Horloge de la planète
On peut douter si l’humanité réussira encore à éviter le changement climatique. Pour cette raison, il peut être recommandé de prendre ses responsabilités et de s’occuper sérieusement de l’adaptation climatique.

Les personnes qui s’intéressent sérieusement à la santé naturelle et aux effets vibratoires et holistiques de tous nos actes ne peuvent plus ignorer aujourd’hui que notre planète va mal et a de sérieux problèmes. L’humanité entière entre dans une nouvelle ère qui concerne absolument tout le monde : l’adaptation climatique et la transition écologique et énergétique.

Ces problèmes écologiques et environnementaux sont en grande partie causés et accélérés par les actions irresponsables et égocentriques des humains, suivant principalement des buts économiques et financiers, en ignorant toute conséquence à long terme. La consommation de masse comme on la pratique de nos jours, sans réflexion profonde qui va plus loin, ne pouvait aboutir que dans une montagne de déchets et matériaux toxiques que nous ne réussissons plus à gérer et à éliminer.

La planète en souffre : la biodiversité disparaît, faune et flore meurent d’une façon de plus en plus accélérée.  Nos terres sont appauvries voir toxiques et ne produisent plus de la nourriture qui nous maintient en bonne santé. Des millions ou même des milliards d’humains commencent à perdre leur base de survie comme l’accès à l’eau potable en quantité suffisante et en qualité satisfaisante. De plus, le climat dans certains pays commence à virer dans l’insupportable.

La France est également touchée par la transition écologique et l’adaptation climatique

Raisin touché par la sécheresse
Vigne touchée par la sécheresse

Même si la France semble (encore) être un peu en sécurité, il ne faut surtout pas penser que nous serons épargnés et feront partie des quelques nations chanceuses qui s’en sortiront haut la main.

On commence également s’apercevoir des premiers signes drastiques d’un changement qui risque de nous coûter cher, et cela pas seulement financièrement. Pour le moment, ce sont surtout les agriculteurs (et tous les gens qui ont un contact direct avec la nature) qui sont quotidiennement touchés par les canicules, les grêles ou autres aléas météorologiques – mais cela va très vite changer ! Les signes d’un changement dévastateur très proche sont omniprésents, même en France ; on le voit à travers des catastrophes qui se produisent avec une régularité effrayante, presque avec chaque orage ! La pluie tranquille, le petit vent agréable et tout généralement, la météo normale sont quasiment devenues une exception.

Toute cette situation génère de plus des vibrations qui influencent notre vie énergétique directement ou indirectement. Les émotions négatives (et tout à fait compréhensibles) comme la peur, l’insécurité et même la panique commencent à envahir notre monde ; l’humanité commence à comprendre que notre situation n’est plus un jeu et peut devenir inévitablement très dangereuse.

La Terre qui possède son propre taux vibratoire n’est bien sûr pas insensible à toutes ses dégradations et réagit en conséquence. Comme une blague ancienne et bien connue le disait : la Terre a comme virus l’humanité et devrait s’en débarrasser pour retrouver son équilibre.

Pourquoi ce thème de l’adaptation climatique dans un site consacré à l’holisme ?

La définition du terme « Holisme » (du grec ancien ὅλος / hólos signifiant « entier ») est :

« La tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l’évolution créatrice. »

C’est une explication très théorique, bien sûr. Plus en détail, l’holisme se définit globalement par la pensée qui tend à expliquer un phénomène comme étant un ensemble indivisible, la simple somme de ses parties ne suffisant pas à le définir. De ce fait, la pensée holiste se trouve radicalement en opposition à la pensée réductionniste qui tend à expliquer un phénomène en le divisant en parties.

