Ondes et rayonnement

Partie 1 – Ondes, rayonnements et champs 

Cet article est le premier volet d’une série qui a comme objectif d’expliquer la provenance des informations qui servent de base pour toutes les pratiques alternatives de santé et pour les autres techniques énergétiques et vibratoires : ondes, champs, particules, fréquences, conscience collective, cosmique, planétaire et informations quantiques.

Aujourd’hui, on vit un temps excitant,  une époque qui permet de rejoindre le savoir scientifique et les pratiques dites énergétiques ou intuitives, mais encore toujours, très souvent, décriées comme “non-sérieuses”. Heureusement, les découvertes grâce aux technologies et physiques modernes permettent de prouver et de comprendre le fonctionnement exact du monde invisible qui est vibratoire, et des particules porteuses d’informations. Et cela n’a rien à voir avec de la croyance aveugle ou encore du charlatanisme !

Allons-donc à la découverte d’un monde fascinant qui est la base de notre existence !

La radiesthésie et le pendule – des outils de base pour capter des informations invisibles

Pendule
Le pendule est capable à capter les informations contenues dans les champs énergétiques qui nous entourent.

Le pendule est l’outil de base et indispensable en radiesthésie. Il est très souvent le premier choix pour beaucoup de radiesthésistes. Il convient autant aux débutants qu’aux initiés en radiesthésie.

Le pendule est un outil simple et compliqué à la fois. Simple, parce qu’il ne demande pas de posséder de grandes connaissances. Il n’est pas nécessaire de faire de longs apprentissages, et son interprétation est facile.

Mais d’un autre côté, il peut être compliqué, parce qu’il est extrêmement sensible et influençable. La maturité intérieure et le développement mental et spirituel du radiesthésiste jouent un rôle primordial pour l’obtention de résultats fiables. Mais de quels résultats parlons-nous au fond ?

D’où viennent donc toutes les informations vibratoires dont on a besoin dans la médecine et les autres techniques holistiques ?

Mais comment est-il possible d’obtenir des réponses sur des questions, de capter des informations invisibles ? La réponse se trouve dans les champs morphiques et électromagnétiques et les ondes ou rayonnements qui nous entourent et qui contiennent des informations à l’infini, véhiculées par des photons.

Pour une meilleure compréhension, cette série d’articles sera consacrée à ces champs, pour la découverte fascinante des

  • ondes et champs énergétiques et morphiques de tous types ;
  • rayonnements cosmiques ;
  • ondes cérébrales ;
  • champs et ondes électromagnétiques et
  • la conscience collective, cosmique et planétaire.

Tous ces éléments constituent la base (scientifique ou non) du fonctionnement de toutes les techniques dites énergétiques, alternatives et holistiques.

Pour comprendre donc pourquoi et comment la radiesthésie, reprogrammation cellulaire, acupuncture, homéopathie, biorésonance, reiki, magnétisme, feng shui, géobiologie et des dizaines d’autres techniques dites alternatives, vibratoires ou holistiques fonctionnent, il est essentiel à se poser la question pertinente :

Mais d’où viennent donc toutes ces informations qui semblent de faire fonctionner ces savoir-faire et pratiques ancestraux ?

Les ondes et champs à la base de toute pratique énergétique

Ces ondes et champs sont à la base de beaucoup de techniques dites ésotériques et/ou spirituelles. Encore il y a quelques temps, décriées comme charlatanisme ou même de sorcellerie ou satanique, aujourd’hui, on est en mesure d’expliquer comment ces techniques fonctionnent. Et on est bien loin de la sorcellerie ! En résumé, on peut dire (très courtement) que tout est basé sur l’existence des champs vibratoires et des informations qu’ils contiennent.

Quelques exemples de techniques holistiques qui fonctionnent grâce au monde vibratoire

Prenons quelques exemples concrètes :

