Tout est vibration
Tout Être vivant possède une énergie vibratoire, une fréquence.

Tout dans l’Univers possède une vibration – ce sont des fréquences du taux vibratoire ou l’ énergie vibratoire. Que ce soit une personne, un objet, une conversation, une émotion ou une simple pensée, absolument tout possède de l’ énergie vibratoire et donc des fréquences vibratoires.

Le taux vibratoire ou encore l’ énergie vibratoire qui caractérise tout Être vivant (en font partie les humains et les animaux, mais également les plantes, les unicellulaires et les virus) est soumis à une fluctuation permanente. Cette énergie est dynamique, variable et change donc toujours : au cours des jours et des nuits, des semaines, des mois, des années, mais également au cours des heures, dépendant de ce que l’on vit pendant la journée. Le taux vibratoire est mesurable en Unités Bovis, à l’aide de l’échelle ou le biomètre de Bovis.

Mais il y a d’autres possibilités plus « scientifiques » et donc plus exacts pour connaître son taux vibratoire : les fréquences. De manière générale, on peut définir le taux vibratoire ou l’ énergie vibratoires comme notre niveau d’énergie. Ce niveau d’énergie possède une fréquence qui n’est rien d’autre que le taux mesurable du flux d’énergie. Par conséquent, tout qui possède de l’énergie vitale a aussi une fréquence mesurable et une énergie vibratoire.

Énergie vibratoire, taux vibratoire, fréquence énergétique ? – Les scientifiques en parlent depuis longtemps …

Mécanique quantique
La mécanique quantique nous réserve encore beaucoup de découvertes qui bouleverseront les notions physiques et biologiques contemporaines.

Sur ce site, j’essaie souvent de faire une approche entre les notions énergétiques et vibratoires et la science. Par exemple, dans l’article  Un peu de science – L’ énergie du vivant est bien réelle ou Énergie universelle … une énergie omniprésente !.

Pourquoi ? Parce que – comme probablement beaucoup d’entre vous – je ne crois pas aveuglément dans des superstitions et des croyances ésotériques ou religieuses sans aucune preuve ou fondement. Croire uniquement parce que l’on me dit (ex. église) – non.

Par contre, je suis entre-temps tout à fait sûre qu’il existe plus dans notre entourage que nous pouvons voir, sentir, entendre et même comprendre avec nos sens et même avec nos appareils scientifiques actuels. Il existe nettement plus que la science veut nous faire croire. Je veux être sûre de ce qui forme ma façon de voir le monde, même si mes points de vue n’ont peut-être plus rien à voir avec les leçons académiques comme on les apprend à l’école. La recherche qui durera toute ma vie a donc bien commencée …

Aujourd’hui, nous vivons une époque très intéressante et excitante. La science et les croyances commencent à se rencontrer, à se croiser. Ce n’est plus le monde en blanc et noir (science contre religion / ésotérisme), mais des possibilités infinies qui s’entremêlent pour former une nouvelle compréhension du monde. Tout est en train de changer, et cela à une vitesse incroyable. L’existence de beaucoup de sujets qui étaient fondés sur une pure croyance auparavant – même s’ils dataient de millénaires comme la notion du Qi dans l’Orient – commencent à être prouvés scientifiquement, surtout grâce à la physique quantique et ses théories, mais également par le progrès important de la technologie.

Un exemple pour se faire une idée : la loi d’attraction. La théorie dit que nous attirions des énergies qui se matérialisent dans notre vie grâce à nos pensées et nos émotions. Nous sommes donc maîtres de notre environnement, dans un contexte positif ou négatif.

Chat de Schroedinger
L’expérience du chat de Schrödinger : Vivra ou vivra pas …

La base scientifique qui se cache derrière cette théorie (qui est devenue une réalité qui fonctionne très bien) est l’expérience du physicien Erwin Schrödinger : le chat de Schrödinger. Il a mis en évidence, par la mécanique quantique, que plusieurs probabilités existent simultanément (deux réalités moléculaires encore non matérialisées) et que c’est l’observateur (qui attend un résultat précis) qui déclenche le choix entre les états. Nous attirons donc ce que nous attendons !

