséquence.

Le combat quotidien contre le taux vibratoire bas est comme un “Darwinisme énergétique”

Des énergies nous entourent partout. L’énergie est en constant mouvement; toutes les énergies vibrent à différentes fréquences. Le processus d’évolution s’accomplit par une augmentation du taux vibratoire, en réponse à l’action d’attirance des énergies supérieures. Placativement, on pourrait appeler ce développement le “Darwinisme énergétique“. C’est la prise de conscience de ce besoin d’ajustement qui permet d’atteindre l’harmonie vibratoire nécessaire à un bon équilibre existentiel et à une progression énergétique et spirituelle régulière.

Un nettoyage et un « entretien intérieur » s’imposent pour se libérer de nos peurs, de nos pulsions, de nos colères, qui nous polluent et qui contribuent à abaisser notre rythme vibratoire ; mais également de nos mauvaises habitudes de vie inculquées par une société de consommation, futile et matérielle, qui nous rabaissent en nous enfermant dans un comportement mécanique stéréotypé, parfois sans réflexion ou sans mettre l’évident en question. C’est cela, le combat quotidien contre un taux vibratoire bas.

Le taux vibratoire de notre planète évolue – et les humains sont tous concernés, sans exception !

Comme tout le monde peut le constater, il y a du travail à faire, pour chacun de nous ; personne n’y échappe. Le taux vibratoire bas concerne strictement tout le monde – tout simplement, parce que nous sommes tous des humains et tous soumis aux mêmes problèmes ! 

Cette constatation est extrêmement importante, et il est de plus en plus fréquent à présent de rencontrer des personnes dont les taux vibratoires personnels sont en cours d’harmonisation avec les nouvelles fréquences de la planète. Si cela vous intéresse comment on peut reconnaître ces personnes (peut-être en faites-vous partie si vous êtes intéressé par ce blog ), veuillez lire cet article dédié aux signes d’un taux vibratoire élevé.

Énergies

De nombreux radiesthésistes et géobiologues se sont aperçus que la fréquence vibratoire humaine a doublé en trois ans. Elle est passée de 6 500 à 12 500  et continuer à monter vers 15 000 UB (unités sur l’échelle de Bovis). La raison en est à la fois simple et fantastique : le taux vibratoire du globe terrestre est en train de s’élever à grande vitesse.

Alors, nous, les humains, avons tout intérêt de commencer à s’occuper de notre évolution personnelle afin d’éviter un taux vibratoire bas, pour ne pas rencontrer encore plus de problèmes physiques, énergétiques, émotionnels ou spirituels dans un futur très proche.

Les facteurs principaux d’un taux vibratoire bas

La plupart des gens souffrent d’un taux vibratoire bas ou très moyen. Cela est dû à de nombreux facteurs. Mais lesquels ? Pourquoi est-il si difficile de maintenir son taux, même si nous menons une vie relativement équilibrée et saine ?

« La force qui est en chacun de nous est notre plus grand médecin.
Toutes les maladies ne sont que la conséquence de nos habitudes de vie déséquilibrées. »

Hippocrate, père de la médecine moderne, à l’origine du serment d’Hippocrate et initiateur de l’observation clinique.

Malheureusement, la baisse de ces fréquences vibratoires (donc le taux vibratoire bas) est beaucoup plus fréquente que son augmentation. Tout généralement, on pourrait dire qu’il existe trois facteurs qui jouent un grand rôle.

Premier facteur : Nous sommes trop attachés au matérialisme et nous nous concentrons surtout sur le plan physique

Richesse

Lutter contre un taux vibratoire bas et atteindre une augmentation permanente de la vibration demande qu’une personne devienne active. Elle doit devenir active sur le plan physique, sur le plan énergétique, sur le plan émotionnel et sur le plan spirituel, et tout cela en même temps.

En se concentrant sur un seul plan vibratoire, on peut tomber dans un piège !