Par exemple, la médecine moderne est une médecine réductionniste, elle essaie de traiter un organe ou une partie du corps séparément, sans prendre en considération l’être humain dans sa globalité et dans sa complexité. Pourtant, dans une maladie tout joue un rôle : son physique entier, ses vibrations, ses émotions, ses pensées, ses craintes et autres sentiments négatifs qui créent des tensions, etc. On a donc, pour développer cet exemple précis, une pathologie cardio-vasculaire à traiter – et on EST, pour le médecin, une pathologie cardio-vasculaire, un cas parmi tant d’autres… Mais on n’est pas considéré comme un humain complet ayant un problème de cœur qui a été causé en amont par un facteur ou intérieur ou extérieur. Ces facteurs peuvent être physiques, mentaux, psychologiques, émotionnels, vibratoires ou même spirituels. En trouvant ce facteur, on pourrait peut-être vraiment guérir cette dite pathologie du cœur en profondeur.

Avec cet exemple, j’essaie de montrer que chaque facteur concernant notre vie peut se manifester physiquement ou ailleurs. Et, bien sûr, ce changement important qui est en train de se produire dans notre environnement et le climat ne nous épargnera pas : il se rajoutera à tous les facteurs de risques déjà existants.

J’ai donc décidé de consacrer à ce thème qui est la transition écologique et l’adaptation climatique une rubrique importante puisqu’il s’agit d’une thématique vitale que nous ne pouvons plus du tout ignorer et ne rien faire, cela me semble inconscient et évident. Nous sommes bien obligés de prendre nos responsabilités et commencer à agir – sur un niveau physique et également vibratoire – au moins dans notre entourage immédiat. Si chacun essaie de changer ses habitudes liées à son style de vie, cela changera déjà énormément les données pour toute l’humanité !

L’holisme n’ignore pas un problème, mais le transforme en énergie positive !

Einstein

Cela fait partie d’une existence holistique : nous nous intéressons à tout et à tout le monde. Nous en tirons un maximum d’énergie positive, et nous transformons, si nécessaire, l’énergie moins positive ou carrément négative dans une fréquence plus élevée. En conséquence, nous rendons à l’entourage cette même énergie à un niveau plus élevé qu’initialement absorbé. La Terre et l’humanité en ont urgemment besoin, à l’heure actuelle.

Une personne holistique agit dans une telle situation un peu comme un transformateur : elle absorbe les énergies négatives (et il y en a assez pour le moment), et les transforme pour son entourage en vibrations positives.

De grands bouleversements à venir – une personne avertie les prévoit pour éviter les surprises

Cela est uniquement possible si nous sommes bien informés et bien préparés. Parallèlement à une adaptation climatique, une préparation mentale et intérieure aux choses à venir semble appropriée.

Les années à venir risqueront d’être bien agitées et probablement difficiles, sur le plan économique, financier, environnemental, sociétal et également psychologique. Les gens commenceront de plus en plus à réaliser les problèmes – et en avoir peur ! Il y a beaucoup qui est en jeu, toute notre vie sera bouleversée, et une flexibilité extrême sera nécessaire pour pouvoir s’adapter. Rien ne sera probable plus comme avant : on connaîtra une autre façon de travailler, de gagner notre vie de nous alimenter, de nous déplacer, etc. Et, probablement, on devra apprendre à renoncer à beaucoup de choses qui sont devenues quotidiennes à ce jour ; on peut, par exemple, citer les vacances régulières, les vols en avion, l’importation de toutes sortes d’aliments à longue distance, la disponibilité permanente de n’importe quel produit de consommation, le changement vertigineux concernant la technologie, etc.

Tout cela était possible grâce à la globalisation – mais c’est exactement ce concept économique qui est pointé du doigt : l’importation et l’exportation de n’importe quel produit, à grande échelle, détruit notre planète, en créant une empreinte écologique fatale.

Se préparer à la transition écologique à plusieurs niveaux

Dans le cadre de ce blog, j’essaiera de traiter une multitude de thèmes différents concernant l’adaptation climatique et la transition écologique. Parmi ces thèmes, vous trouverez entre autres :

La préparation pratique : inévitable pour l’adaptation climatique

Commençons par les thèmes strictement pratiques, facilitant la survie ou tout simplement la diminution des problèmes :

Une adaptation climatique se fait en première ligne par le biais de l’autosuffisance alimentaire qui nous rend indépendant d’un système global qui risque de changer de paysage

Potager
Un potager, idéalement bio, durable et en permaculture, est un pilier essentiel de l’autosuffisance alimentaire.

