Alimentation naturelle et biogenique

Une alimentation saine et équilibré qui vibre dans une certaine fréquence garantit une bonne santé.

Tous les aliments et boissons qui vibrent à 12000 unités Bovis et plus vont nous amener de l’énergie: ce sont les aliments biogéniques et bioactifs; alors que tout aliment ou boisson qui vibre en dessous de cette limite va nous enlever de l’énergie : ce sont les aliments biostatiques et biocidiques.

Les aliments biogéniques et bioactifs forment la catégorie des aliments vivants. Ils ont été prévus par la nature pour assurer la vie et le bien-être humain. Leur consommation apporte de l’énergie vitale et de la santé à tout âge.

 

L'alimentation biocidique et biostatique qui fait malheureusement une majeur partie de notre alimentation quotidienne abaisse notre taux vibratoire et nous rend malade par son manque de vitalité.

Les aliments biostatiques et biocidiques sont malheureusement des aliments qui constituent la majeure partie de notre alimentation dite “de civilisation” et qui sont pratiquement incontournables dans le quotidien.

Ce sont des aliment morts qui ne possèdent plus aucune vitalité, c’est-à-dire leur taux vibratoire est proche de 0. Ces aliments ralentissent et détruisent la vie ; ils sont la cause de nombreuses pathologies très communes comme le diabète, l’hypertension, le syndrome métabolique, l’hyperuricémie, mais également certains cancers.

Toxines

Les toxines sont des substances toxiques élaborées directement par l’organisme vivant, produites par les activités métaboliques, qui ont potentiellement un pouvoir pathogène. Les toxines sont le résultat secondaire du catabolisme (dégradations métaboliques, par exemple après la digestion de la nourriture).

Les toxines peuvent se développer des résidus du métabolisme quotidien, à partir de notre alimentation, mais également des substances toxiques provenant de notre environnement (pollution de l’air, de l’eau, des sols, insecticides, pesticides…). Une alimentation dénaturée (additifs divers dont la combinaison forme un cocktail dangereux, excès de sucre, de sel, de graisses saturées et hydrogénées, de protéines…) joue un grand rôle dans la toxémie, comme les mauvaises habitudes de vie (tabac, alcool, drogues, peu de sommeil) ou une surconsommation de substances synthétiques, comme les médicaments, compléments alimentaires, vaccins, etc.

Ainsi, les toxiques apportés par l’extérieur se transforment pendant le processus du métabolisme en toxines.

Il faut préciser que cet article parle de toxiques à consommation régulière comme la fausse alimentation ou les cigarettes, et non d’une intoxication aiguë qui peut parvenir par l’ingestion de produits chimiques ou toxiques à haute dose.

Ainsi, les toxiques apportés par l’extérieur se transforment pendant le processus du métabolisme en toxines. Précisons que l’on parle ici de toxiques à consommation régulière comme la fausse alimentation ou les cigarettes, et non d’une intoxication aiguë qui peut parvenir par l’ingestion de produits chimiques ou toxiques à haute dose.

Stress oxydatif

Dans « stress oxydatif », (également « stress oxydant »), le mot « stress » n’a pas la même signification que le stress psychique ou psychosocial. Dans le cas présent, il s’agit d’une agression chimique oxydative de notre organisme.

Le stress oxydatif ou également appelé stress oxydant est accusé d’être à la base de nombreuses maladies chroniques. Il se définit comme  le résultat d’un déséquilibre entre la somme de production des radicaux libres et le total des antioxydants disponibles qui sont là pour éviter l’apparition de dégâts cellulaires, souvent irréversibles.

Notre organisme produit donc en permanence des radicaux libres. Ce sont des molécules particulièrement nocives, d’origine endogène (intérieur, venant du métabolisme) et exogène (venant des influences extérieures et des toxiques). Ces molécules sont souvent présentes en quantité trop importante avec des conséquences néfastes pour l’organisme. On peut citer, par exemple, la destruction cellulaire, les actions sur les protéines ou, plus généralement, des modifications génétiques.

Protéines dénaturées

Les protéines sont essentielles pour la vie. Les protéines ? Pour être plus correct, il faudrait dire que les acides aminés, les composants moléculaires de la protéine, sont indispensables à la vie. Et les protéines cuites et transformées qui sont des protéines dénaturées – ont-elles encore la même valeur ?

