Le diabète est une épidémie moderne


Le diabète est une épidémie

Le diabète est une épidémie moderne dont le taux ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé OMS, il y a environ 422 millions de personnes qui souffrent du diabète dans le monde (2014). Le nombre de diabétiques chez les adultes de plus de 18 ans est passé ainsi de 4.7 % en 1980 à 8.5 % en 2014. Ce pourcentage augmente rapidement sans cesse. L’OMS prévoit qu’en 2030, chaque 7ème décès sera lié au diabète et ses conséquences. Tous ces chiffres nous montrent malheureusement: le diabète est une épidémie qui se propage à une vitesse presque incontrôlable. 

Le diabète est une épidémie qui est due à notre mode de vie moderne

Même si l’hérédité joue un rôle dans son apparition, on associe la prévalence croissante du diabète à l’alimentation et au mode de vie qui ont cours en Occident (et dernièrement aussi dans l’Orient moderne), c’est-à-dire dans tous les pays industrialisés : abondance de sucres raffinés et de farines / céréales raffinés, de gras saturés et de viandes (surtout rouges), alimentation principalement de fast-food ou de produits issus de l’agro-industrie dépourvu de tout élément nutritif, pauvreté en fibres alimentaires, surplus de poids, manque d’activité physique et sédentarité (autant dans la vie professionnelle que dans la vie privée). Plus ces caractéristiques augmentent au sein d’une population donnée, plus l’incidence du diabète croît.

Le diabète est une épidémie qui touche tous les pays par la globalisation des habitudes

Dans ces dernières années, le pourcentage de personnes atteintes de diabète ou d’une insulinorésistance augmente aussi drastiquement dans les pays en voie de développement.

Fastfood - En partie responsable du diabète global

Le fastfood qui progresse partout dans le monde fait disparaître l’alimentation saine et régionale, telle que le régime méditérrannéen. Par ses carences en nutriments et sa teneur excessive en glucides et graisses, il est partiellement responsable pour la globalisation du diabète dans tous les pays.

Dans ces pays, les causes peuvent être multiples. D’un côté, il peut s’agir de carences nutritives ou une alimentation peu diversifiée et monotone, mais l’épidémie du diabète peut également être due à une alimentation en excès ou à la sédentarité, comme dans l’Occident. Les habitudes occidentales en alimentation dénaturée (fast-food) sont en train d’envahir la planète entière, comme résultat d’une globalisation totale, avec tous les effets néfastes qui l’accompagnent. Les traditions locales en alimentation se perdent de plus en plus, tout le monde raffolent des hamburgers & co.

Par exemple, une étude rapporte que la Chine connaît la plus grande épidémie de diabète dans le monde. La proportion de diabétiques en Chine dépasse désormais celle des Etats-Unis, près de 12 % de la population adulte du pays est affectée par la maladie, et près de 36% sont pré-diabétiques. Le diabète est une épidémie qui touche donc également l’Asie.

Les causes sont simples: la Chine est un grand consommateur de riz qui est encore toujours un des aliments les plus importants en Asie. Seulement, aujourd’hui, le riz est blanc et raffiné, de qualité moindre, comparé à auparavant. Il a donc une charge glycémique élevée et n’a pratiquement plus de valeurs nutritives. En plus, comme partout, le Chinois a découvert les produits occidentaux (surtout industriels) et les a intégrés massivement dans son régime alimentaire: des produits contenant du sucre blanc, de la graisse saturée, des graisses trans, des farines blanches, toutes sortes d’additifs et les produits laitiers en masse qui sont devenus accessibles pour une grande partie de la population.

Le diabète est responsable de beaucoup de maladies

Le diabète est une cause majeure de cécité, d’insuffisance rénale, d’accidents cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et d’amputation des membres inférieurs. Selon l’OMS, en 2012, on a estimé que 1,5 million de décès étaient directement dus au diabète et que 2,2 millions de décès supplémentaires devaient être attribués à l’hyperglycémie.

Selon la Fédération Internationale du Diabète, il faut s’attendre à un véritable vague de tsunami dans les décennies à venir : le nombre de patients atteints de la maladie risque de se tripler. L’OMS prévoit une augmentation de 170 % du nombre des diabétiques dans les pays industrialisés ou en voie de développement avant 2025.

Zoom sur le diabète en France

Selon la Fédération Française des Diabétiques, entre 2000 et 2009, le taux de prévalence du diabète en France n’a cessé d’augmenter. Il a même progressé plus vite que prévu. En 2009, on estimait le nombre de personnes atteintes en France à plus de 3,5 millions – des chiffres attendus normalement pour 2016. Ils témoignent d’une véritable croissance de l’épidémie, comme dans le restant du monde – malheureusement, la France ne fait pas une exception.