Un des points des plus essentiels de l’adaptation climatique est sans doutes d’essayer de produire un maximum de ses aliments soi-même ou en communauté locale. Comme exemple, on peut bien sûr citer le potager et le verger, mais pas seulement.

Quelques poules, un peu de surface consacrée à des céréales et des légumineuses, peut-être une ruche, peuvent changer déjà la façon de se nourrir et créer une base de sécurité.

C’est mieux pour notre santé, et en même temps, on participe très activement à la transition écologique en consommant local et bio (et en plus, sans grands frais).

Ainsi, on peut cuisiner et fabriquer des aliments et des produits nous-mêmes qui sont des aliments vivants, biologiques, sans toxiques et nous font tous simplement du bien.

Une adaptation climatique n’est pas possible sans le savoir-faire pour fabriquer soi-même dont on a besoin

Le savoir-faire est indispensable à l’adaptation climatique si on veut devenir autosuffisant et indépendant des systèmes actuels.

Préparations alimentaires, techniques de conservation, permaculture, élevage d’animaux, préparations alimentaires, etc. sont seulement quelques exemples. La plupart des personnes ne sont pas (ou plus) préparées à affronter un monde avec moins de ressources, moins de techniques et technologies, moins d’aides ou moins d’accès aux ressources énergétiques.

Le savoir-faire se perd de plus en plus. Chez beaucoup de monde, le premier réflexe est la recherche sur internet si on ne connaît pas un thème ou en cas de doutes – nous ne possédons plus les livres nécessaires sur chaque thème, bien sûr. Et nos parents ne nous ont plus appris comment se débrouiller manuellement … ils n’ont plus eu la nécessité, dans une époque où la technique et l’industrie fleurissait, contrairement à nos grands-parents et nos arrière-grands-parents qui ont peut-être vécu les guerres et qui ont connu des pénuries sérieuses de toutes sortes. Nous avons donc pris l’habitude d’avoir à portée de main tous les produits et toutes les informations dont nous avons besoin.

Bocaux

Par contre, qu’est-ce qui pourrait se passer si tout ce cela n’existe plus (ou moins, ou trop cher) ? A mes yeux, il est important de s’ouvrir à nouveau à des techniques anciennes, des méthodes perdues en cours de route, que nos grands-parents connaissaient encore. Eux, ils n’avaient pas encore des problèmes à survivre sans supermarchés et sans internet, comme l’histoire nous montre. Bien sûr, nous intégrerons le savoir actuel et le progrès scientifique : ces techniques ancestrales ont bien évoluées entre-temps !

C’est donc à chacun de voir à quel point il peut ou il veut s’investir pour acquérir des connaissances et du savoir-faire de base qui pourraient – peut-être – s’avérer très utiles, même sans aucune crise. Qui n’aime pas manger un pain frais ou un fromage fait maison, ou une confiture issue des fruits du propre verger ? Et même sans aucune crise, une permaculture dans le potager peut s’avérer intéressant, puisque écologique et réduisant le travail.

Nous ne devons pas vraiment attendre la fin du monde pour changer !

Responsabilité santé : la meilleure préparation ne sert à rien si nous sommes malades

De plus nous savons utiliser l’alimentation, les alicaments, les plantes (phytothérapie et aromathérapie), les approches naturopathiques et médecines douces, les thérapies vibratoires et autres méthodes naturelles et énergétiques pour maintenir et rétablir notre santé, de plus on devient indépendant du système de santé actuel.

Les événements des derniers mois nous montrent bien à quel point notre système de santé est fragile – et cela, pas seulement en France, mais partout.

Les finances manquent, la santé publique est largement fragilisée et sa qualité commence à baisser, par manque de moyens et de ressources. Nos petites villes et nos villages deviennent des déserts médicaux, les habitants délaissés sans accès direct à un service médical. Cette crise médicale est bien existante et est sociétale, sans aucune crise climatique – qui se rajoutera peut-être encore pour empirer la situation.

