Alimentation vivante
Une alimentation vivante aide à la détoxication de l’organisme et à le maintenir en bonne santé.

Pour rester en bonne santé, notre corps doit se nettoyer, se détoxiquer et se régénérer en permanence.

Des milliers de cellules meurent et naissent à chaque seconde; certaines parties du corps sont ainsi entièrement renouvelées en quelques jours, d’autres en quelques années. Il est donc nécessaire que la qualité de la nourriture apportée au corps attribue à la qualité de nos cellules.

Certes, ce n’est pas uniquement l’alimentation qui influence la régénération de nos cellules, mais également l’air, nos émotions, nos pensées, notre sommeil et notre style de vie jouent un rôle essentiel. Mais la qualité de notre alimentation est un facteur essentiel de vitalité et de santé: une alimentation vivante est le premier pas vers une meilleure santé.

Les problèmes de notre alimentation moderne: tout sauf une alimentation vivante

De nos jours, rien de plus facile à satisfaire une petite faim ou une envie de quelque chose. Mais l’alimentation moderne, nourrit-elle nous vraiment? C’est une question légitime si l’on observe que la majeure partie de l’alimentation proposée aujourd’hui dans la plupart des supermarchés est en réalité sans aucune valeur nutritive, nocive et transformée ou même ultra-transformée.

Aliments dévitalisés – le contraire d’une alimentation vivante

Pratiquement tous les aliments que l’on achète – cela comprend les aliments en supermarchés, mais même en magasin bio ou sur le marché – sont dévitalisés.

En amont, ils le sont par l’appauvrissement des sols engendrés par des décennies de culture intensive et de monoculture. Les terres où on cultive des aliments biologiques aujourd’hui commencent à retrouver leur force vitale, grâce à des techniques naturelles qui l’enrichissent au lieu de les épuiser. L’humus qui est la matière organique de première importance pour la culture d’un plant plein de nutriments se refait gentiment, par le compostage.

Les potagers privés que l’on cultive en harmonie avec la nature, par exemple en utilisant la permaculture ou les méthodes biologiques, retrouvent également leur vitalité et sont à nouveau pleine de vie et de nutriments (sauf si on continue à utiliser les produits de synthèse). Mais ce sont des récoltes pour l’usage privé, et c’est vraiment rarissime de trouver des produits de cette qualité dans un magasin.

En aval, le problème des traitements des aliments commence. Les produits sont appauvris par les techniques de raffinage, de conservation et de marketing qui détruisent tout ou une très grande partie des (quelques) nutriments qui restaient.  Certains nutriments comme vitamines, minéraux, fibres et enzymes disparaissent définitivement. Le meilleur exemple à citer est la différence entre le blé complet qui contient encore toutes ses vertus et la farine blanche dépourvue de tout aspect favorable à la santé.

Aliments pollués – même les aliments vivants n’y échappent pas

Pratiquement tous nos aliments sont pollués.

En amont, par les traitements chimiques en agriculture conventionnelle (p.e. fongicides, pesticides, herbicides, etc.). Les terres de culture sont polluées, l’humus est de plus en plus en train de disparaître. Les traitements synthétiques essaient artificiellement de compenser cette perte, mais sans succès réel. De moins qu’il y a d’humus, de plus on sert des produits chimiques, qui tue encore plus la vie existante – un cercle vicieux qui peut uniquement être rompu par l’agriculture biologique. Par contre, il faut des années ou même des décennies qu’une terre vidée et appauvrie se remettent à nouveau.

En aval, par les multiples additifs ajoutés par l’industrie comme les conservateurs, colorants, exhausteurs de goût, etc. Non seulement que ces produits contiennent une quantité innombrable en additifs chimiques, mais ces additifs détruisent à leur tour les quelques nutriments qui restent dans l’aliment. Ils sont donc des chélateurs (capteurs) de nutriments vitaux. Ainsi, si on mange ces produits, on soutient une fuite anormale de nos réserves en nutriments vitaux.

Aliments pleins de sucres rapides – L’alimentation vivante ne contient presque pas de sucres rapides

La plupart des aliments élaborés par l’industrie contiennent énormément de glucides à haut index glycémique. Ces glucides se trouvent sous forme de sucres simples, reconnaissables par leur goût sucré, ou de céréales raffinés. Les céréales raffinés ne sont pas des sucres lents, mais des sucres rapides !

Ces glucides sont dangereux puisqu’ils passent très rapidement dans le sang, comme une rivière (au lieu d’un passage goutte à goutte avec les sucres lents), sans réel effort digestif pour le corps pour les transformer. Ces sucres rapides apportent une sensation d’énergie et de bien-être, mais seulement d’une très courte durée. Alors, on en remange de nouveau pour satisfaire cette envie de “vide”, et un cercle vicieux se met en place : la dépendance du sucre.  Le corps commencera très vite à s’affaiblir, les maladies commenceront à apparaître.

