Cholestérol LDL et HDL- Définition, rôles et régulation


Cholestérol

Les valeurs de cholestérol (LDL et HDL) peuvent en partie être influencées par notre alimentation.

Les colles d’origine lipidique (Partie 2)

Le cholestérol fait partie des colles d’origine lipidique, tout comme les triglycérides. Un trop de ces lipides dans notre sang peut être à l’origine d’une toxémie augmentée et provoquer des maladies à long terme. Par contre, il ne faut pas les combattre avec n’importe quel moyen ! L’approche naturelle connaît beaucoup d’armes efficaces, sans aucun effet secondaire !

Le cholestérol est la substance lipidique la plus abondante du monde animal (dont humain) et la plus importante d’un point de vue métabolique. Le cholestérol total comprend le cholestérol HDL (High Density Lipoprotein), souvent appelé « bon » cholestérol  et le cholestérol LDL (Low Density Lipoprotein), souvent appelé « mauvais » cholestérol. Les molécules HDL et LDL ont reçu ces surnoms populaires à cause de leurs fonctions différentes dans notre organisme: tout généralement, on peut dire que les LDL amènent le cholestérol dans les cellules, et les HDL enlèvent et nettoient l’excès des artères.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le cholestérol est un lipide essentiel à l’organisme : il compose et maintient la structure des membranes des cellules de notre corps et joue un rôle dans la synthèse de certaines hormones.

Notre organisme a donc besoin une certaine quantité de cholestérol pour fonctionner correctement ! Rien ne pourrait être plus faux de le diaboliser complètement. Mais un excès de cholestérol (LDL) est néfaste pour la santé et peut conduire sur le long terme à un infarctus du myocarde, un accident vasculaire-cérébral ou une artérite des membres inférieurs.

 

L’hypercholestérolémie (trop de cholestérol dans le sang) fait partie de l’hyperlipidémie. En France, le cholestérol serait à l’origine d’un infarctus sur deux et près de 20 % de la population adulte présenterait une hypercholestérolémie. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu’une baisse de seulement 10 % de cholestérol chez un homme de 40 ans permettrait une réduction de 50 % de maladies cardiovasculaires, sur un horizon de 5 ans.

En fonction de la manière dont notre organisme dégrade le « mauvais »  cholestérol (LDL) et de la teneur en cholestérol de votre alimentation, le cholestérol peut s’accumuler dans le sang et former des amas graisseux (plaques) de cholestérol dans la paroi de nos artères (athérosclérose).

Le « bon » et le « mauvais » cholestérol : HDL ET LDL

On distingue donc deux groupes de cholestérol :

  • Le cholestérol HDL, également appelé « bon cholestérol » et
  • le cholestérol LDL, également appelé « mauvais cholestérol » (détails plus bas).

Le cholestérol total comprend ainsi le cholestérol HDL et le cholestérol LDL.

Le cholestérol n'est pas hydrosoluble.

Le cholestérol est une substance hydrophobe qui n’est pas soluble dans le sang.

D’un point de vue biochimique, le cholestérol n’est pas un acide gras (graisse). Mais comme les acides gras, il est un composé hydrophobe, il n’est donc pas soluble dans le sang. Le cholestérol et les acides gras ne savent pas « nager ». C’est pourquoi il est considéré comme une molécule de graisse, alors que c’est un stérol.

Il ne peut donc circuler seul dans le sang ni pénétrer dans les cellules. Comme les acides gras, le cholestérol est véhiculé par des protéines, appelées « lipoprotéines ».

Le cholestérol circule sous forme libre et surtout sous forme liée aux diverses lipoprotéines.

Ce n’est donc pas la « molécule » cholestérol qui diffère entre « bon cholestérol » et « mauvais cholestérol » – mais son mode de transport.

Lipoprotéine LDL (Low Density Lipoprotein) 

Les lipoprotéines LDL (Low Density Lipoprotein) sont couramment appelées « mauvais cholestérol ». 60 à 80 % du cholestérol dans le sang est associé aux LDL.