Mais malheureusement, le progrès à tous les niveaux (scientifiques et spirituels) n’est pas si simple. Les obstacles scientifiques, économiques, financiers et humains sont énormes. Nous devons être conscients que de nos jours, la science est financée par des forces économiques omnipuissantes : des lobbies, des groupes industriels, agro-alimentaires ou pharmaceutiques, des groupements politiques, etc. Ces entités influencent une grande partie des études scientifiques dans tous les domaines et les interprètent strictement dans leur intérêt. Si les résultats d’une expérience ne rentrent pas dans leur cadre prédéfini, celle-ci sera tout simplement annulée et les résultats cachés ou détruits …

Toutes les connaissances qui vont à l’encontre des intérêts financiers et politiques sont déformées, discréditées, retenues ou même détruites. Le grand public n’y aura jamais accès ou – au cas contraire – les responsables seront ridiculisés.

Mais le prix que les “petits gens” comme nous tous devons payer peut s’avérer extrêmement haut, parce que l’on nous cache des vérités qui pourraient épargner beaucoup de peine, maladies et de douleurs. Certaines connaissances cachées pourraient même sauver des vies, dans le domaine de la santé, par exemple, comme on le verra par la suite.

C’est donc à nous – toutes les personnes qui sont prêtes à creuser plus profond sans se contenter des informations superficielles des médias  – de trouver les vérités qui sont parfois bien cachées et pas toujours faciles à digérer. Cela fait de nous de personnes responsables de leur vie et de leurs décisions.

Mais retournons à notre thème : les fréquences de l’énergie vibratoire dans la science. Pourquoi on en parle si peu ? Voici trois exemples de scientifiques uniques  dont la science n’aime pas parler.

Nikola Tesla – LE précurseur scientifique et mille ans en avance

Nikola Tesla
Nikola Tesla

Nikola Tesla (1856 – 1943) était un inventeur et ingénieur d’origine serbe (né dans l’Empire autrichien, actuellement Croatie). Son nom est actuellement très connu, surtout en relation avec le développement du courant alternatif pour le transport et la distribution de l’électricité.

Nikola Tesla est considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie. Il était l’auteur de près de 1000 brevets et a déposé au total quelques 300 brevets pour 125 inventions.

Mais ce génie de l’invention ne travaillait pas uniquement sur le courant électrique ; il s‘est également consacré au magnétisme et aux différentes formes d’énergie qui, encore aujourd’hui, sont trop abstraites puisque impalpables, invisibles, intouchables.

Sa vue avant-gardiste a pris au moins mille ans d’avance, dans le domaine des formes d’énergies libres. Ces énergies sont aujourd’hui connues sous différents noms comme « Tachyon », « Chi (ou Qi) », « Prana », « Orgon » ou, tout simplement, « énergie vitale » et « Énergie Universelle ».

 

Les plaques de Tesla modifient l’ énergie vibratoire

Tesla a déposé un brevet sur l’utilisation de l’énergie radiante en 1901. Il n’est pas l’inventeur de la plaque mais en est indirectement bel et bien à l’origine.

Le fonctionnement des plaques de Tesla est basé sur la modification de la structure moléculaire de l’aluminium. Les plaques peuvent être considérés comme des antennes ou des catalyseurs pour l’énergie cosmique.

Par le processus de l’anodisation (traitement de surface par oxydation anodique qui augmente la résistance et change les caractéristiques de l’aluminium), on obtient sur les plaques de Tesla une surface microcristalline résistante qui est en résonance avec l’énergie vibratoire et qui est liée de manière compliquée avec l’énergie des ions négatifs (Tesla disait : «…qui vibrent avec l’énergie libre.»). La plaque sert alors comme antenne puissante pour transmettre par résonance des informations du champ de Schumann (champ magnétique qui se trouve entre l’ionosphère et la terre) aux champs énergétiques humaines (aura, chakras, méridiens) qui possèdent chacun une énergie vibratoire avec un taux bien défini.

