Hypertension
L’hypertension artérielle est un important facteur de risque pour plusieurs maladies et doit donc impérativement être traitée par des antihypertenseurs ou baissée naturellement par un changement fondamental des habitudes de vie.
 
Il existe plusieurs classes d’antihypertenseurs. Certains de ces médicaments qui ont comme objectif d’abaisser la tension artérielle peuvent augmenter le risque de cancer de la peau. Ces médicaments en question rendent la peau plus sensible, de sorte que les rayons UV peuvent plus facilement endommager la peau et entraîner un cancer de la peau à long terme.

Une étude a démontré que ce sont en particulier les diurétiques (thiazidiques) qui contribuent à une incidence accrue de certains types de cancer de la peau – le risque est augmenté de 75 % !

L’hypertension, une pathologie calme, mais sournoise et dangereuse

L’hypertension artérielle se caractérise par une pression anormalement forte du sang sur la paroi des artères.

En situation de stress ou durant un effort physique, il est normal que la tension artérielle s’élève. Mais chez les personnes hypertendues, la tension reste élevée en tout temps, même au repos ou en l’absence de stress. Comme l’hypertension artérielle ne s’accompagne généralement d’aucun symptôme, il s’agit d’une pathologie très dangereuse. Énormément d’hypertendus ignorent leur état ou ne disposent pas d’assez d’informations, jusqu’au moment fatal quand il se retrouvent aux urgences d’un hôpital.

À long terme, l’hypertension artérielle est un important facteur de risque pour plusieurs maladies et doit donc impérativement être traitée ou baissée naturellement. Une tension artérielle élevée signifie que le sang exerce une pression importante et permanente sur les parois des artères, ce qui les fragilise et augmente le risque que l’artère se bloque par athérosclérose. 

Cela peut mener à des troubles cardiaques et vasculaires (angine, infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral) ou une insuffisance cardiaque puisque l’hypertension artérielle épuise le coeur en lui imposant un surcroît de travail. Des problèmes aux reins (insuffisance rénale) et aux yeux (lésions à la rétine pouvant mener à une perte de la vue) sont également des pathologies qui peuvent se développer suite à une hypertension, en raison de la fragilisation importante des vaisseaux sanguins.

Les six classes de médicaments pour traiter l’hypertension

La médecine utilise principalement six classes de médicaments pour le traitement de l’hypertension. Ces médicaments sont appelés antihypertenseurs ou hypotenseurs. Chacune de ces familles possède des modes d’action différents et s’adaptent donc selon les pathologies et comorbidités existantes.

Les diurétiques (thiazidiques) – Antihypertenseurs agissant sur le volume de liquides dans notre organisme

Les diurétiques, également appelés thiazidiques, sont les médicaments les plus anciens contre l’hypertension et compte comme les mieux évalués.

Ils ont fait la preuve de leur efficacité à long terme et sont très souvent les antihypertenseurs de premier choix. Les diurétiques favorisent l’élimination d’eau et de sel par les reins en diminuant le volume de liquide qui circule dans les artères, abaissant ainsi la pression qui s’exerce sur leur paroi.

Les diurétiques sont souvent le seul traitement à prendre pour les patients qui ne présentent pas d’autre pathologies que l’hypertension.
Ils sont particulièrement connus de présenter peu d’effets indésirables. Par contre, certains d’entre eux sont responsables d’une baisse du taux de potassium dans le sang qui doit être surveillé.

Pour des cas d’hypertension plus graves ou en cas de présence de comorbidités, les diurétiques peuvent être associés à d’autres familles d’antihypertenseurs, ou parfois, ils doivent être complètement remplacés. Cela est surtout le cas pour les personnes atteintes du diabète, des pathologies rénales et/ou cardiovasculaires.

Les bêtabloquants – Antihypertenseurs agissant sur les effets des hormones de stress

Les bêtabloquants agissent sur le cœur et les vaisseaux. Ils entraînent un ralentissement de la fréquence cardiaque et une diminution de la force de contraction du cœur. Ils bloquent l’action d’hormones de stress, telles que l’adrénaline, en prenant la place de ces dernières sur les récepteurs.

Il s’agit également des traitements bien évalués, qui ont fait la preuve de leur efficacité à long terme. Du fait qu’ils sont également efficaces pour prévenir des troubles cardiaques, les bêtabloquants sont généralement prescrits aux patients hypertendus ayant déjà subi un infarctus du myocarde, souffrant d’angine de poitrine ou dont la fréquence cardiaque au repos est rapide.

Les effets gênants le plus fréquemment rencontrés sont des troubles digestifs, un sentiment de fatigue, une sensation de pieds et de mains froids, un ralentissement du rythme cardiaque, des troubles du sommeil et des troubles de l’érection.

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) – Antihypertenseurs agissant sur l’angiotensine

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) (en anglais converting enzyme inhibitors ou ACE inhibitors) bloquent la production de l’angiotensine.