L’industrie agroalimentaire se sert massivement du sucre pour enrichir le goûts des produits sans aucun intérêt gustatif – le sucre cache efficacement le manque de qualité des matières premières utilisées.

Pourquoi l’alimentation vivante possède-t-elle un index glycémique bas ?

Les aliments vivantes sont des aliments en grande partie crûs ou peu chauffés. Ces aliments sont surtout issus du groupe des légumes, fruits, noix, graines, graines germées, salades, viandes et poisson crues ou peu chauffées, produits laitiers crus, huiles vierges, etc.

Les glucides contenus dans l’alimentation vivante ne possèdent pratiquement jamais un index glycémique élevé, sauf quelques fruits (surtout les fruits exotiques comme la banane). Nos fruits des saison et locaux ont en grande partie un index glycémique bas (pomme, fraises framboises, groseilles, etc.).

L’index glycémique augmente surtout par le processus du raffinage, de la cuisson ou de l’ultratransformation de l’aliment. Ces traitements de l’aliment détruisent les nutriments et diminuent drastiquement la teneur en fibres (ex. farine intégrale vs. farine blanche). Les fibres ne sont pas vraiment bienvenus, ni chez le fabriquant, ni chez le consommateur. Ils faut mâcher, ils n’ont pas une couleur attrayante (contrairement à la blancheur qui nous suggère la pureté), et beaucoup de personnes n’ont plus les capacités intestinales à les digérer correctement. Dans une époque où tout doit être rapide et où on doit pouvoir avaler notre déjeuner en cinq minutes, mâcher est devenu un luxe !

Mais ce sont les fibres et les micronutriments qui baissent drastiquement l’index glycémique d’un aliment. De moins qu’ils sont présents, de plus notre glycémie montera après le repas. Cela explique pourquoi le diabète est tellement répandu de nos jours – les aliments industriels ne sont pas innocents concernant cette évolution !

Aliments dénaturés et substituts artificiels dangereux

Comment ces fraises hors-sol pourraient posséder le même profil nutritif que les fraises biologiques en pleine terre, nourries par un humus vivant ?
Comment ces fraises hors-sol pourraient posséder le même profil nutritif que les fraises biologiques en pleine terre, nourries par un humus vivant ?

Les nouvelles techniques et technologies que l’on connaît dans l’agriculture moderne et qui sont très poussées par certaines entreprises monopolisantes (comme Monsanto) amènent les agriculteurs de produire d’aliments de base dangereux. Ces derniers peuvent être modifiés génétiquement (OGM), être issus de plantes hybrides, etc.

De plus, an aval, l’industrie agroalimentaire se vente de découvrir des “substituts” comme du faux sucre, faux beurre, fausses crèmes et beaucoup d’autres. Ces substituts sont dangereux puisque les producteurs les vendent comme produits sains – meilleur que l’original naturel – et les consommateurs se sentent en sécurité en les consommant. Mais dans ce cas également, il s’agit de produits artificiels, synthéthiques, sans aucun intérêt nutritif. Aucun de ces aliments substituts n’est un aliment vivant !

Aliments ultratransformés

Les aliments ultratransformés n’ont strictement aucun intérêt pour le consommateur, juste au contraire. Ces aliments sont hautement nocifs et sont, en grande partie, à la source de toutes nos pathologies chroniques (maladies cardio-vasculaires, allergies, diabète, syndrome métabolique, dyslipidémie, hypertension, cancers, etc.). Ces aliments artificiels reflètent surtout une technologie au service du profit.

L’humain n’est plus au centre et l’aliment doit s’adapter aux contraintes de temps et de rentabilité. Une haute rentabilité rime avec coûts toujours plus bas et matière première médiocre. L’aliment industriel devra donc être améliorée artificiellement et par des coups de marketing pour devenir vendable.

On peut facilement s’imaginer que les aliments ultratransformés n’ont strictement rien en commun avec une alimentation vivante et sont à 100 % nocifs et pathogènes !

La vitesse de l’absorption des nutriments joue également un rôle 

De plus que nous nous approchons d’une alimentation vivante (et biologique), plus elle est biogénique ou bioactive, et le corps doit fournir un effort pour la digérer et la transformer en éléments utilisables pour son propre métabolisme.  Le vitalisme de la nourriture dépend également de sa cuisson, de sa fraîcheur, de sa préparation et d’autres éléments.