L’approvisionnement en médicaments est également en péril puisqu’il dépend pour le moment entièrement de la globalisation. Pratiquement tous les médicaments sont produits en Asie ou ailleurs, dans des pays lointains. Pour des raisons financières et économiques, aucun pays européen n’est plus autosuffisant et donc inapte à réagir en cas de rupture. Les personnes dépendant d’un médicament peuvent donc très rapidement et subitement se trouver dans une situation impossible qui met leur santé sérieusement en danger.

Comme on peut le voir, un savoir-faire en santé naturelle et holistique est primordial, et la connaissance des relations cause à effet peuvent prévenir une dégradation importante de notre santé. Il faut tout essayer de rester en bonne santé – une fois détruite, elle est difficile à soigner.

Autosuffisance énergétique est également un pilier principal de l’adaptation climatique et de la transition énergétique

L’ère de l’énergie thermique et fossile arrive à sa fin, c’est une question de temps.

Les scientifiques et les économistes parlent du « pic pétrolier ». Ce pic est le sommet de la courbe de la production pétrolière et désigne le plus souvent le pic pétrolier mondial ; le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de commencer à décliner du fait de l’épuisement des réserves de pétrole exploitables.

L’Agence internationale de l’énergie estime que le pic de production de pétrole conventionnel a été passé en 2006. D’autres sources pensent que ce pic n’aura même pas lieu (en tout cas prochainement), puisque régulièrement, de nouveaux champs en pétrole de schiste sont découverts.

Par exemple, en printemps 2018, le ministre du Bahreïn a annoncé la découverte d’un champ de 80 milliards de barils de pétrole de schiste au large du petit archipel du golfe Persique. Si ces estimations sont avérées, il s’agirait du plus grand gisement pétrolier au monde, plus important encore que le légendaire champ de Gawar découvert en Arabie Saoudite dans les années 1950.

Même si le pic pétrolier n’a pas lieu, on doit changer notre production énergétique

Mais le pic pétrolier mondial n’est qu’un seul facteur qui pourrait amener à la fin de l’ère thermique. Puisque, même si le pic pétrolier ne sera pas atteint prochainement, cela ne joue pas vraiment un rôle. La transition énergétique devra quand même être réalisée au plus vite possible. Pourquoi ?

Nous savons entre temps tous que le changement climatique est dû aux émissions de CO2 (dioxyde de carbone). Ces émissions sont en partie naturelles, mais essentiellement, ce sont les activités humaines qui sont responsables de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère.

Induites par les activités humaines, les émissions anthropiques proviennent des chauffages, véhicules, centrales électriques à combustibles fossiles, unités d’incinération et divers types de combustion ou de fermentation, incendies volontaires de forêt et brûlis de cultures. Les moteurs et systèmes de combustion de carburants carbonés émettent des effluents gazeux via des cheminées, pots d’échappement, réacteurs d’avions… contenant en moyenne 20 % de CO2, lequel, sans capture, se dilue rapidement dans l’air.

Comme on voit donc, c’est essentiel de réaliser la transition énergétique, même si on a encore assez de pétrole et autres combustibles à disposition. Notre façon de produire du combustible, entre autres pour les moteurs et les chauffages en utilisant des combustibles fossiles ou naturels, est hautement nocive pour la planète.

La transition énergétique coûtera beaucoup – mieux vaut de produire sa propre énergie

La transition énergétique va être difficile et probablement très coûteuse, mais elle est, comme on l’a vu, nécessaire pour l’adaptation climatique.

Si nous réussissons à produire nous-mêmes un pourcentage plus ou moins important de l’énergie que nous utilisons, c’est un premier pas en direction autosuffisance et indépendance des institutions qui ne pourront peut-être plus assurer la fourniture énergétique de la population entière – ou si oui, à quel prix ?

La préparation mentale et spirituelle : intimement liée à la préparation pratique

La préparation mentale et spirituelle est une autre forme de préparation qui me semble très importante et même vitale, pour assurer une transition qui est également vibratoire.