Fleurs de Bach

  • Techniques de santé holistiques et énergétiques : il existe une multitude de techniques de santé qui sont entièrement basées sur les flux d’énergies et les informations contenues dans les champs et leurs particules, les photons. Quelques-unes de ces techniques sont entièrement reconnues par la médecine allopathique, comme, par exemple, l’acupuncture, l’ostéopathie, la kinésiologie ou l’homéopathie (même si âprement discutées). Ici aussi, on est très loin du charlatanisme. Dans le cas de l’homéopathie, ce n’est pas l’extraction moléculaire qui aide (les concentrations sont beaucoup trop faibles et diluées), mais l’information morphique contenue dans les globules qui est transmise à notre organisme. C’est aussi valable pour les Fleurs de Bach. Il existe énormément de techniques non conventionnelles qui se basent toutes sur les informations des champs : ostéopathie énergétique, kinésiologie énergétique, sophrologie énergétique, reprogrammation cellulaire, acupuncture, acupressure, biorésonance, aromathérapie, Fleurs de Bach, hypnose, réflexologie, reiki, magnétisme, qi-gong, tai-chi et beaucoup d’autres.
  • Radiesthésie : mené par la main du radiesthésiste, le pendule ou la baguette consultent des champs précis pour recevoir une réponse précise à une question précise. Toutes ces informations sont contenues dans les champs morphiques, portées par des particules qui contiennent les informations nécessaires.
  • Baguette de sourcier : on détecte l’eau grâce aux champs vibratoire de l’eau souterraine. Ces vibrations sont captées par la baguette qui réagit à son tour avec des vibrations.
  • Géobiologie : on découvre la présence d’une perturbation ou d’une anomalie géobiologique parce que les déséquilibres énergétiques possèdent leur propre champ vibratoire. Il y a donc des ruptures dans les flux énergétiques naturel.
  • Feng Shui : on améliore le bien-être des habitants d’une maison en améliorant les flux énergétiques des objets qui s’y trouvent et que créent, bien sûr … des champs vibratoires. Les humains (et les animaux) sont très sensibles à ces flux, même si dans notre monde moderne, rapide et stressé, la plupart des gens ne se rendent pas (plus) du tout compte des énergies qui les entourent.

Les champs morphiques ou électromagnétiques remplis d’informations

Informations
Les informations quantiques sont omniprésentes dans les champs morphiques, portées par les particules dites photons.

Les vibrations et radiations énergétiques sont partout. Notre monde complet est composé d’énergie invisible, mais omniprésente. Ces radiations influencent l’être humain et son environnement. Elles émanent de tous les êtres vivants et de tous les objets qui existent.

Scientifiquement parlé, il s’agit des ondes et des champs électromagnétiques ou champs morphiques. Rupert Sheldrake, docteur en biochimie et auteur très connu en parapsychologie, a établi un concept de « résonance morphique », qui reprend la théorie des champs morphogénétiques des années 1920.

Les informations de ces champs sont omniprésentes et permanentes, portées par des photons. Les photons contiennent donc des informations sur tout qui existe, autant sur le plan physique (visible et tangible) que sur les plans énergétiques et spirituels (non-visibles, mais bien réels). Ils remplissent tout l’espace avec des densités énergétiques très variables (et des fréquences variables).

Les photons peuvent être considérés comme des véritables messagers de l’Univers, transportant toutes sortes d’informations jusqu’à l’infini. Ces transporteurs de ces informations, mais surtout de l’énergie correspondante, peuvent intervenir dans l’évolution des structures matérielles. On peut également noter que grâce – ou à cause – des photons, aucune énergie n’est jamais perdue !

En conséquence, les champs morphiques peuvent être compris comme des champs d’informations à l’infini. Toutes ces informations qui sont des vibrations (ou fréquences ou ondes) sont imprégnées par tout leur entourage (environnement, être vivants comme humains, animaux et plantes, émotions, pensées, espoirs, etc.). On peut retenir que vraiment chaque pensée, chaque mot, chaque acte et chaque émotion compte pour l’éternité !

Tout est une question de fréquences, d’ondes et de champs

Pour caractériser un champ électromagnétique, on utilise notamment sa fréquence ou encore la longueur d’onde du rayonnement qui lui est associé.

La nature des interactions entre un champ (électromagnétique ou non) et l’organisme dépend de la fréquence de ce champ. On peut se représenter le rayonnement comme une série d’ondes très régulières qui progressent à une vitesse extrêmement élevée.

Les notions de « fréquence » et « longueur d’onde » sont donc totalement indissociables : plus la fréquence est élevée, plus la longueur d’onde est courte.

Les fréquences 

Electrocardiogramme
L’électrocardiogramme (ECG) est une jolie démonstration de fréquences produites par le coeur.

La science physique définit le terme « fréquence » comme : le nombre de fois qu’un phénomène périodique se reproduit par unité de temps.

