Taux de cholestérol
Le dosage du taux de cholestérol fait partie du bilan lipidique.

Les colles d’origine lipidique (Partie 3)

Pour connaître le taux de cholestérol précis, il faudra procéder à un bilan lipidique. La cholestérolémie est le taux de cholestérol total sérique. Le médecin s’intéressera surtout pour les taux du cholestérol total, du cholestérol LDL, du cholestérol HDL (et bien sûr des triglycérides qui font également partie de l’hyperlipidémie).

Du point de vue naturopathique, le cholestérol fait partie des colles et peut produire une surcharge colloïdale. Le taux de cholestérol est donc une valeur à connaître. Il y tout intérêt de faire baisser un taux qui est bien trop haut, idéalement par des moyens naturels, sans intervention de médicaments qui ont souvent beaucoup d’effets secondaires.

Mais à partir de quel taux de cholestérol peut-on considérer les valeurs trop élevées ?

Cet article est la suite de : Cholestérol LDL et HDL – Définition, rôles et régulation

Cholestérolémie : l’évaluation du taux de cholestérol

La cholestérolémie est le dosage du cholestérol dans le sang pour évaluer le « taux de cholestérol ».

Les lipoprotéines sont essentielles pour notre santé

Lipoprotéine
Lipoprotéine

Le cholestérol est transporté par des protéines appelées lipoprotéines qui sont produites par le foie.

Les lipoprotéines sont une association de lipides et de protéines.

Ces molécules ne sont pas à condamner, parce qu’elles ont un rôle important dans notre organisme. Elles permettent aux lipides qui sont les graisses, qui ne sont pas solubles dans l’eau et donc le sang, de circuler dans tout notre organisme.

Les acides gras et les lipides jouent un rôle primordial dans le fonctionnement des êtres vivants. Ils sont les composants principaux des membranes cellulaires, jouent un rôle dans la transmission nerveuse et certains lipides sont utilisés comme précurseurs d’hormones.

Leur transport aux cellules doit donc bien être assuré – sans les lipoprotéines, ce transport ne serait pas possible. Il faut donc retenir que nous avons besoin des lipoprotéines, mais pas en excès !

On distingue plusieurs sortes de lipoprotéines associées au cholestérol qui sont les suivants :

Les lipoprotéines LDL

Les lipoprotéines LDL (Low Density Protein) sont considérées comme le « mauvais » cholestérol.

Elles transportent le cholestérol du foie vers les tissus et les cellules. Ce dernier peut se déposer dans les artères et entraîner la formation de plaques d’athérome ou d’athérosclérose.

L’augmentation du taux de LDL-cholestérol dans le sang constitue donc un facteur de risque cardiovasculaire.

Les lipoprotéines HDL

Les lipoprotéines HDL (High Density Protein) sont considérées comme le « bon » cholestérol.

Elles transportent le cholestérol des tissus et des artères vers le foie et n’engendre pas une formation d’athérome. Au contraire, le HDL-cholestérol participe au “nettoyage” des artères et constitue un facteur protecteur. Il faut donc avoir plus de HDL et moins de LDL.

Les lipoprotéines VLDL

Les lipoprotéines VLDL (Very Low Density Protein) sont responsables du transfert des lipides endogènes (produits à l’intérieur de l’organisme) de leur lieu de synthèse, le foie, vers les tissus.

Elles véhiculent également les triglycérides (60 – 90 %).

Le cholestérol total

Cependant, lors du dosage sanguin, le médecin s’intéresse finalement surtout au cholestérol total, aux LDL et aux HDL.

Il est recommandé de réaliser cette analyse à jeun, c’est-à-dire sans rien manger, ni boire (sauf de l’eau) pendant les 12 heures qui précèdent votre prise de sang.

Les données du taux de cholestérol sont généralement indiquées en g/L, mais on trouve parfois des informations en mmol/L.

 


Vous cherchez plus d’informations concernant le cholestérol ? La rédaction vous propose :

Excès alimentaire

Colles et cristaux – Les colles et la surcharge colloïdale (Partie 1)

CholestérolColles et cristaux – La glaire, signe de colles présentes (Partie 2)

 


Les taux de cholestérol et les objectifs à atteindre

Les taux de cholestérol normaux

Les paramètres biologiques considérés comme normaux sur le plan lipidique sont :

  • Cholestérol total : entre 1.50 et 2.20 g/L (ou plutôt 2.00 g/L) ;
  • LDL-cholestérol : entre 0.90 et 1.60 g/L ;
  • HDL-cholestérol : entre 0.40 et 0.65 g/L chez l’homme et 0.50 et 0.80 g/L chez la femme. En dessous de 0.35 g/L (mesuré à plusieurs reprises), le risque cardiovasculaire existe.

Le rapport cholestérol total / HDL-cholestérol devrait être :

  • Inférieur à 5 chez l’homme ;
  • inférieur à 4.4 chez la femme.

Si le rapport entre Cholestérol Total / HDL > 5 : le risque relatif coronarien est multiplié par 20. On considère comme idéal un rapport qui se situe aux environs de 3.

En fonction des facteurs de risque associés, de l’âge, du sexe, des antécédents cardiovasculaires familiaux, les chiffres de normalité sont modifiés. Chez la femme, les valeurs sont en général plus basses.

La formule de Fredrickson prend en compte l’âge sans facteurs de risque

Souvent, on admet la formule de Fredrickson prenant en considération l’âge du patient, sans aucun facteur de risque supplémentaire. Cette formule consiste à donner pour une valeur normale du cholestérol total 2.00 g/L, avec des décimales l’âge en années, soit :

  • Pour les personnes à 30 ans : 2.30 g/L ;
  • à 40 ans : 2.40 g/L ;
  • à 50 ans : 2.50 g/L etc.