Muni de telles informations, le corps humain procède à l’auto-guérison. Si l’ énergie vibratoire qui dépend de la capacité d’auto-guérison circule trop fortement ou trop faiblement à travers certains méridiens, des organes peuvent être endommagés. L’auto-guérison ne concerne pas seulement le plan physique, mais est également active sur le plan énergétique, émotionnel et spirituel. La circulation harmonieuse de l’ énergie vibratoire peut seulement être obtenue quand le processus de guérison agit du haut en bas, c’est-à-dire venant des plans énergétiques supérieurs jusqu’au corps.

Les plaques de Tesla peuvent donc augmenter le champ d’énergie et l’état vibrationnel de tous les organismes vivants, stimulent leur croissance et leur développement (ex. plantes), mais interviennent également dans le champ énergétique des pierres (dans le cadre de la lithothérapie), des aliments (aliments vivants), de l’eau ou encore des objets qui rentrent dans l’usage du Feng Shui ou de la géobiologie.

La variation du champ énergétique et en même temps de l’ énergie vibratoire et de son taux par les plaques de Tesla peut être prouvée par les appareils de mesure radioniques. Il s’agit d’appareils spéciaux d’analyse de biofeedback utilisés dans les domaines de la thérapie holistique, du sport et du fitness, ainsi que du bien-être et de la cosmétique.

Pourquoi les travaux de Tesla étaient secrets pendant si longtemps ?

Tesla rêvait de l’énergie libre et parlait de « puiser dans l’Energie du Point Zéro ». Cela signifie tout simplement qu’il avait développé un moteur à énergie libre. Cet appareil était « ouvert » pour puiser l’énergie dans son environnement.

Déjà à l’époque, il précisait que le monde avait besoin d’une forme d’énergie propre, saine, bon marché et non polluante qui serait disponible en grande quantité. Pour lui, cette forme d’énergie existe dans l’espace existant entre les atomes de matière. On l’appelle éther ou énergie du champ du vide.

Il estimait plus tard que le magnétisme constitue le conducteur idéal pour capter l’énergie libre de l’espace et la mettre au service de l’homme. Il a donc été le premier à concevoir une machine équipée d’électro-aimants, capable de s’autoalimenter. Quarante ans plus tard, au début des années 1930, Nicola Tesla a mis au point une voiture fonctionnant sur le principe de l’énergie libre.

Qu’est-ce qui s’est passé après ces inventions qui auraient pu changer le monde et – comme on le sait aujourd’hui – auraient également pu éviter le réchauffement climatique ? Tesla fut considéré comme une menace insupportable pour les intérêts des puissants distributeurs et vendeurs d’énergie électrique. De plus, un moteur magnétique autonome qui produit plus qu’il ne consomme ne peut pas être mesuré ou contrôlé par l’État, et aucune étiquette de prix ne peut être appliquée.

C’est pour cela qu’un appareil à énergie libre est une vraie menace pour les lobbies et les industriels de l’énergie. La découverte provoqua la suppression de financements, l’ostracisme de l’establishment scientifique et le retrait progressif du nom de Tesla des livres d’histoire. Avec cela, même ses plaques sombrèrent dans l’oubli et ne furent pas commercialisées pendant des décennies.

Et les établissements scientifiques et pédagogiques diffusèrent l’idée que ces moteurs surnuméraires n’existaient pas, et qu’il ne pouvaient pas être créés…encore aujourd’hui, on apprend cela à l’école !