On peut dire que sans acides aminés, la vie ne peut pas exister, en tout cas pas comme nous la connaissons.

Les protéines sont les « briques » de l’organisme, autant chez les êtres humains que chez les animaux. Elles permettent la constitution de nos muscles, de nos os, de nos organes, de notre cerveau, de notre sang, de notre système nerveux, de nos cheveux, de notre peau… bref, de tout notre organisme.

De plus, elles sont indispensables pour le fonctionnement correct de notre corps : hormones, enzymes, notre système immunitaire, notre métabolisme – tout dépend des protéines et de leur aptitude de nous donner dont nous avons besoin.

Ce sont donc des nutriments absolument indispensables à la vie ! Et il est alors primordial de veiller à que ce constituant indispensable soit de la meilleure qualité possible ! Mais la qualité est très rapidement compromise par la cuisson – et les protéines dénaturées par la cuisson en grande quantité peuvent être à l’origine de nombreux problèmes de santé.

Les protéines dénaturées sont quasiment inévitables – sauf pour les crudivores – mais on peut tout à fait limiter leur impact. Et finalement, peut-être sont-elles moins dramatique que l’on pense …

 

Céréales

Tout généralement, le but principal du raffinage des aliments dont le raffinage des céréales est purement logistique: l’industrie alimentaire veut  prévenir l’altération de ces aliments, en supprimant des substances réactives et ainsi de pouvoir les stocker facilement.

La majorité des produits industriels, du chocolat du petit déjeuner au couscous du soir en passant par la soupe doivent leur goût à la compétence de chimistes. Les aliments raffinés et industrialisés n’apportent que des « calories vides ». On connaît le raffinage des céréales, des sucres, des huiles végétales ou du sel. Ces aliments ne contiennent pratiquement plus du tout de vitamines, d’oligo-éléments et d’enzymes naturelles qui sont des nutriments catalyseurs indispensables pour l’organisme. Il s’agit de nourriture morte, biocidique, dépourvue de toute énergie vitale.

Glucides complexes

Les glucides font partie, tout comme les lipides (graisses) et les protéines (acides aminés), de la famille des macronutriments et sont considérés comme essentiels pour notre corps, même s’ils sont remplaçables puisque notre corps sait les fabriquer à partir des lipides ou les protéines. Les glucides sont les principales molécules énergétiques. On les connaît également sous les termes « sucres » ou « hydrates de carbone ».

Certains glucides sont indispensables au bon équilibre nutritionnel et à la santé, par contre d’autres sont néfastes et peuvent conduire directement à des maladies chroniques, consommés en grande quantité et quotidiennement.

Cet article vous explique comment faire la différence entre les bons glucides et les mauvais. 

Protéines

Les protéines appartiennent, comme les lipides et les glucides, au groupe des macronutriments (nutriments énergétiques). Les protéines, c’est-à-dire les acides aminés, sont les seules sources d’azote (N) que l’homme peut utiliser, l’azote étant indispensable à la vie. Les protéines sont donc essentiels pour la vie.

Les fonctions des protéines sont multiples. On peut distinguer les protéines de structure comme la collagène ou la kératine qui entrent dans la constitution des tissus (os, cheveux, peau) et qui apportent stabilité à l’ensemble et les protéines à activité biologique.

Il y a deux sources d’apport en protéines : les protéines animales et les protéines végétales.

Les protéines animales sont des protéines complètes, c’est-à-dire qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels, mais elles sont accompagnées d’éléments qui sont en grande quantité mauvais pour la santé, tels que le cholestérol et les acides gras saturés.

Les protéines végétales ne contiennent pas tous les acides aminés en quantité suffisante pour en faire des protéines complètes, sauf si on les combine entre eux d’une façon précise décrite plus bas. Par contre, elles sont accompagnées par des fibres et des micronutriments importants qui les rendent très intéressantes. Un gramme de protéine – animale ou végétale – apporte 4 kcal.

Lipides

Les lipides sont des graisses qui sont composés d’acides gras. Ils font partie des macronutriments et sont les composants les plus caloriques (les plus énergétiques) de ces derniers. Ils peuvent être d’origine végétale ou animale. 

