Hypoplasie et aplasie cellulaire – Développement insuffisant ou inexistant des organes et des tissus


Hypoplasie de l'émail dentaire (HE)

Hypoplasie de l’émail dentaire (HE) chez un enfant de 6 ans

L’ hypoplasie est un arrêt de développement ou un développement insuffisant d’un tissu ou d’un organe. Ceci aboutit à un organe fonctionnel, mais trop petit.

Par contre, l’aplasie désigne un dysfonctionnement des cellules ou des tissus qui aboutit à l’arrêt de leur développement. L’aplasie peut également être l’absence complète d’un organe provoquée par le manque de développement de son ébauche embryonnaire, et par extension, l’arrêt transitoire ou définitif de la multiplication cellulaire dans un tissu qui devrait normalement se renouveler en permanence. L’organe ne se développe donc plus après la naissance. Ceci peut jouer un rôle vital ou non, dépendant de l’organe manquant. Par exemple, l’aplasie de la vésicule biliaire, d’un rein ou des organes sexuels n’a pas d’incident sur l’espérance de vie.

Causes possibles de l’aplasie ou de l’hypoplasie

La plupart des causes d’hypoplasie ou d’aplasie sont des maladies génétiques, mais elles peuvent aussi résulter de phénomènes toxicologiques (ex. : exposition de l’embryon in utero à certains produits chimiques ou médicaments) ou radiologiques (ex. : rayons X).

L’aplasie (ex. médullaire) peut également apparaître lors d’un cancer, d’une tumeur ou d’une leucémie, après un traitement lourd (intoxication par les médicaments, la chimiothérapie ou des radiations ionisants).

Exemples de pathologies dues à une aplasie ou une hypoplasie cellulaire

  • Aplasie médullaire : l’aplasie médullaire est une hémopathie (maladie du sang), caractérisée par la raréfaction (altération quantitative) de la moelle osseuse. Il en résulte une diminution des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. L’aplasie médullaire est donc l’arrêt de production de cellules sanguines qui sont normalement synthétisées au sein de la moelle osseuse. L’aplasie médullaire peut s’installer pendant une chimiothérapie lors de cancers du sang (leucémies), les cytotoxiques des chimiothérapies de cancer lésant la moelle osseuse (du fait de son index mitotique élevé). Les chimiothérapies des tumeurs solides affectent moins la moelle osseuse. Les causes toxiques et radiatives précisées plus loin sont parfois d’origine iatrogénique, c’est-à-dire dues à un traitement médical.
  • Aplasie fébrile (neutropénie fébrile) : il s’agit d’une des toxicités possibles chez les patients qui suivent une chimiothérapie pour traiter un cancer. Elle se caractérise par une diminution du nombre de granulocytes neutrophiles (type de globules blancs) et de la fièvre. En raison de la baisse du nombre de globules blancs, l’aplasie fébrile peut entraîner des infections potentiellement mortelles (sepsis, choc septique), ainsi qu’une insuffisance respiratoire aiguë, etc. Une antibiothérapie doit être instaurée le plus rapidement possible.
  • Aplasie mammaire : cette aplasie se définit par une absence de poitrine. Ce terme est souvent confondu avec l’hypoplasie mammaire, qui se caractérise par un développement insuffisant de la poitrine. Dans le cas de l’aplasie, la poitrine est pratiquement inexistante car la glande mammaire a cessé de se développer pendant la croissance.
  • Hypoplasie mammaire : ceci correspond à une croissance insuffisante de la poitrine chez une femme, par rapport à sa morphologie. L’hypoplasie ou (l’hypotrophie) apparaît chez la femme depuis sa puberté.
  • Hypoplasie/aplasie testiculaire : l’hypoplasie testiculaire est une pathologie congénitale se manifestant à la puberté. Il s’agit d’un développement incomplet de l’épithélium germinal des tubes séminifères dû à un nombre insuffisant de cellules germinales. L’atrophie est le résultat de la dégénérescence du parenchyme testiculaire. Les deux sont d’ailleurs assez fréquents chez les chiens.
  • Hypoplasie pulmonaire : elle est caractérisée par le sous-développement des alvéoles, des voies respiratoires et des vaisseaux sanguins logés dans les poumons. La sévérité de cette anomalie s’étend sur un spectre assez large.
  • Hypoplasie thyroïdienne : développement incomplet de la thyroïde entraînant une hypothyroïdie congénitale primitive, c’est-à-dire une insuffisance permanente en hormones thyroïdiennes présente à la naissance. Les signes cliniques sont souvent discrets ou absents à la naissance, probablement en raison d’un passage transplacentaire d’hormones thyroïdiennes maternelles ou d’une production thyroïdienne résiduelle chez de nombreux d’enfants. Les manifestations spécifiques n’apparaissent souvent qu’après plusieurs mois.
  • Hypoplasie du cervelet ou cérébelleuse : l’hypoplasie du cervelet a été décrite dans le contexte d’entités cliniques variées : anomalies chromosomiques, exposition in utero à des toxines et agents infectieux, désordres métaboliques et une large variété de maladies génétiques. L’hypoplasie existe souvent chez les félins.
  • Hypoplasie de l’émail dentaire (HE) : l’HE est une anomalie de l’émail dentaire qui résulte en une quantité d’émail moindre que la normale. Le défaut peut être un petit noyau ou peut être largement répandu avec lequel la dent entière est déformée avec ses propriétés mécaniques amoindries. HE peut se produire sur des dents uniques ou multiples. Assez fréquent chez le chien.
  • Hypoplasie squelettique : il s’agit d’une malformation de l’os.
  • Hypoplasie médullaire : on l’appelle également insuffisance médullaire. La moelle osseuse ne parvient pas à produire des cellules sanguines en quantité suffisante pour compenser des pertes normales ou excessives.
  • Hypoplasie maxillaire : déficit de croissance du maxillaire supérieur par rapport à la croissance, normale, de la mandibule.
  • Hypoplasie rénale : insuffisance de développement de l’ébauche rénale aboutissant à un rein réduit de volume mais fonctionnel, dit « petit rein congénital ». La malformation peut être uni ou bilatérale. Il n’y a pas d’anomalies urétérales associées.
  • Hypoplasie ventriculaire gauche : le syndrome d’hypoplasie du cœur gauche (SHCG) désigne une anomalie de développement des structures gauches du cœur, obstruant la circulation sanguine dans les vaisseaux issus du ventricule gauche.
  • Hypoplasie du nerf optique : c’est une maladie congénitale dans laquelle les nerfs sont plus petits que la normale. Cela conduit à la vue peu développée, dont la portée peut varier de légère diminution de la vision dans un œil seulement à la cécité complète des deux yeux.

 

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Hyperplasie cellulaire – Augmentation anormale du nombre de cellules

Atrophie cellulaire – Perte de volume cellulaire et atrophie musculaire chez le diabétique

Les facteurs de l’ oxydation cellulaire – Le développement du stress oxydatif

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin. Ce site ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Credits/Source Image: Wikimedia Creative Commons, CC BY-SA 2.0, by Maurizio Procaccini


Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Notifications  
Me notifier des