Dans le processus de transformation, le corps gagne de l’énergie qui se délibère lentement et régulièrement.  Si on ne donne à notre corps qu’une alimentation morte ou biocidique, il l’absorbe seulement passivement et devient dépendant de cet apport en énergie vide.  Comme mentionné plus haut, beaucoup de nos maladies dites “de civilisation” ont leur racine dans ce processus.

Cette alimentation industrielle, dépourvue d’énergie vitale et de ses capacités vibratoires, qui remplit l’estomac, mais ne nourrit pas du tout, a de sérieux impacts sur notre santé:

  • Elle constitue un facteur déterminant dans de nombreuses maladies en constante augmentation telles que le cancer, les allergies, le diabète, les maladies auto-immunes et les maladies cardio-vasculaires.
  • Elle a un impact direct sur les systèmes endocriniens et nerveux, avec comme conséquence une modification du comportement ou de l’humeur: hyperactivité, manque de concentration, dépendance, dégénérescence nerveuse, dépression, apathie etc.

Manger équilibré ou manger vivant ?

Si on décide de manger “de façon équilibrée“, tel que l’on conçoit l’équilibre alimentaire aujourd’hui, ce n’est pas suffisant et ne nous protège pas contre les maladies.

En effet, la notion moderne d’équilibre alimentaire tient généralement seulement compte de l’apport énergétique idéal. Elle parle de la répartition entre protéines, glucides, lipides (macronutriments) ainsi que de la teneur en vitamines, minéraux et d’autres éléments nutritifs.

Mais elle néglige l’importance de certains facteurs qui sont absolument essentiels à la santé. Par exemple, on néglige entièrement les enzymes qui constituent un des éléments distinctifs de l’alimentation vivante.

On nous recommande de manger cinq fruits et légumes par jours, qui est un très bon début – en théorie. Mais pour atteindre ce quota, on place sur le même plan une salade traitée en sachet, une boîte de légumes en conserve, un fruit en compote et des crudités bio fraîchement préparées. Ainsi, on aura l’impression de manger équilibré, mais notre organisme n’aura rien reçu en alimentation vitale.

Une nourriture dévitalisée et dénaturée par l’industrie ou par sa préparation en général place notre organisme à un niveau énergétique qui est beaucoup plus bas que notre potentiel réel. On lui enlève des Unités Bovis sur l’échelle vibratoire dont il a urgemment besoin pour son développement et pour l’évolution énergétique.

Seuls les aliments vrais, vivants, riches en enzymes, vitamines, minéraux et phyto-nutriments apportent à notre organisme les éléments subtils dont il a besoin pour se détoxiquer, se régénérer en profondeur et rester sain. Ces aliments maintiennent son équilibre vibratoire et énergétique.

Pour ce but, ce sont les légumes et fruits bio, les aliments complets, les produits laitiers complets, crus et fermentés et surtout les graines germées, jeunes pousses, micro-algues de type spiruline et les pollen qui devraient avoir une priorité absolue. Tous ces éléments sont faciles à intégrer dans notre alimentation quotidienne et peuvent tout changer pour notre santé.

Les effets d’une alimentation vivante

Fruits

Les objectifs d’une alimentation vivante sont simples:

  • Favoriser l’élimination des toxiques et des déchets accumulés dans l’organisme.
  • Prévenir certaines maladies, les guérir ou au moins en alléger les symptômes : arthrite, diabète, arthrose, cancers, maladies de digestion, maladies cardio-vasculaires et tant d’autres.
  • Et finalement, comme objectif le plus important : vivre plus longtemps en bonne santé.

En alimentation vivante, on n’a recours qu’à des aliments crus, de préférence biologiques, qui n’ont subi aucune transformation, exception faite de la germination et de la fermentation. La cuisson à une température plus élevée que 40°C est à éviter, car elle dénaturalise l’aliment, et les nutriments précieux sont détruits (surtout les enzymes). 

Mais il ne s’agit pas de vivre entièrement d’aliments crus. Il est vrai que la cuisson détruit une partie des vitamines et minéraux des aliments (plus l’aliment est cuit, plus grande est la perte). Dans certains cas, cependant, la cuisson améliore aussi la biodisponibilité des nutriments, comme c’est le cas du lycopène des tomates, qui est un antioxydant très puissant, ou rend les fibres alimentaires de certains légumes plus digestes pour l’intestin.  La cuisson a également le grand avantage de détruire les micro-organismes pathogènes.

Néanmoins, il est fortement recommandé d’intégrer une alimentation vivante au maximum dans son régime quotidien pour monter sa vitalité.

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images: Pixabay, CC0 Public Domain

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.