Elles transportent le cholestérol dans le sang, venant du foie pour l’apporter aux cellules. Sur leur chemin qui passe par les artères, les LDL peuvent déposer du cholestérol sur les parois d’artères qui s’y accumulera avec le temps.

La régulation de l’absorption des particules de LDL dans la cellule se fait grâce à un récepteur spécifique se trouvant sur chaque cellule qui indique son besoin en cholestérol. Les LDL servent de fournisseur pour répondre aux besoins cellulaires en cholestérol.

En cas d’augmentation des apports en cholestérol exogène, c’est-à-dire venant de l’extérieur dont la source est alimentaire, deux types de réactions peuvent se produire :

  • Compensation de l’augmentation des apports alimentaires par une baisse de la synthèse endogène (par l’organisme) en maintenant constant le nombre de récepteurs de surface aux LDL ;
  • ou, pour certains groupes de personnes, il peut y avoir une compensation déficiente.

Dans ce dernier cas, il se produit une augmentation du flux de cholestérol entrant dans les cellules et en conséquence une diminution des récepteurs aux LDL. Le résultat est une augmentation du taux de cholestérol plasmatique qui s’accumule dans les vaisseaux sanguins et va favoriser l’athérosclérose.

C’est pour cette raison que le LDL cholestérol est souvent appelé “mauvais cholestérol”, par opposition au HDL (High Density Lipoprotein) qui est appelé “bon cholestérol“.

Lipoprotéine HDL (High Density Lipoprotein)

Les lipoprotéines HDL (High Density Lipoprotein) sont par contre souvent appelées le « bon cholestérol ». 20 à 30 % environ du cholestérol sanguin est associé aux HDL.

Elles récupèrent le cholestérol en excès dans les cellules et le ramène au foie qui s’en sert principalement pour fabriquer des acides biliaires. Elles ne déposent pas de cholestérol sur les parois des artères, puisqu’elles récupèrent l’excès pour l’éliminer.

Le HDL est considéré comme une substance essentielle dans le système de transport des lipides. Un taux de cholestérol HDL élevé signifie que les dépôts graisseux sont moins susceptibles de s’accumuler dans les artères. On peut dire que le cholestérol HDL « décrasse » les parois des artères.

Un rapport HDL/LDL élevé, c’est-à-dire un taux de cholestérol HDL élevé par rapport au taux de cholestérol LDL, protège des maladies cardiovasculaires.

Rôles des cholestérols LDL et HDL

Le cholestérol (LDL et HDL) est un lipide de la famille des stérols qui joue un rôle central dans de nombreux processus biochimiques de l’organisme. Les stérols sont considérés comme une sous-classe des stéroïdes.

Le mot « cholestérol » désigne une molécule unique. Ce qui signifie – comme on l’a vu plus haut – que les termes de « bon » et « mauvais cholestérol » ne servent pas à désigner deux molécules différentes, mais font référence aux lipoprotéines de haute densité (HDL) et lipoprotéines de basse densité (LDL), les transporteurs du cholestérol dans le sang.

Le cholestérol est présent sous forme de stérides (cholestérol estérifié) dans la plupart des tissus des vertébrés, et en particulier dans le foie, le cerveau, et la moelle épinière.

Le cholestérol est un composant majeur des membranes cellulaires animales qui contribue à leur stabilité et au maintien de leurs structures. Il est absolument indispensable à la vie !