D’autres scientifiques parlent de l’ énergie vibratoire et des fréquences du corps humain

Dr Otto Heinrich Warburg travaillait sur la vraie cause du cancer : changement de métabolisme cellulaire et modification de l’ énergie vibratoire de la cellule cancéreuse

Dr Otto Heinrich Warburg (1883 – 1970) fut un médecin, physiologiste et biochimiste allemand. Dr Warburg était directeur de l’Institut Kaiser Wilhelm (aujourd’hui Institut Max Planck) pour la physiologie cellulaire à Berlin. Il a étudié le métabolisme des tumeurs et la respiration des cellules, notamment des cellules cancéreuses.

Il est lauréat du prix Nobel de la physiologie ou médecine pour ses recherches dans le domaine de la respiration et le métabolisme cellulaire et de différent systèmes enzymatiques dont il a découvert le mode opératoire. Sa théorie du cancer est connue sous le terme « effet Warburg » : l’apparition du cancer serait due à un dysfonctionnement des mitochondries des cellules cancéreuses ; au lieu de le consommer, elles fermenteraient le glucose. Ce dysfonctionnement serait accompagné par un changement de fréquence cellulaire et donc d’ énergie vibratoire.

Les tissus cancéreux sont acides, tandis que les tissus sains sont
alcalins. L’eau se divise en ions H+ et OH-, s’il va un excès d’ions H+, elle
est acide ; s’il y a un excès d’ions OH-, elle est alcaline.

Dr Warburg a clairement démontré que la cause première du cancer est le déficit d’oxygène (provoquée par la toxémie). Les cellules cancéreuses sont anaérobies (ils ne respirent pas l’oxygène) et ne peuvent pas survivre en présence de niveaux élevés d’oxygène. Il a également découvert que les cellules cancéreuses pouvaient uniquement prospérer dans un milieu au pH inférieur à 6,0.

« L’effet Warburg » peut être considéré comme une des vraies causes de l’apparition d’un cancer. Les cellules humaines possèdent une fréquence électrique et une énergie vibratoire, dépendant de leur métabolisme et donc fluctuant. Ces résultats scientifiques peuvent donner un aperçu des nouvelles thérapies du cancer qui pourrait exploiter les défauts bioénergétiques des cellules tumorales sans endommager les cellules normales du corps.

Dr Royal Raymond Rife a découvert un traitement par fréquences très efficace pour combattre le cancer, les bactéries et les virus par le changement de l’ énergie vibratoire

Royal R. Rife
Royal R. Rife

Dr Royal Raymond Rife (1888 – 1971), chercheur américain indépendant, a découvert un traitement radio-électrique capable de tuer certaines bactéries et des virus qu’il estimait être responsables des cancers.

Dr Rife a compris que tous les êtres vivants, y compris les bactéries et les virus, possèdent leur propre fréquence ou oscillation. Tout vivant a donc de l’ énergie vibratoire avec un taux vibratoire. Tout comme une note musicale spécifique peut briser un verre par ses vibrations si celles-ci sont émises à la fréquence de résonance du verre, Dr Rife a découvert que les fréquences pourraient également être utilisées pour détruire les agents pathogènes.

Grâce à des expériences de résonance avec des appareils électriques générant certaines fréquences, il a découvert un nouveau moyen de traitement de certaines maladies dont la tuberculose, puis, à partir de 1922, le cancer. Il a établi un lien entre les fréquences lumineuses et celles qui influencent les micro-organismes. Ce traitement non médicamenteux était efficace à 100% pour combattre de différentes maladies, dont contre le cancer, une pathologie que Dr Rife attribue aux virus.

Pour prouver sa thèse, une expérience clinique menée dans les années 1930 sur 16 patients, dont certains atteints de cancer, aurait permis de soigner 14 d’entre eux. Néanmoins, ces résultats ne furent jamais publiés ; les théories du Dr Rife étaient à l’époque (et le sont encore aujourd’hui) majoritairement considérées comme étant en opposition avec toutes les connaissances scientifiques sur le sujet.