Cette préparation se passe sur un autre plan que le physique, plutôt à l’intérieur de chacun. Par contre, le changement intérieur est intimement lié au changement extérieur. Elle n’est pas directement liée à l’adaptation climatique, mais plutôt à la façon comment on la gère.

Comme déjà mentionner plus haut, une personne pratiquant l’holisme qui est bien préparée et qui n’a pas peur peut soutenir toutes les personnes de son environnement direct et assurer une transformation vibratoire. Cela aidera à passer par ces temps bouleversants et peut-être difficiles pour beaucoup de monde.

L’humanité est devant une urgence spirituelle

L’humanité est en train d’affronter une des situations plus difficiles qu’elle n’ait jamais vécues. Notre futur devient de plus en plus sombre, et la qualité de vie des générations à venir est profondément remise en cause. Notre économie et notre base de vie pourrait être affecter d’une façon importante, en s’effondrant ou en changeant dramatiquement. Chaque personne devrait quasiment se ré-inventer pour retrouver son propre chemin.

Parallèlement à la destruction de notre environnement sur le plan physique, les plans subtils changent également.

La peur empêche la compassion et la volonté d’aider

Peur
La peur et le désespoir peuvent rendre dur et baisse le niveau vibratoire.

Actuellement, il y a lieu d’un changement négatif sur le niveau spirituel, hélas.

Toutes les personnes directement touchées par les effets du réchauffement climatique subissent une profonde perte de repères. Ils deviennent proies à leurs soucis et de leur peur, commencent à paniquer, et ne voient plus aucune solution viable. Les gens pourraient perdre leur travail, leur argent, leur base de vie comme il la connaissent – un traumatisme psychologique est donc quasiment inévitable.

Les cœurs des gens – touchés par une tragédie ou pas – se ferment de plus en plus face à ceux qui fuient l’injustice, les conflits ou la précarité. Mais la perte possible de notre niveau de vie et la pauvreté nous font également peur.

Notre aptitude à tendre la main au-delà de notre propre confort matériel diminue de jour en jour. Plus les médias nous bombardent avec les mauvaises nouvelles de catastrophes, plus on devient durs et indifférents.

Le développement spirituel est essentiel pour combattre ces problèmes

Puisque toute action commence par une pensée, la dimension spirituelle, celle de l’esprit et de la conscience, est fondamentale pour échafauder une réponse appropriée à cette crise mondiale.

Les communautés spirituelles et les personnes qui ont un accès conscient aux niveaux vibratoires supérieurs sont activement impliquées dans cette démarche. La conscience, autant que notre responsabilité vibratoire, spirituelle et morale, constituent en effet une composante majeure des réponses apportées au changement climatique.

Nous devons donc renforcer nos propres ressources vibratoires, énergétiques et spirituelles à tous les niveaux si nous voulons cultiver la résilience et favoriser la stabilité et l’espoir dans notre entourage et chez les personnes affectées.

Un renforcement de notre conscience, de nos valeurs et de notre pratique spirituelle est indispensable pour répondre aux défis auxquels le monde est actuellement confronté.

L’adaptation climatique est un nouveau défi qui nous fera mûrir

Je dis tout cela sans aucun négativisme et sans catastrophisme : je considère que ce nouveau défi fera désormais partie de notre existence, et tout a un sens profond sur un niveau karmique (pour ceux qui y croient). Beaucoup de personnes qui lisent ces lignes (si vous êtes encore ici) seront les piliers émotionnels de leurs familles et de leurs proches, en maintenant les vibrations positives dans le chaos à venir.

Nous devrons assumer des bouleversements qui nous concerneront tous, et si nous sommes bien préparés intérieurement et extérieurement, nous arriverons mieux à protéger et à soutenir nos proches et tirer de ces changements (négatifs à première vue) des expériences de vie qui nous feront avancer sur un plan mental et vibratoire et qui nous feront mûrir spirituellement.

Une bonne assimilation des problèmes et une bonne préparation nous aideront à vaincre et à combattre au mieux possibles nos propres doutes et craintes.

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images: Pixabay, CC0 Public Domain

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.