Si, par exemple, quelqu’un est très impliqué concernant les questions de santé (comme l’alimentation saine ou pratique fréquente et intensive de sport), cela peut s’avérer très insuffisant, si cette même personne néglige les autres plans vibratoires. Ceci est le cas de beaucoup de personnes de nos jours, très en souci pour leur corps, leur physique et les apparences.

Par contre, si quelqu’un se concentre uniquement sur son développement intérieur (spirituel ou énergétique), en négligeant en même temps tous les aspects physiques, le résultat final sera absolument identique. Cette personne tombe dans le même piège puisque ce n’est pas sa personnalité holistique (ou globale) qui est entretenue, mais seulement une partie du tout.

Je pense que c’est un aspect très important à comprendre, parce que cela représente la racine de beaucoup de nos problèmes et des incohérences rencontrées dans nos vies. Seulement, si nous nous occupons de tout notre Être complet (corps, Âme, mental, intellect, émotions, énergies), et tout en même temps, nous devenons quelqu’un d’épanoui sur tous les niveaux, avec un taux vibratoire élevé.

Laisser l’indifférence derrière nous ouvre le chemin pour l’amour inconditionnel

Cela implique un savoir et bien sûr un certain niveau plutôt élevé de conscience.

Cette conscience est nécessaire pour transgresser le matérialisme, l’égoïsme et l’indifférence parfois déjà un peu pathologique qui nous habite de notre époque moderne. C’est seulement de cette manière que nous pouvons découvrir l’amour pour les autres, pour les animaux, pour la nature, pour l’environnement – et pour nous-mêmes.

Nous devenons prêts à agir pour une cause précise, sans toujours compter les bénéfices matériaux. On commence à agir uniquement pour la cause elle-même. Cela peut être personnel, comme, par exemple, la santé, le développement personnel ou spirituel, etc.

Mais il y a également d’autres buts possibles qui aident à progresser tout le monde et la planète entière en augmentant les fréquences. Cela peuvent être, par exemple, la protection de la nature et de l’environnement, la lutte contre la discrimination et le racisme, le soutien des personnes âgées ou pauvres, l’aide d’animaux abandonnés, ou beaucoup d’autres.

Dès que l’on devient capable d’harmoniser tous nos plans et de s’en occuper parallèlement, le chemin vers un taux vibratoire élevé est ouvert.

Deuxième facteur : Il faut reconnaître nos responsabilités pour notre vie

Responsabilité

Ce deuxième facteur est étroitement lié au premier susmentionné. Il faut retenir qu’une augmentation de la conscience demande un processus psychologiquement profond que beaucoup de personnes ne veulent pas ou ne peuvent encore entamer : il faut reconnaître notre propre responsabilité dans notre vie qui nous entoure et que nous menons.

Au moment où nous réussissons à faire ceci, au lieu de donner à tout le monde la faute sauf à nous-mêmes, nous arriverons à changer et à progresser sur tous les plans – nous devenons enfin actifs et acteurs de notre propre destin au lieu de se soumettre à une force extérieure quelconque !

Les excuses pourquoi “ne rien changer” est plus confortable, ne nous manquent jamais

Tout le monde en connaît, ces personnes qui ne font que pleurer et lamenter sur leur vie, sans réellement vouloir changer sur leur situation personnelle. Probablement, sans ne vouloir offenser personne, il ne faut pas chercher bien loin. Etant donné  – honnêtement – que même des personnes développées qui ont compris « le piège », tombent facilement dedans, au premier grand problème venu qui se dresse comme un mur devant eux. Qui ne s’est encore jamais plaint à quel point sa vie est difficile et injuste, pleine de problèmes insolvables ?