La notion de fréquence s’applique aux phénomènes périodiques ou non. Dans le Système international d’unités, la fréquence s’exprime en Hertz (Hz). Le plus souvent, la fréquence mesure un phénomène périodique. Plus le phénomène est fréquent, plus sa fréquence est grande.

N’importe quel événement qui se traduit en fréquences possède à la fois une extension dans le temps et, en même temps, une dimension fréquentielle. Cela veut dire que les fréquences ont un début et une fin, et dans cette période, les oscillations fréquentielles se répètent périodiquement. On peut les décrire par l’évolution de leur amplitude dans le temps, ou par les fréquences de leur spectre.

On peut donc retenir les expressions physiques importantes :

  • La fréquence qui est mesurée en Hertz (Hz) caractérise le nombre d’oscillations par seconde de n’importe quel type d’onde.
  • Un Hertz est égal à une oscillation par seconde.
  • La longueur d’onde correspond à la distance entre deux oscillations.
  • L’amplitude est la hauteur de la vague produite par chaque onde. Plus l’énergie transportée par une onde est grande, plus l’amplitude est grande.

Les ondes

Une onde est une perturbation fréquentielle qui se propage. Une onde transporte de l’énergie, mais elle ne transporte pas de matière.

La longueur d’onde

La longueur d’onde est l’une des caractéristiques propres à chaque onde, quelle que soit sa nature.

Elle indique la périodicité spatiale des oscillations. Il s’agit donc de chiffrer mathématiquement la distance entre les deux points (extrémités) de l’oscillation. En même temps, la longueur d’onde est également la distance parcourue par l’onde pendant une période d’oscillation.

La longueur d’onde dépend de la vitesse à laquelle l’onde se propage dans le milieu. Ainsi, lorsqu’une onde passe d’un milieu à un autre en changeant de vitesse, sa longueur d’onde varie, même si sa fréquence reste la même.

Onde ou champ ?

Physiquement parlant, une onde est un champ. C’est alors une zone de l’espace dont les propriétés sont modifiées. On affecte alors à chaque point de l’espace des grandeurs physiques scalaires ou vectorielles.

Onde ou rayonnement ?

Encore des termes qui peuvent créer la confusion.

Le rayonnement désigne le processus d’émission ou de propagation d’énergie. C’est donc un type d’énergie qui peut se propager dans l’espace sous la forme d’ondes (rayonnement électromagnétique) ou sous la forme de particules se déplaçant à une grande vitesse (rayonnement corpusculaire). Il peut être ionisant ou non-ionisant.

Les rayonnements corpusculaires ou particulaires se distinguent par le type de particule auquel ils sont associés. Il peut par exemple s’agir de neutrons, de protons, d’électrons, de particules alpha, de photons, de neutrinos ou de muons.

Les rayonnements ondulatoires peuvent être des ondes électromagnétiques, acoustiques, mécaniques ou gravitationnelles (plus de précisions sur ces ondes suivent plus bas sur cette page).

Le rayonnement non ionisant n’a pas assez d’énergie pour ioniser les atomes ou les molécules. Il existe plusieurs types de rayonnement non-ionisant. En font partie la lumière visible, les micro-ondes, les ondes radio, les rayons ultraviolets proches ou encore les ondes infrarouges. Ces types de rayonnement ne peuvent ioniser les atomes, mais il n’est pas pour autant complètement inoffensif (micro-ondes, rayons ultraviolets, etc.).

Le rayonnement ionisant par contre porte assez d’énergie pour éjecter des électrons de leur atome d’origine et libérer ainsi des ions. Il s’agit, comme exemples, du rayonnement ultraviolet lointain, des rayons X et des rayons gamma. Le rayonnement ionisant est très énergétique et peut rapidement devenir très néfaste pour notre santé, absorbé en grande quantité. Il peut provoquer le cancer ou entièrement détruire des cellules vivantes.

La dualité onde-particule – la base des techniques holistiques

La physique connaît la dualité onde-corpuscule. Il s’agit d’un principe selon lequel tous les objets physiques peuvent présenter en même temps des propriétés d’ondes et parfois des propriétés de corpuscules.

Cette dualité onde-particule enseigne que décrire un objet quantique nécessite de le considérer à la fois comme une particule et une onde. Ainsi, un rayonnement électromagnétique, peut être considéré comme un flux de photons ou comme la propagation d’une onde électromagnétique. Le cas d’école est celui de la lumière, qui présente deux aspects complémentaires selon les conditions d’expérience : elle apparaît soit ondulatoire, d’où le concept de longueur d’onde, soit corpusculaire, d’où le concept de photons.