En France, 400 nouveaux cas de diabète sont diagnostiqués chaque jour. En 2015, plus de 3.3 millions de personnes prenaient un traitement médicamenteux pour leur diabète (soit 5 % de la population en 2015). À cela s’ajoutent les presque 700 000 diabétiques qui s’ignorent et les patients diagnostiqués, mais qui réussissent à maîtriser les effets d’un diabète naissant par des mesures d’hygiène de vie (alimentation saine, sport etc.), sans aucune médicamentation.

L’épidémie diabétique ne cesse donc d’augmenter en France, particulièrement chez les hommes, les jeunes (<20 ans) et les plus âgés (>80 ans). Dans la tranche d’âge 75-80 ans, ces chiffres sont de 20% pour les hommes et 14% pour les femmes en 2013.

La majorité de ces personnes sont diabétiques de type 2 non insulinodépendantes (76 %). Elles représentent 92 % des cas de diabète traité. Le diabète de type 1 représente seulement 6 % des cas de diabète traité.

Les différences – nous ne sommes pas tous égaux vis-à-vis du diabète

En France comme ailleurs, parmi les causes du diabète, il y a toujours les même facteurs qui peuvent déclencher cette maladie chronique : la prédisposition (gènes, antécédents familiaux, etc.) et un mode de vie néfaste pour la santé. On y trouve comme partout les problèmes de surpoids, d’obésité, de sédentarité, de manque d’activité physique et la « malbouffe », une alimentation raffinée, industrialisée, dépourvu de tout élément vital et avec un taux en mauvais glucides (avec un index glycémique trop haut) beaucoup trop élevé.

Bien sûr, le vieillissement de la population, le dépistage précoce et l’amélioration de l’espérance de vie des personnes traitées augmentent mécaniquement les chiffres, mais ce phénomène statistique n’est pas le cœur du problème épidémique.

Il existe également d’autres disparités qui semblent jouer un rôle important. Les risques semblent de varier selon plusieurs critères. Les études confirment des disparités liées à l’âge, au sexe (les hommes sont plus touchés que les femmes), aux conditions sociales, ainsi que des disparités géographiques: elles persistent et s’accentuent.

Les taux de prévalence les plus élevés en France sont toujours dans les départements et régions d’outre-mer et dans le Nord de la France. Tandis que les régions de l’Ouest de la France métropolitaine ont les taux de prévalence les plus faibles : Bretagne, Pays-de-la-Loire et région Aquitaine.

La diversité nutritionnelle est un élément clé pour éviter le diabète.

La diversité nutritionnelle est un élément clé pour éviter le diabète.

Cette disparité géographique n’est pas sans traduire des différences sociales. Plus nous sommes pauvres, plus nous sommes touchés par le diabète – c’est malheureusement la triste réalité. On peut dire que le diabète est directement lié à notre porte-monnaie. Pourquoi ? L’accès à une nourriture saine, biologique, variée, bref de qualité supérieure et plein de nutriments, est très souvent devenu un luxe qui se paie très cher. Ceci n’est souvent pas possible pour les gens à revenus modestes. Même l’accès régulier à un marché local pour acheter des produits régionaux et fais est très souvent impossible, surtout en ville.

En conséquence, dans les familles à revenus modérés et malheureusement chez les retraités, les repas vite fait et bon marché, plein de glucides morts, de graisses saturées, même trans, ou regorgeant d’additifs chimiques, sont plus réguliers et augmentent ainsi le risque de surpoids et de toutes sortes de maladies dites « de civilisation », même chez les jeunes. Malheureusement, l’industrie agro-alimentaire est bien consciente de cette réalité triste et fait tout pour en profiter un maximum, sans se soucier de la santé des consommateurs.

En plus, les inégalités territoriales et socio-économiques affectent l’efficacité des soins.

Statistiquement, on peut retenir qu’en France :

  • Le diabète est la première cause d’amputation (hors accidents) avec environ 8000 cas par an ;
  • le diabète est la deuxième cause d’accidents cardio-vasculaires ;
  • le diabète est responsable de 25 % des cas de maladies rénales ;
  • le diabète est la première cause de cécité après 65 ans, il y a plus de 1000 cas par an ;
  • 2 % des diabétiques sont complètement aveugles.

 

Comme on peut constater, ces chiffres ne peuvent pas être négligés. Il s’agit bel et bien d’une épidémie d’une importance non seulement nationale, mais globale, qu’il faut combattre à tout prix. Et un des buts de ce site est de montrer que c’est tout-à-fait possible de le faire, à plusieurs nivaux. Le diabète n’est pas une fatalité, c’est dans les mains de chacun de changer ses habitudes de vie!

 

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Le diabète n’est pas une fatalité

Les types de diabète rares, méconnus et mal diagnostiqués

Origines de la toxémie – La toxémie endogène et exogène

Colles et cristaux : les colles et la surcharge colloïdale (Partie 1)

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin. Ce site ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images: Pixabay, CC0 Public Domain

 

 


Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Notifications  
Me notifier des