Sur ce point-là, nous sommes tous un peu identiques : nous inventons toutes sortes d’excuses, pourquoi notre vie ne fonctionne pas comme nous l’avons imaginée auparavant, comme, par exemple :

  • C’est la faute de mes parents qui ont fait quantité d’erreurs d’éducation, qui ne m’ont pas assez aimé ou qui ont divorcé au pire des moments ;
  • c’est la faute du professeur qui n’a pas réussi à expliquer comme il faut et qui est responsable de mon échec scolaire ou que je n’ai pas réussi à intégrer la formation souhaitée ;
  • c’est la faute de l’état et des politiciens parce que le système est trop dur, injuste et discriminant ;
  • c’est la faute du manque d’argent qui ne me permet pas de faire ce que j’ai envie ;
  • c’est la faute de ma maladie ou de ma santé fragile ;
  • je suis trop fatigué, j’ai trop à faire, ou, tout simplement, je n’ai pas le temps ou la motivation nécessaire.

La liste est quasiment interminable. Ce qui compte que ce n’est jamais NOTRE faute. Et avec cette façon de réfléchir, par conséquence, nous ne pourrons rien changer à notre situation insatisfaisante. Nous subissons pendant toute notre vie passivement ce qui nous tombe dessus.

Pour AGIR, il faut sortir de son zone de confort …

Pourquoi tombons-nous chaque fois dans ces pièges, même si nous savons tout au fond de nous-mêmes que nous sommes responsables et que probablement nous sommes la seule personne qui pourrait modifier la situation à notre satisfaction ?

C’est tout simple : parce que c’est nettement plus confortable de s’apitoyer sur son propre sort au lieu d’AGIR, de chercher des solutions, d’accéder aux modifications, même si parfois, elles doivent être profondes. Les problèmes que notre vie nous pose peuvent sembler insurmontables, durs, injustes et désespérants, et il nous semble plus sûr de ne rien faire.

Nos problèmes existent pour nous servir – ils sont la base pour notre développement personnel

Mais ce sont effectivement ces problèmes-là – pour chaque individu autrement – qui font la base de notre développement personnel et qui nous feront avancer dès que l’on trouve des solutions adéquates.

Qui ne connaît pas la satisfaction, le bonheur profond et peut-être même un peu de fierté quand on réussit à résoudre un problème tout seul, sans aide, uniquement par nos propres moyens ? Et ensuite, quand la vie prend une autre direction intéressante (parfois imprévue), plein de défis, il y a un flux d’énergie qui se met en marche que l’on ressent immédiatement par une motivation élevée et l’envie d’avancer. Ce flux d’énergie a une influence directe sur notre taux vibratoire.

Tant que quelqu’un se trouve dans cet état d’âme de ne pas vouloir accepter ses responsabilités pour chaque situation de sa vie, aucun progrès énergétique ou spirituel n’est possible. Nous sommes nous-mêmes responsables des situations que l’on vit, et personne d’autre.

Et si l’on se trouve dans une situation difficile et peut-être sans issue, comme, par exemple, une maladie grave, même là, il faut trouver le contexte, pourquoi on s’y trouve et où cela nous emmène, qu’est-ce que l’on peut apprendre, même si c’est difficile. Même dans le pire des cas, donner la faute aux autres changera très rarement quelque chose.

Les problèmes que nous rencontrons pendant notre vie sont un moyen de communication de notre Âme et des plans vibratoires supérieurs. Les plans énergétiques veulent nous faire comprendre quelque chose en le manifestant sur le plan physique, puisque celui-ci est très souvent le seul plan que l’on remarque et que l’on observe attentivement.

Alors, dans cette logique, il vaut mieux essayer de comprendre le message profond pour pouvoir changer la situation qui nous déplaît que se perdre dans des lamentations qui  ne changeront rien du tout !

Troisième facteur : Nos habitudes, notre vie quotidienne et nos émotions

Comme dernier point des causes qui sont responsables d’un taux vibratoire bas ou faible, on peut nommer notre vie quotidienne. C’est le facteur qui saute le plus à l’œil, bien sûr. Notre quotidien, composé d’un multitude de facteurs comme les habitudes, l’alimentation, les émotions, le travail et les loisirs, ont un impact direct sur nos plans physique et émotionnel, et le taux de vitalité.