Cette dualité démontre en réalité l’incomplétude de la physique classique telle que l’on apprend à l’école. Chacune des conceptions classiques de « corpuscules » ou d’« ondes » pour décrire le comportement des objets quantiques n’est qu’un côté de la médaille. Les deux composants ensemble nous permettent à comprendre le fonctionnement réel de la matière et des rayonnements.

Cette théorie de la dualité onde-particule est une des bases qui peut servir à expliquer les phénomènes énergétiques et vibratoires qui entrent dans la médecine holistique.

Les variétés et types d’ondes

Spectre ondes
Schéma montrant les effets des rayonnements sur le vivant

Il existe une grande variété de situations physiques très différentes qui provoquent des phénomènes d’ondes. Ces phénomènes sont physiquement indépendants ; leur seul point commun est la création ou l’existence d’ondes.

Les champs électromagnétiques ou morphiques sont les plus importants concernant la radiesthésie et techniques holistiques pour la santé, mais il existe une multitude de types d’ondes qui jouent également un rôle. En voici quelques-uns :

Ondes oscillantes

Onde oscillante
Illustration d’une onde oscillante

L’onde oscillante est l’onde la plus commune. Elle est périodique et se répète dans une dimension spatiale et temporelle. Comme exemple, on peut citer une pierre qui tombe dans l’eau et qui provoque des vagues à la surface.

Ondes acoustiques ou sonores

Une onde sonore correspond à la propagation de perturbations mécaniques qui sont perçues, entre autres, par l’oreille (hommes et animaux). On interprète ces champs acoustiques comme des sons.

Les ondes sonores peuvent subir des réflexions (écho) ou des interférences. Elles peuvent également traverser une paroi. Mais, contrairement aux ondes de lumière, les ondes acoustiques ne se propagent pas dans le vide et nécessitent un porteur matériel pour leur déplacement.

L’homme entend uniquement les sons situés entre 20 Hz et 20kHz

Champ auditif
Représentation du champ auditif de l’humain, des baleines (whales) et des chauve-souris (bats)

Les fréquences des ondes sonores perceptibles par l’être humain se situent approximativement entre 20 Hz et 20 kHz.  C’est la théorie ; en réalité, l’expérience montre qu’il n’y a pas deux individus qui entendent les mêmes choses. Certaines personnes ne perçoivent rien au-delà de 8 000 Hz, d’autres entendent jusqu’à 25 000 Hz.

En-dessous de ces valeurs, on se situe dans la plage des infrasons – que les éléphants, par exemple, utilisent pour communiquer à grande distance – et au-dessus, dans celle des ultrasons – que les chiens et les chats sont capables d’entendre. Cela montre parfaitement la capacité limitée de l’organisme humain de percevoir certaines ondes. Il a besoin des appareils techniques pour les mesurer.

L’intensité des ondes acoustiques est mesurée en décibels (dB), correspondant à l’amplitude de l’onde qui lui est associée.

La vitesse du son (vitesse de l’onde sonore) dépend de la nature, de la température et de la pression du milieu dans lequel l’onde se propage. Dans les conditions normales de température et de pression, la vitesse du son dans l’air est d’environ 340 m.s-1. Dans l’eau, elle est près de cinq fois plus élevée. Lorsqu’un objet se déplace plus vite que le son dans un milieu donné, on dit qu’il franchit le mur du son. Dans l’air à 15°C, ce mur de son se positionne à 340 mètres par seconde, soit 1 224 km/h, provoquant une forme de déflagration supersonique.

Ondes de choc

Onde de choc
Ondes de choc autour d’un T-38 Talon en vol supersonique, rendues visibles par les différences de densité et donc d’indice de réfraction des différentes couches (NASA & US Air Force)

Une onde de choc peut être mécanique ou d’une autre nature physique. Elle est très souvent associée à ‘une transition brutale. Elle peut prendre la forme d’une vague de haute pression, et elle se crée souvent par une explosion ou un choc de forte intensité.