En détail, il a (entre autres) les fonctions suivantes :

  • Il entre dans la composition des membranes cellulaires (90% des 150 g de cholestérol) et contribue à la fluidité des membranes.
  • Il fluidifie la membrane car il empêche sa gélification en évitant la cristallisation des acides gras, et diminue la perméabilité membranaire aux molécules hydrosolubles.
  • Il a un rôle de « tampon thermique » : à 37°C, il limite le mouvement des phospholipides (lipide contenant un groupe acide phosphorique) , donc la fluidité membranaire diminue ; à des températures plus basses, il empêche l’entassement des phospholipides.
  • Dans la membrane, il permet la formation de radeaux lipidiques. Ce sont des zones essentielles à l’ancrage de protéines fonctionnelles.
  • Dans les neurones, il permet la synthèse des neurotransmetteurs et la propagation de l’influx nerveux.
  • Le métabolisme du cholestérol est également précurseur de nombreuses molécules. Le cholestérol permet la formation de :
    • Hormones stéroïdes : cortisol, cortisone, et aldostérone ;
    • hormones stéroïdes sexuelles : progestérone, œstrogènes, et testostérone ;
    • vitamine D3 : cholécalciférol;
    • certaines protéines ;
    • ubiquinone ou coenzyme Q10 ;
    • sels biliaires.

Régulation et dégradation du cholestérol dans l’organisme

La régulation du cholestérol (LDL et HDL) repose sur des équilibres complexes et fragiles. Les systèmes de régulation peuvent être fréquemment débordés par l’excès de cholestérol à traiter.

Une partie du cholestérol peut ne pas être absorbée lors de la digestion. Plus on mange de cholestérol, moins notre corps en absorbe, en pourcentage.

C’est un premier niveau de régulation. Exemples : si vous consommez l’équivalent de 400 mg de cholestérol, votre organisme l’absorbe à 40 %. Si vous en mangez 800 mg, votre organisme l’absorbe à 20 %.

Concernant le cholestérol absorbé ou produit par l’organisme, il existe trois niveaux de régulation du cholestérol, le but étant de diminuer le taux de cholestérol de la cellule quand il est en excès :

  • Le cholestérol libre dans la cellule inhibe la production de ses propres récepteurs membranaires LDLR (qui donne le signal aux lipoprotéines que la cellule en a besoin). Par conséquent, le flux entrant de cholestérol dans la cellule est diminué.
  • Le cholestérol libre inhibe la HMG-coA réductase (enzyme), ce qui empêche la poursuite de la réaction de synthèse du cholestérol.
  • Enfin, le cholestérol libre stimule l’acyl transférase (ACAT), enzyme catalysant son estérification en stéride. Ceci favorise le stockage du cholestérol libre.

La synthèse du cholestérol est très régulée par le métabolisme. Dans le cas d’une alimentation équilibrée, les proportions de cholestérol sont estimées comme suit (ces chiffres peuvent varier selon les auteurs) :

  • Cholestérol d’origine endogène (produit par l’organisme) : entre 50 % et 80 %  de la totalité (environ 700 mg/j).
  • Cholestérol d’origine exogène (d’origine alimentaire): entre 50 % et 20 % de la totalité (environ 700 mg/j).

Normalement, on part d’une relation 70 % de production endogène contre 30 % d’apport alimentaire.

Conclusion pour la pratique

L’augmentation des apports en cholestérol d’origine alimentaire inhibe la synthèse du cholestérol d’origine endogène.

À partir des éléments précédents, on peut dire que le cholestérol alimentaire influe donc en partie la cholestérolémie, mais pas tout ! En cas de hypercholestérolémie (trop de cholestérol dans le sang), c’est surtout cette partie-là que l’on peut donc influencer avec une modification alimentaire.

La naturopathie qui considère tous les lipides sanguins comme surcharge colloïdale (ou comme colles), connaît beaucoup de méthodes naturelles comme le changement alimentaire ou changement des habitudes de vie pour abaisser les taux.

 

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Taux de cholestérol – Les valeurs usuelles de la cholestérolémie

Hypercholestérolémie : trop de mauvais cholestérol dans le sang

Hyperlipidémie – Quand il y a trop de graisses dans le sang

Colles et cristaux : les colles et la surcharge colloïdale (Partie 1)

Médicaments hypolipémiants – Les traitements allopathiques

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin. Ce site ne permet pas de faire de diagnostic médicale ni une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images:  Pixabay, CC0 Public Domain

 

 


Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Notifications  
Me notifier des