Ce n’est pas toujours évident d’y échapper – on peut même dire que dans beaucoup de situations, c’est carrément impossible (par exemple, on doit respirer, même si on sait qu’il y a des particules fines dans l’air). Mais le premier pas est de se rendre compte de ces facteurs qui nous nuisent, et ensuite, on pourra réfléchir sur les changements possibles.

Chaque élément de nos habitudes quotidiennes a un impact direct sur notre taux vibratoire

Ci-dessous, vous trouverez les facteurs les plus courants qui détruisent directement ou qui ont un impact sur notre santé physique, émotionnelle ou mentale, par le biais de nos habitudes de vie et de la façon comment on réagit sur des situations.

Ces facteurs omniprésents abaissant notre taux vibratoire proviennent en grande partie d’un mode de vie déséquilibré comme on le connaît trop bien dans notre société :

  • Mode de vie déséquilibrée,
  • alimentation industrielle, raffinée, dénaturée et dévitalisée,
  • sédentarité et manque d’activités physiques,
  • stress à tous les niveaux,
  • manque de sommeil ou sommeil irrégulier,
  • toute dépendance toxique comme le tabagisme, l’alcool, le sucre blanc, les drogues, mais également les dépendance de la technologie, des médias sociaux, des jeux, etc.,
  • médicaments et surconsommation de compléments alimentaires (surtout synthétiques) superflus,
  • pollution à tous les niveaux : de l’air (surtout en ville), de la terre (agriculture conventionnelle), des eaux, de l’alimentation, des vêtements, des produits de nettoyage et d’entretien, des produits chimiques au travail, des produits chimique du jardinage, de radiation alimentaire et autres,
  • nuisance sonore (par ex. aéroport, ligne de train, route surchargée devant la maison) et bruits de fonds inadaptés,
  • énergie et/ou combustion nucléaire ou carbonée (pétrole, charbon), ou encore des éoliennes à proximité, 
  • conditionnement de masse par les médias « mainstream », la publicité, la musique, les films sans profondeur et trop violents, les jeux (parfois également très violents et sans sens profond), la politique, etc.
  • toutes sortes de champs / ondes électromagnétiques artificiels (WiFi, la 5G  à venir, mobiles, micro-ondes, mais également des lignes à haute tension ou à basse tension, etc.),
  • mauvaise respiration ou respiration automatique et bloquée au thorax, manque de respiration abdominale relaxante, 
  • manque d’argent avec tous ses problèmes annexes,
  • peu ou aucun contact avec la nature,
  • manque d’intuition et de créativité (donc la partie droite du cerveau trop inactive),
  • perturbations géobiologiques des lieux de vie,
  • influences émotionnelles et énergétiques d’autres personnes qui nous entourent,
  • etc.

Le rôle des émotions négatives est autant nocif …

Mais entre également en ligne de compte tout l’éventail de nos émotions négatives, vécues ou refoulées, comme :

  • Déconnexion de soi (de son être profond) et de la nature, ce qui induit une totale dépendance au mental conditionné qui engendre perceptions erronées et compréhension étriquée de l’humain et de la vie,
  • toutes les émotions et pensées négatives et répétitives (sur soi-même ou sur les autres),
  • des ressentiments entretenus,
  • attitude intérieure négative envers soi et la vie,
  • une mauvaise gestion émotionnelle comme des réactions cholériques, émotions refoulées et non accueillies, frustration, culpabilités, etc.,
  • blessures d’Âme, traumatismes émotionnels et souffrances du passé non guéries, non libérées, deuils non faits, les mémoires inconscientes et karmiques,
  • conflits intérieurs et extérieurs,
  • excès de mental, exigences de perfection,
  • travail déplaisant ou non valorisant,
  • problèmes avec son partenaire, la famille ou les amis,
  • problèmes sociaux en général, etc.