Dr Rife résuma son travail ainsi :

« Avec le traitement par instrument de fréquence, aucun tissu n’est détruit, aucune douleur n’est ressentie, aucun bruit n’est audible et aucune sensation n’est perçue. Un tube s’allume et 3 minutes plus tard, le traitement est terminé. Le virus ou les bactéries sont détruits et le corps se rétablit alors naturellement de l’effet toxique du virus ou des bactéries. Plusieurs maladies peuvent être traitées simultanément. »

Suite à ces propos, une opposition puissante se forma. Les théories du Dr Rife allaient à l’encontre des intérêts de la médecine allopathique (pharmaceutique et chirurgicale) et du « traitement » du cancer de l’époque : une chimiothérapie encore très peu développée et plus néfaste que la maladie elle-même. Les professionnels de la santé qui étaient liés à la Fondation Rockefeller (avec son programme de contrôle de la population basé sur l’eugénisme profondément enraciné) s’assuraient que les machines du Dr Rife ne soient jamais disponibles au grand public, et cela jusqu’à notre époque..

Combien de personnes sont mortes inutilement d’un cancer qui aurait pu être guéri rapidement, sans douleur et à peu de frais par la technologie Rife dans les années qui se sont écoulées depuis que ses recherches ont été supprimées ? Cette pensée est tout simplement effrayant et horrible !

Bien que discrètement, notre temps connait maintenant des chercheurs et scientifiques qui sortent du bois pour vérifier le pouvoir des fréquences de résonance sur les énergies vibratoires pour tuer les virus et les bactéries et même guérir des maladies potentiellement mortelles dont le cancer, cette technologie est encore loin d’être reconnue. Et nous sommes encore bien loin d’un usage systématique contre le cancer !

En 2014, deux médecins ont publié un article dans Global Advances in Health and Medicine (Avancées mondiales dans la santé et la médecine) intitulé : « Le rythme de vie en tant que symphonie de motifs oscillatoires : l’énergie électromagnétique et la vibration sonore modulent l’expression génique pour la signalisation biologique et la guérison ». Dans cet article, ils ont conclu :

« Par conséquent, non seulement les produits chimiques mais aussi les énergies physiques comme les CEM (compatibilités électromagnétiques) et les vibrations sonores, nos émotions, nos pensées, nos croyances et la façon dont nous développons nos intentions et nos rythmes de vie peuvent transformer en profondeur notre expression génique au niveau cellulaire. Cette découverte peut révéler des chances inattendues de développer des processus d’auto-guérison basés sur une utilisation accrue de ce potentiel humain remarquable…

 

En lisant ces trois exemples qui sont représentatifs pour probablement de milliers d’autres scientifiques que l’on a fait disparaître dans les profondeurs de la discréditation, nous pouvons en déduire que la science nous cache beaucoup et détourne beaucoup d’informations précieuses. Nous ne pouvons nous fier ni aux études ni aux preuves – puisque tout est déformé pour plaire au donneur d’ordre qui finance les recherche.

Par contre, nous savons maintenant  que la notion scientifique de l’ énergie vibratoire, du taux vibratoire et des fréquences vibratoires de tout Être vivant est bel et bien existante et prouvée par plusieurs scientifiques de tous les domaines (ex. biologie, physique, mécanique quantique). Cela nous donne l’argument nécessaire de VRAIMENT travailler sur l’augmentation de notre taux vibratoire ! Et rien nous empêche – à l’époque d’internet – de continuer notre recherche personnelle … Cela devient de plus en plus difficile de cacher la vérité !

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser sur notre site :

Énergie universelle … une énergie omniprésente !

Vitalisme – La force vitale est à la base de toute vie

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

 

Crédits/sources images:

  • Pixabay, CC0 Public Domain
  • Nikola Tesla : Wikimedia Commons
  • Royal Rife : Popular Science Magazine, June 1931, P. 27, Wikimedia Commons

Laisser un commentaire