L’angiotensine (angiotensines I et II) est une protéine (polypeptide) du système rénine-angiotensine-aldostérone. C’est un système hormonal qui se trouve dans les reins, dont le rôle est de réguler la pression artérielle dans notre corps. Le système rénine-angiotensine-aldostérone est l’un des systèmes de régulation les plus importants des fonctions autonomes, cardiovasculaires et pulmonaires ; il s’agit d’une cascade de régulation endocrinienne et enzymatique.

L’angiotensine I et II sont produites par l’organisme en réaction à une diminution de la pression artérielleLorsque la tension artérielle diminue, les reins libèrent dans le sang la rénine qui est une enzyme. La rénine agit par des processus biochimiques complexes sur les angiotensines. L’un des fragments de ces processus est l’angiotensine II, une protéine très active aux effets suivants :

  • Vasoconstriction : L’angiotensine II provoque la constriction des parois musculaires des petites artères. Cette diminution du calibre des vaisseaux sanguines entraîne une élévation de la tension artérielle.
  • Sécrétion d’aldostérone : L’angiotensine II entraîne une augmentation de la sécrétion d’aldostérone par les glandes surrénales. L’aldostérone est une hormone qui agit sur la réabsorption du sodium au niveau du rein (une partie du sodium contenu dans le sang qui arrive au rein pour être filtré est réabsorbée par les artères). Comme l’eau suit toujours le sodium dans les milieux internes, l’aldostérone induit aussi une rétention d’eau, et donc une élévation de la tension artérielle.
  • Sécrétion de vasopressine : L’angiotensine II stimule également la sécrétion de vasopressine au niveau de l’hypophyse. La vasopressine est une hormone qui augmente la tonicité des vaisseaux sanguins et diminue le volume des urines. Elle entraîne donc une augmentation de la rétention d’eau, et donc une élévation de la pression artérielle.

La production d’angiotensine II peut aussi être un facteur de risque pour certaines pathologies, comme l’athérosclérose. L’angiotensine II stimule la production de plusieurs radicaux libres comme les ions superoxydes et l’eau oxygénée qui génèrent un stress oxydatif élevé.

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversions bloquent donc la production de l’angiotensine II. Ces médicaments antihypertenseurs sont utilisés chez des patients hypertendus qui présentent également des troubles cardiaques. 

Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (sartans) – Antihypertenseurs agissant comme les IEC sur l’angiotensine

Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA2) (en anglais angiotensin receptor blockers ou ARB) s’opposent à l’action de l’angiotensine qui favorise la contraction des vaisseaux. Ils sont également connus sous le terme de sartans.

Leur action est assez similaire à celle des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et entraîne une baisse de la tension. Les ARA2 sont généralement mieux tolérés que les IEC. 

Comme les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), ces médicaments sont nettement plus récents sur le marché pharmaceutique que les diurétiques et les bêtabloquants. On en connaît encore moins sur leur efficacité et sur leurs effets secondaires à long terme. Pour le moment, ils semblent avoir peu d’effets indésirables, mais doivent être utilisés avec précaution chez les personnes souffrant d’insuffisance rénale.

Les antagonistes du calcium (inhibiteurs calciques) – Antihypertenseurs agissant sur le calcium dans les cellules cardiaques et vasculaires

Les antagonistes du calcium, également appelés inhibiteurs calciques, sont utilisés largement dans le traitement de l’hypertension artérielle comme médicaments de première intention. Les antagonistes sont de puissants vasodilatateurs.

Ces médicaments inhibent le transfert membranaire du calcium dans les cellules musculaires cardiaques et vasculaires. Ils inhibent ainsi l’entrée du calcium dans les muscles responsables de la contraction des artères. Possédant une durée d’action moyenne de 24h, ils entraînent la baisse de la tension artérielle par relâchement des artères. Ils sont également utilisés pour traiter l’angine de poitrine.

Les inhibiteurs de la rénine – Antihypertenseurs agissant sur la rénine

Les inhibiteurs de la rénine abaissent la tension artérielle en bloquant directement l’action de la rénine. C’est une enzyme produite par les reins. Très souvent, elle est considérée comme hormone. Elle intervient dans la régulation de la pression artérielle (voir explications plus détaillées ci-dessus).

Actuellement, seul un inhibiteur de la rénine, l’aliskirène, est commercialisé. Il peut être utilisé seul ou en association avec d’autres antihypertenseurs.

Certains antihypertenseurs augmentent le risque de cancer de la peau

Quand vous pensez au cancer de la peau, vous pensez surement d’abord à la crème solaire, aux lunettes de soleil et au chapeau obligatoire. Les deux sont considérés comme essentiels si vous souhaitez vous protéger contre le rayonnement solaire cancérigène (en cas de bronzage excessif). Mais ce n’est pas seulement le soleil qui augmente le risque de cancer de la peau.