Comme on a vu plus haut, une onde au sens physique est un champ. Une onde de choc est un champ où il y a une transition spatiale discontinue en mouvement. Comme exemple, dans le cas d’une surface d’eau, une onde de choc serait un mur d’eau qui se déplace (une sorte de raz de marée). Ce phénomène peut résulter d’une discontinuité temporelle de la vitesse en une zone : il s’agit alors d’une collision. En effet, la collision implique une brusque variation de la vitesse dans la zone de contact tandis que le reste du corps considéré conserve sa vitesse initiale (principe d’inertie). Il y a donc une discontinuité spatiale (une transition brutale dans le champ de vitesse).

La thérapie par ondes de choc de plus en plus utilisée

Depuis une bonne dizaine d’années en France, la thérapie par onde de choc fait partie des « outils » thérapeutiques des kinésithérapeutes et des médecins du sport, par exemple concernant la prise en charge des tendinites chroniques.
Il existe deux types d’ondes de choc : les ondes de choc focales et les ondes de choc radiales. Ces dernières sont les plus utilisées en traitement, notamment chez le sportif.

Ces ondes de choc extracorporelles sont des percussions acoustiques de haute énergie. L’organisme réagit en augmentant l’activité métabolique à la zone douloureuse. Ceci stimule et accélère le processus de guérison.

Ondes solitaires, également appelé solitons

Le soliton possède une grande amplitude et est de relativement faible extension spatiale. Cette onde est capable de se propager sur de longues distances sans se déformer. Elle se propage dans un milieu non linéaire.

Le soliton présente un seul bord sans crête, et il ne forme pas de vagues. On en trouve dans de nombreux phénomènes physiques – les solitons sont des ondes omniprésentes dans la nature, mais aussi dans notre technologie. Les solitons sont devenus indispensables pour la technologie, les sciences physiques et la biologie :

  • Ondes localisées dans les plasmas astrophysiques,
  • propagation de signaux dans les fibres optiques,
  • phénomènes de transport de charge dans les polymères conducteurs,
  • propagation des ondes de spin dans des cristaux magnoniques (analogues aux cristaux photoniques mais présentant une configuration magnétique périodique) pour des applications dans le transport et le traitement de l’information.
  • dynamisme de macromolécules biologiques comme l’ADN et les protéines,
  • et beaucoup d’autres.

Voici quelques exemples de solitons assez communs et connus :

Soliton hydrodynamique ou mascarets 

Soliton hydrodynamique

Il s’agit d’un phénomène naturel très spectaculaire qui se produit sur près de 80 fleuves, rivières et baies dans le monde.

Cet événement correspond à une brusque surélévation de l’eau d’un fleuve ou d’un estuaire, provoqué par l’onde de la marée montante lors des grandes marées. Il se produit dans l’embouchure et le cours inférieur de certains cours d’eau lorsque leur courant est contrarié par le flux de la marée montante.

Imperceptible la plupart du temps, il se manifeste au moment des nouvelles et pleines lunes. Le transport par soliton explique que les tsunamis, des vagues transportées sur de grandes distances, insensibles pour les navires en mer, puissent naître d’un séisme sur une côte de d’un océan et avoir des effets sur la côte opposée.

Soliton optique

On utilise les solitons optiques dans le cadre des télécommunications, transportant le trafic réel des données. Il s’agit d’une impulsion électromagnétique se propageant sans déformation et qui est la base de la fibre optique moderne.

Soliton mécanique 

Pendule de Newton
Pendule de Newton : une jolie démonstration des solitons mécaniques

Tout le monde connaît probablement ces gadgets décoratifs pour le bureau, constitués d’une chaîne de pendules suspendus et couplés, en métal : les pendules de Newton.

Ce montage mécanique permet une observation directe des solitons mécaniques ; c’est une illustration parfaite des théories de conservation de la quantité de mouvement et de l’énergie. Ce montage se compose de cinq billes métalliques de même masse suspendues par deux fils à deux barres rigides. Ces cinq billes se touchent au repos et se situent au milieu des deux barres.

Le fonctionnement du pendule de Newton est fondé sur le principe des actions réciproques. Lorsqu’on lance deux billes, de l’autre côté deux billes se mettent en mouvement. Lorsqu’on lance trois billes, de l’autre côté les deux billes restantes se mettent en mouvement, accompagnées de la bille les ayant percutées. De même pour quatre billes.

Le principe du pendule repose à la fois sur deux principes physique de conservation énergétique : l’énergie cinétique et la quantité de mouvement.

Ondes de gravité

Ondes de gravité
Motif nuageux formé par les ondes de gravité atmosphériques

Une onde de gravité est une onde se déplaçant sur la surface libre d’un fluide soumis à la gravité. Cette notion fait partie de la mécanique des fluides.

