Taux de cholestérol

Pour connaître le taux de cholestérol précis, il faudra procéder à un bilan lipidique. La cholestérolémie est le taux de cholestérol total sérique. Le médecin s’intéressera surtout pour les taux du cholestérol total, du cholestérol LDL, du cholestérol HDL (et bien sûr des triglycérides qui font également partie de l’hyperlipidémie).

Du point de vue naturopathique, le cholestérol fait partie des colles et peut produire une surcharge colloïdale. Le taux de cholestérol est donc une valeur à connaître. Il y tout intérêt de faire baisser un taux qui est bien trop haut, idéalement par des moyens naturels, sans intervention de médicaments qui ont souvent beaucoup d’effets secondaires.

Mais à partir de quel taux de cholestérol peut-on considérer les valeurs trop élevées ?

Lire la suite …

Cholestérol

Le cholestérol fait partie des colles d’origine lipidique, tout comme les triglycérides. Un trop de ces lipides dans notre sang peut être à l’origine d’une toxémie augmentée et provoquer des maladies à long terme. Par contre, il ne faut pas les combattre à n’importe quel prix ! L’approche naturelle connaît beaucoup d’armes efficaces, sans aucun effet secondaire !

Le cholestérol est la substance lipidique la plus abondante du monde animal (dont humain) et la plus importante d’un point de vue métabolique. Le cholestérol total comprend le cholestérol HDL (High Density Lipoprotein), souvent appelé « bon » cholestérol  et le cholestérol LDL (Low Density Lipoprotein), souvent appelé « mauvais » cholestérol. Les molécules HDL et LDL ont reçu ces surnoms populaires à cause de leurs fonctions différentes dans notre organisme : tout généralement, on peut dire que les LDL amènent le cholestérol dans les cellules, et les HDL enlèvent et nettoient l’excès des artères.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le cholestérol est un lipide essentiel à l’organisme. Il compose et maintient la structure des membranes des cellules de notre corps et joue un rôle dans la synthèse de certaines hormones.

Notre organisme a donc besoin une certaine quantité de cholestérol pour fonctionner correctement ! Rien ne pourrait être plus faux de le diaboliser complètement. Mais un excès de cholestérol (LDL) est néfaste pour la santé et peut conduire sur le long terme à un infarctus du myocarde, un accident vasculaire-cérébral ou une artérite des membres inférieurs.

Lire la suite …

Hyperlipidémie

Qu’est-ce l’ hyperlipidémie ? Quand votre médecin parle de l’ hyperlipidémie, c’est le fait d’avoir un taux élevé de lipides dans le sang. Il s’agit donc d’un excès de graisse.

De ces lipides font partie d’un côté le cholestérol : dans cette famille, on distingue le « mauvais » cholestérol (LDL-C, transporté par les lipoprotéines LDL)  et le « bon » cholestérol (HDL-C, transporté par les lipoprotéines HDL). On y trouve parfois également les VLDL (lipoprotéines de très basse densité). Dans le bilan sanguin, le tout sera exprimé sous l’expression « cholestérol total ». De l’autre côté, on y trouve les triglycérides : elles forment la majeure partie des lipides absorbés avec la nourriture. Le tissu adipeux de l’organisme est principalement constitué de triglycérides.

La naturopathie considère que les lipides sanguins en excès font partie des colles et peuvent provoquer une surcharge collodïale. L’hyperlipidémie peut augmenter la toxémie et favoriser un terrain propice aux maladies chroniques, surtout s’il y a encore d’autre facteurs aggravants qui se rajoutent.

Lire la suite …

Stress

Les radicaux libres sont des molécules chimiques instables produites en faible quantité par l’organisme. Ils sont principalement synthétisés dans la cellule lors de réactions avec l’oxygène. Cette instabilité chimique fait que ces substances sont très réactives. Certaines de ces réactions avec des structures de la cellule entraînent des dégâts en leur sein.

D’un point de vue purement chimique, les radicaux libres sont, comme les ions oxygénés et les peroxydes, des dérivés réactifs de l’oxygène (DRO, en anglais reactive oxygen species, ROS), rendus chimiquement très réactifs.

Les radicaux libres peuvent être d’origine exogène — produits par des rayonnements ionisants par exemple — ou bien endogène, apparaissant comme sous-produits du métabolisme normal de l’oxygène et jouant alors un rôle important dans la communication entre les cellules. Leur concentration peut cependant croître significativement en période de stress — sous l’effet de la chaleur ou de l’exposition aux ultraviolets par exemple — et endommager les structures cellulaires, ce qu’on appelle le stress oxydant ou oxydatif.

Lire la suite …

Elimination Acide urique (NHA)

L’ acide urique est une substance issue de la dégradation métabolique de certaines molécules azotées, que l’on appelle purines. La processus de production de l’ acide urique s’appelle uricémie, sans qualification du taux. Par contre, un taux trop élevé s’appelle hyperuricémie. 

Les purines ont deux origines différentes. D’un côté, elles peuvent être endogènes, c’est-à-dire qu’elles sont produites au sein du métabolisme de l’organisme à partir d’autres molécules. On peut les considérer comme déchets cataboliques. D’autre côté, elles sont exogènes, donc venant de l’extérieur, et elles sont généralement apportées par notre alimentation.

On retrouve les purines autant dans des aliments d’origine animale que dans des aliments d’origine végétale. Parmi les aliments les plus riches en purines, il y a la viande rouge (bœuf, porc, canard, agneau), les abats (cervelle, foie, rognons, ris de veau), la charcuterie (jambon, saucisson, saucisse), certains poissons (sardines, hareng anchois), les crustacés, le cacao et les légumineuses (fèves, haricots blancs et rouges, lentilles, pois chiches).

Lire la suite …

Tabagisme

Des recherches épidémiologiques mènent à la conclusion que le tabagisme est la première cause de décès évitables dans le monde (prés de six millions de personnes par an).

Sa consommation conduit souvent à des maladies du cœur et des poumons; être fumeur (actif ou passif) représente un risque majeur pour les attaques cardiaques, AVC, broncho-pneumopathie chronique obstructive, emphysème, et le cancer (en particulier cancer du poumon, cancer laryngé, cancer de la vessie). Cela cause aussi des maladies vasculaires périphériques et de l’hypertension en fonction de la durée d’exposition et du dosage de tabac.

Malheureusement, on peut remarquer que la prévalence de ces maladies augmente avec la jeunesse des patients au début de leur exposition et l’importance du taux de goudron.

Lire la suite …

Hypercholestérolémie

Les colles d’origine lipidique (Partie 4) L’hypercholestérolémie correspond, dans le langage courant, à une augmentation (excès) du cholestérol LDL, donc du « mauvais cholestérol », qui est un facteur de risque cardiovasculaire. Il peut être responsable de maladies cardiovasculaires telles qu’un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral ou une artériopathie des membres inférieurs. Les

Lire la suite …

Plus de 49 000 décès attribuables à l’alcool ont été observés en France en 2009, soit 9% de l’ensemble des décès. La plupart du temps, l’abus d’alcool est associé à l’ivresse ou l’alcoolo-dépendance. Mais cette attitude caricaturale permet de stigmatiser certains comportements tout en se donnant des excuses pour justifier

Lire la suite …