Une étude canadienne publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne en avril 2021 a montré que l’un des groupes de médicaments les plus couramment prescrits – les antihypertenseurs – augmente également le risque de cancer de la peau.

Les diurétiques thiazidiques sont particulièrement problématiques

Les données d’environ 303 000 adultes, tous ayant plus de 65 ans, ont été évaluées au sein de cette étude. Les participants prenaient tous des médicaments contre l’hypertension.

Le taux de cancer de la peau dans ce groupe a été comparé à d’autres 605 000 adultes qui ne prenaient aucun médicament contre l’hypertension.

Il a été démontré que ce sont en particulier les diurétiques (thiazidiques) qui contribuaient à une incidence accrue des types de cancer de la peau. Sont survenus particulièrement les pathologies suivantes : carcinome basocellulaire, carcinome épidermoïde et mélanome (cancer de la peau noire).

Le risque de cancer de la peau augmenterait jusqu’à 75%

Étant donné que des études antérieures avaient montré le risque accru de cancer de la peau lié aux diurétiques thiazidiques, les autorités sanitaires du Canada (Santé Canada), de l’Europe (Agence européenne des médicaments) et des États-Unis (FDA) ont déjà mis en garde contre l’utilisation à long terme de ces médicaments.

Dans la présente étude, il était alors également possible de prouver que le risque augmentait, en particulier avec une utilisation prolongée.

« Si vous ne prenez des diurétiques thiazidiques que depuis quelques années, les médicaments ne devraient pas affecter votre risque de cancer. Cependant, ceux qui prennent 25 mg d’un diurétique thiazidique pendant 10 ans, par exemple, présentaient un risque accru de cancer de la peau de 40% dans notre étude », a expliqué l’auteur de l’étude, le Dr. Aaron Drucker, dermatologue à la faculté de médecine Alpert de l’Université Brown , à Providence, Rhode Island, États-Unis. « Si la même dose est prise pendant 20 ans, le risque augmente de 75%.» 

Les groupes à risque devraient choisir d’autres antihypertenseurs

Bien sûr, il ne faut surtout pas arrêter de prendre des diurétiques thiazidiques chez tous les patients.

Les résultats de cette étude doivent plutôt être compris comme une indication pour les personnes présentant un risque accru de cancer de la peau. En font partie, par exemple, les personnes à la peau très claire, les personnes qui ont subi de fréquentes lésions cutanées liées au soleil dans le passé (par exemple à cause de coups de soleil fréquents) ou encore les personnes qui ont eu un cancer de la peau dans leur famille. Ces personnes devraient parler à leur médecin des médicaments antihypertenseurs alternatifs.

Quatre autres médicaments antihypertenseurs – les inhibiteurs IEC, les bêtabloquants, les inhibiteurs calciques et les sartans – n’ont pas été associés au cancer de la peau.

Cependant, chacun de ces médicaments a des effets secondaires potentiels et des effets à long terme différents. 

Par contre si vous faites partie du groupe à risque de cancer de la peau, pensez en particulier à la vitamine D. La vitamine D rendrait même le cancer de la peau existant moins agressif, tandis que la carence en vitamine D aggrave le pronostic du cancer de la peau noire.

Mangez également beaucoup de légumes riches en caroténoïdes, en particulier les tomates. Des études ont montré qu’elles peuvent protéger la peau depuis l’intérieur. D’autres légumes riches en caroténoïdes sont, par exemple, les carottes, citrouilles et les légumes à feuilles vertes.

Gardez également un œil sur votre apport en vitamines B. La vitamine B3 peut être utilisée comme protection cutanée de l’intérieur, car cette vitamine protégerait les cellules des rayons UV et stimulerait la réparation cellulaire.

 

La meilleure alternative est encore toujours – si possible – d’abaisser la tension artérielle de façon naturelle, par une alimentation adaptée et une activité physique augmentée. Et si vous préférez utiliser un diurétique, n’oubliez pas les solutions naturelles qui, elles, n’ont pas les mêmes effets secondaires et ne mettront pas votre peau en danger !

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Les facteurs de l’oxydation cellulaire – Le développement du stress oxydatif

Radicaux libres – Qu’est-ce que c’est ?

 

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site https://naturolistique.fr et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin.

https://naturolistique.fr ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site https://naturolistique.fr , vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

 

Sources : Drucker AM, Hollestein L, Na Y, Weinstock MA, Li WQ, Abdel-Qadir H, Chan AW. Association entre les médicaments antihypertenseurs et le risque de cancer de la peau chez les personnes de plus de 65 ans: une étude basée sur la population . CMAJ, 12 avril 2021

Sources / Crédits images : Pixabay, libres de droits

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire, j'accepte la Politique de Confidentialité de  NHA Naturolistique. Je prends connaissance que le site utilise des Cookies pour le bon fonctionnement de ce formulaire. J'autorise NHA Naturolistique à saisir et à enregistrer mes informations ; après approbation manuelle par l'administration, mes commentaires seront visibles sur le site pour tout le monde.