Mais cette formule perd de plus en plus de sa valeur, puisque les facteurs de risque supplémentaires sont primordiaux dans le calcul des objectifs de taux de cholestérol à atteindre.

Les taux de cholestérol cibles changent selon les facteurs de risque cardiovasculaire

Les valeurs de LDL-Cholestérol recommandées à atteindre ne sont pas les mêmes pour tous. Elles dépendent du niveau de risque cardiovasculaire de chacun. Plus le risque est élevé, plus la valeur cible de taux de cholestérol est basse.

Ainsi, une jeune personne sans aucun facteur de risque sauf du cholestérol, aura un objectif cible différent de celui d’une personne plus âgée, déjà atteinte de diabète et peut-être en surpoids.

Les facteurs de risque cardiovasculaire qui sont à prendre en considération en cas d’hyperlipidémie sont :

  Facteur Patients concernés
Facteurs de risque   Âge Homme de 50 ans ou plus ; Femme de 60 ans ou ménopausée.
Antécédents familiaux de maladie coronaire précoce Infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père ou chez un parent de premier degré de sexe masculin ; Infarctus du myocarde ou mort subite avant 65 ans chez la  mère ou chez un parent de premier degré de sexe féminin.
Tabagisme Actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans.
Pilule / Contraception hormonale Surtout en combinaison avec le tabagisme.
Hypertension artérielle (HTA) permanente Traitée ou non.
Diabète de type 2 Traité ou non. (Détails voir plus bas).
HDL-cholestérol < 0.40 g/L Quel que soit le sexe.
Facteur protecteur HDL-cholestérol > 0.60 g/L Soustraire alors un facteur de risque.

Les objectifs ciblés pour les taux de cholestérol (selon les recommandations de 2005 et 2012)

Les objectifs ciblés pour le taux de cholestérol LDL ont bien changés entre 2005 et aujourd’hui.

Certains médecins maintiennent encore les valeurs plus élevées de 2005 (donc moins sévères), d’autres suivent les recommandations européennes version 2012 qui sont nettement plus basses.

Pour vous permettre une comparaison, voici les deux tableaux :

Objectifs pour le taux de cholestérol LDL (2005)

   Niveaux de risque cardiovasculaire    Objectif pour le LDL-C (g/L)  
   0 facteur de risque (Risque faible)    < 2.20
   1 facteur de risque (Risque modéré)    < 1.90
   2 facteurs de risque (Risque élevé)    < 1.60
   > 2 facteurs de risque (Risque très élevé)    < 1.30
   Prévention secondaire cardiovasculaire ou risque équivalent      < 1.00

Les nouvelles recommandations européennes de 2012

   Niveaux de risque cardiovasculaire    Objectif pour le LDL-C (g/L)  
   0 facteur de risque (Risque faible)    < 1.90
   1 facteur de risque (Risque modéré)    < 1.15
   2 facteurs de risque (Risque élevé)    < 1.00
   > 2 facteurs de risque (Risque très élevé)    < 0.70
  Prévention secondaire cardiovasculaire ou risque équivalent      < 0.70

Comme vous pouvez le constater, les valeurs ont été drastiquement baissées et sont plus sévères.

Les facteurs de risque et les objectifs à atteindre pour les diabétiques 

Facteur de risque Evolution de la maladie Objectif de valeur LDL
Faible   Sans diabète < 1.9 – 2.0 g/L
Modéré Diabète de type 1 ou 2 et < 40 ans sans facteur de RCV ni atteinte d’organe cible. < 1.15 g/L
Elevé Diabète de type 1 ou 2 :
< 40 ans avec au moins un facteur de RCV ou atteinte d’organe cible ;
≥ 40 ans sans facteur de RCV ni atteinte d’organe cible ;Patient ayant une insuffisance rénale chronique modérée ;Tension artérielle (HTA) ≥ 180/110 mmHg.
< 1.0 g/L
Très élevé Diabète de type 1 ou 2 :

≥ 40 ans avec au moins un facteur de RCV ou atteinte d’organe cible;

Patient ayant une insuffisance rénale chronique sévère ;

Maladie cardio-vasculaire documentée (prévention secondaire) ;

Avec antécédents d’accidents vasculaires liés à l’athérome, qu’il s’agisse d’accidents cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux ou d’artérite des membres inférieurs.

< 0.70 g/L

Les objectifs pour le taux de cholestérol LDL pour les diabétiques correspondent entièrement aux nouvelles recommandations européennes (2012).

Les anomalies du bilan lipidique

On parle de dyslipidémie quand une anomalie du bilan lipidique est constatée.

Le médecin distinguera alors entre les anomalies suivantes :

  • Hypercholestérolémie : le taux du cholestérol LDL est trop élevé.
  • Hypertriglycéridémie : le taux de triglycérides est trop élevé.
  • Hyperlipidémie mixte : les deux taux (cholestérol LDL et triglycérides) sont trop élevés.

 

Dans la santé holistique, un excès en lipides sanguins est le signe d’une surcharge colloïdale. Il y a plusieurs moyens de combattre le taux de cholestérol élevé, dont beaucoup d’outils naturels comme une modification de l’alimentation ou des habitudes de vie.

Les médicaments hypolipémiants devraient être prescrits seulement en dernier recours, quand les autres moyens naturels et holistiques ne sont pas suffisants ou difficiles à suivre.

 

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Hypercholestérolémie : trop de mauvais cholestérol dans le sang

Cholestérol LDL et HDL- Définition, rôles et régulation

Hyperlipidémie – Quand il y a trop de graisses dans le sang

Le diabète est une épidémie moderne

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images:  

  • Pixabay, CC0 Public Domain
  • Lipoprotéine : futura-sciences.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.