  • En océanographie, les vagues ou la houle à la surface de la mer ou d’un lac sont les exemples les plus communs d’ondes de gravité de surface. Le vent agissant sur la surface de l’eau cause des différences de hauteur de celle-ci qui vont se propager.
  • En météorologie, il s’agit de ondes de gravité atmosphériques. On désigne par onde de gravité les variations de pression atmosphérique. Les ondes de gravité sont engendrées par le passage de fronts dans la masse d’air, par le passage au-dessus d’un relief accidenté ou par une rue de nuages. Une onde de gravité peut aussi se produire à l’avant d’un orage.

Ondes gravitationnelles

Onde gravitationnelle
Illustration d’une onde gravitationnelle

En physique, une onde gravitationnelle est une oscillation de la courbure de l’espace-temps qui se propage à grande distance de son point de formation. Elle est à la base de la théorie de la relativité d’Albert Einstein.

Albert Einstein a prédit l’existence des ondes gravitationnelles en 1916 : selon sa théorie de la relativité générale qu’il venait de publier, de même que les ondes électromagnétiques (lumière, ondes radio, rayons X, etc.) sont produites par les particules chargées accélérées, les ondes gravitationnelles seraient produites par des masses accélérées et se propageraient à la vitesse de la lumière dans le vide.

Cependant, la réalité des ondes gravitationnelles a été longuement débattue. Depuis 2016, l’existence des ondes gravitationnelles est confirmée, grâce à une première observation faite le 14 septembre 2015.

Cette observation ouvre un champ nouveau d’observation de l’univers à grande échelle, d’autant que la matière n’arrête pas les ondes gravitationnelles.

Ondes de probabilité

En physique quantique, qui traite le comportement physique des particules atomiques et subatomiques, la fonction d’onde permet de calculer la densité de probabilité de présence d’une particule en certains points. Une onde de probabilité décrit la probabilité pour une particule (ou des particules) dans un état donné d’avoir une position et une quantité de mouvement données. Il s’agit donc d’une onde non localisée dans l’espace et dans le temps.

Dans le monde quantique des particules – contrairement à la physique conventionnelle – la matière n’est pas déterministe, mais ce sont le hasard et l’incertitude qui la gouvernent. En fait, une particule n’a pas une position précise, déterminé, mais existe plutôt sous la forme d’onde de probabilité, ayant telle probabilité de se trouver à tel endroit, telle probabilité de se situer à un autre endroit, etc.

Lorsqu’une personne précise que l’on appelle « observateur » observe cette particule à travers un instrument, on dit alors que l’onde de probabilité s’effondre en un point. Tant que l’observateur n’a pas effectué de mesure sur la particule, alors celle-ci existe sous la forme d’une onde de probabilité. Mais au moment précis où on l’observe, cette onde s’effondre en un point que l’on connait et que l’on observe.

 

Voici la fin de cette première partie. Les prochains articles traiteront, entre autres, les rayonnements cosmiques, les ondes cérébrales et les champs électromagnétiques.

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Un peu de science … L’énergie du vivant est bien réelle

La notion de l’ énergie vibratoire dans la science – Bien connue et bien cachée

Énergie universelle … une énergie omniprésente !

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Credits/Source Image:

  • Schéma montrant les effets des rayonnements sur le vivant : Wikimedia, Creative Commons, libre de droits
  • Représentation du champ auditif : Pasco.com
  • Onde de choc : Wikimedia, Public Domain, by NASA & US Air Force, J.T. Heineck / Ed Schairer / Maj. Jonathan Orso / Maj. Jeremy Vanderhal 
  • Soliton hydrodynamique : Wikimedia, CC BY-SA 2.5, by Christophe Finot et Kamal Hammani
  • Onde gravitationnelle : Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0, by MoocSummers
  • Autres : Pixabay, libre de droits

2 commentaires

  1. Merci pour la grande qualité et la richesse de vos articles.
    Toujours une source de connaissances, et d’inspiration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire, j'accepte la Politique de Confidentialité de  NHA Naturolistique. Je prends connaissance que le site utilise des Cookies pour le bon fonctionnement de ce formulaire. J'autorise NHA Naturolistique à saisir et à enregistrer mes informations ; après approbation manuelle par l'administration, mes commentaires seront visibles sur le site pour tout le monde.