Autant d’éléments qui épuisent les énergies de l’organisme, et ceci jour pour jour. Sur ces facteurs énumérés, des modifications et des améliorations sont possibles, même si elles ne sont pas toujours faciles. Mais en première ligne, il faut déjà se rendre compte où se situent les problèmes exactement : une analyse profonde et objective de soi-même, des habitudes quotidiennes et de tout l’environnement comme le travail, les lieux et les personnes qui nous entourent, etc., s’impose.

Les émotions ont un impact sur notre taux vibratoire et peuvent être responsables de nos maladies

Nous sommes tous des êtres spirituels incarnés sous forme terrestre et donc matériel : la conscience, c’est notre personne elle-même dans sa forme la plus subtile et fait partie de notre Âme.

L’un des liens qui unit la conscience au corps, c’est l’énergie vitale, dépendant de notre taux vibratoire. L’énergie vitale est aussi de la conscience, mais sous une forme dense et active reliée au niveau physique. Et elle ne dépend pas uniquement de notre état de santé (donc physique), mais également de notre état émotionnel.

Lorsque quelqu’un traverse une crise émotionnelle plus ou moins profonde – colère, frustration, peur ou angoisse, deuil, ou n’importe quelle autre émotion négative même transitoire – cela perturbe la présence de la conscience dans le corps, et draine le corps. Il y a une relation directe entre les maladies qui se déclarent et les difficultés « existentielles » parce que ce que vit la conscience n’est jamais séparé de ce que vit le corps.

Comment est-ce possible ?

Si notre conscience est alignée avec l’Energie Universelle qui nous entoure et dont nous sommes un élément, nous nous sentons en paix et heureux. C’est la raison, pourquoi on peut considérer nos émotions comme un véritable indicateur de notre Âme dans notre vie. Si nous sommes connectés à la paix, au bonheur, à l’innocence, à l’amour, c’est que nous sommes dans le bon flux de ce que notre Âme a prévu initialement.

Dans le cas contraire, nous avons été coupés de notre connexion. L’énergie vitale qui traverse votre corps sera perturbée, et notre taux vibratoire baissera. Le taux vibratoire bas s’installera de plus en plus – même si on mène une vie saine sous le point de vue alimentaire ou physique.

Une situation peu confortable sur le plan émotionnel peut déclencher des maladies ou une vulnérabilité physique. Bien sûr, ce n’est pas la seule origine des maladies, puisque le corps lui-même peut se trouver affaibli directement par la toxémie chronique. Mais la cause émotionnelle et l’énergie vitale bloquée est souvent ignorée en Occident en cas de maladie surgissant. Les peuples de l’Asie en sont beaucoup plus conscients, par leurs connaissances concernant le “Qi (ou Chi)” qui font partie de leurs cultures et traditions.

Conclusion

Comme on a donc pu constater, un taux vibratoire bas n’est sûrement pas une fatalité, mais cela demande beaucoup de travail personnel et une prise de conscience profonde pour pouvoir l’augmenter durablement. Bref, toute notre personnalité sous tous ses aspects est concernée !

Nous devons réussir à intégrer dans notre vie quotidienne une attention particulière pour tous les plans vibratoires ; certaines choses nous sembleront naturelles et automatiques (comme, par exemple, aider quelqu’un qui a un problème, on le fera souvent sans réfléchir), d’autres points par contre exigeront un grand effort parce que nous n’avons peut-être pas l’habitude ou parce que c’est difficile à réaliser (par exemple, la gestion de nos émotions négatives ou nos réactions sur des situations difficiles).

Mais comme je l’ai écrit tout au début, on peut considérer cette prise de conscience comme une vraie vocation intérieure qui nous accompagnera tout au long de notre vie. Elle fera de nous une meilleure personne – et de notre entourage un meilleur monde avec une plus haute vibration et de la Terre un meilleur endroit énergétique pour toute l’humanité.

 

Autre articles qui pourraient vous intéresser :

Les plans énergétiques ou plans vibratoires – Tout le monde fait partie du “Darwinisme énergétique”

Les plans vibratoires et les corps subtils – d’autres termes pour superstrings et photons

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images: Pixabay, Creative Commons, libre de droits

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.