Pendant les dernières décennies, les graisses sont devenus l’ennemi juré numéro 1 de tout le corps médical et de tous ceux qui souhaitent perdre du poids. Pendant des années, ces macronutriments étaient tenus responsables pour des maladies cardiovasculaires, le diabète et beaucoup d’autres pathologies – mais ce point de vue est en train de changer, puisque beaucoup d’études commencent à prouver que les lipides ne sont pas néfastes, mais au contraire très bénéfique pour notre organisme – en juste quantité et qualité. On verra par la suite que ce n’est pas tant la quantité que la qualité qui fait la différence entre santé et maladie.

Nutriments

Les nutriments – un thème qui devient de plus en plus important, dans une époque où notre santé est autant fragilisée par des aliments industriels, ultra-transformés et dépourvus de toute valeur nutritive.

C’est essentiel de comprendre le vocabulaire des nutritifs pour mieux savoir analyser ce qu’on mange et pour saisir les liaisons entre ces éléments. Les détails de chaque nutriment seront vus plus tard en profondeur dans des articles qui sont dédiés à chacun.

Les nutriments sont constitués dans le corps par l’ensemble des composés organiques et inorganiques nécessaires à l’organisme vivant pour entretenir la vie. Le processus d’assimilation des nutriments est la nutrition.

Pour rester en bonne santé, notre corps doit se nettoyer, se détoxiquer et se régénérer en permanence.

Des milliers de cellules meurent et naissent à chaque seconde; certaines parties du corps sont ainsi entièrement renouvelées en quelques jours, d’autres en quelques années. Il est donc nécessaire que la qualité de la nourriture apportée au corps attribue à la qualité de nos cellules.

Certes, ce n’est pas uniquement l’alimentation qui influence la régénération de nos cellules, mais également l’air, nos émotions, nos pensées, notre sommeil et notre style de vie jouent un rôle essentiel. Mais la qualité de notre alimentation est un facteur essentiel de vitalité et de santé : une alimentation vivante est le premier pas vers une meilleure santé.

La qualité de l'eau dépend beaucoup de sa pureté et des minéraux dans l'eau.

Les liquides organiques que nous ingérons sous forme d’eau ou d’autres boissons permettent aux cellules et au corps entier d’être nourris, mais aussi de se débarrasser de leurs déchets pour éviter une toxémie possible.

Pour accomplir cette tâche importante qui joue un rôle primordial pour maintenir la santé, l’eau doit être équilibrée dans son rapport acido-basique (pH), et elle devrait également être la plus pure possible.

Par contre, les minéraux et les oligoéléments qui se trouvent dans les eaux minérales sont inorganiques et possèdent donc une biodisponibilité médiocre. Découvrez pourquoi !

La qualité d’une eau que nous consommons régulièrement est entre autres définie par sa pureté. Cette pureté est liée à des notions concernant des propriétés physiques telles que la résistivité de l’eau et la conductivité de l’eau.

Pour anticiper le résultat de cet article un peu technique :  idéalement, la résistivité de l’eau devrait avoir des valeurs élevées (à partir de 6 000 Ω), la conductivité des valeurs basses.

Produits naturels

Depuis les débuts de la recherche en nutrition en 1850, les chercheurs occidentaux qui se sont intéressés à l’alimentation et la nutrition humaine ont adopté une approche réductionniste. Autrement dit, ils ont considéré chaque aliment comme une somme de nutriments sans interaction les uns avec les autres. C’est juste le contraire d’une alimentation holistique.

Cette approche réductionniste, c’est-à-dire essayant d’expliquer la globalité par les parties, ne fonctionne pas. En effet, on ne peut pas, par exemple, espérer corriger de cette façon des maladies chroniques.

Partant de ce constat, une vision différente commence à émerger, consistant à considérer les aliments dans leur entièreté, c’est-à-dire selon une approche « holistique ».  Celle-ci peut être déclinée en pratiques alimentaires visant à protéger à la fois la santé et l’environnement.

 

Radicaux libres - Rouille des cellules

Les radicaux libres sont des molécules chimiques instables produites en faible quantité par l’organisme. Ils sont principalement synthétisés dans la cellule lors de réactions avec l’oxygène. Cette instabilité chimique fait que ces substances sont très réactives. Certaines de ces réactions avec des structures de la cellule entrainent des dégâts en