Huile d'olive

Dans la théorie, il est très bien possible d’ éviter les aliments raffinés. Malheureusement, dans la pratique, il faut élaborer quelques stratégies efficaces et rester bien vigilant pour ne pas tomber dans les nombreux pièges que les supermarchés nous tendent jour pour jour, avec l’aide de l’industrie agroalimentaire.

Découvrez une multitude d’astuces basiques et d’idées intéressantes qui peuvent changer votre alimentation et vous aideront à maintenir votre santé en cuisine !

Pizza

Le sucre blanc raffiné est du saccharose et rien d’autre. Le saccharose pur est constitué d’une molécule de fructose et d’une molécule de glucose. Il s’obtient à l’aide d’une batterie de procédés complexes, physiques et chimiques.

Au terme de toutes ces opérations très complexes, le saccharose est ainsi isolé de tous les autres nutriments pour devenir un produit « chimiquement pur » répondant à la réglementation. Or, ces nutriments, éliminés telles des impuretés, sont des protéines et surtout des vitamines, minéraux et oligo-éléments (réservés, sous forme de mélasse, à la consommation animale).

Dépourvu de toutes ces qualités initiales, le saccharose devient un produit néfaste pour notre santé physique et psychique.

Burger sain

En France, la consommation de fast food, mais surtout des hamburgers, explose.

Avec une cette progression sur le marché, on pourrait donc estimer que la qualité et la valeur nutritionnel des repas devient un facteur primordial et fondamental pour la restauration (rapide ou non). Surtout les grandes chaînes portent une responsabilité lourde concernant l’alimentation, l’environnement et le social.

Mais est-ce vraiment le cas, font-elles quelque chose pour la santé du consommateur ? Ou faut-il mieux éviter le fast food ? Que contiennent nos hamburgers vraiment ?

Céréales

Tout généralement, le but principal du raffinage des aliments dont le raffinage des céréales est purement logistique: l’industrie alimentaire veut  prévenir l’altération de ces aliments, en supprimant des substances réactives et ainsi de pouvoir les stocker facilement.

La majorité des produits industriels, du chocolat du petit déjeuner au couscous du soir en passant par la soupe doivent leur goût à la compétence de chimistes. Les aliments raffinés et industrialisés n’apportent que des « calories vides ». On connaît le raffinage des céréales, des sucres, des huiles végétales ou du sel. Ces aliments ne contiennent pratiquement plus du tout de vitamines, d’oligo-éléments et d’enzymes naturelles qui sont des nutriments catalyseurs indispensables pour l’organisme. Il s’agit de nourriture morte, biocidique, dépourvue de toute énergie vitale.

Molécule ATP

Le tissu musculaire est constitué de milliers de cellules de forme allongée, appelées fibres musculaires. Ces fibres sont regroupées en paquets ou faisceaux.

Toutes ces cellules musculaires – mais pas seulement dans les muscles, toutes les cellules de notre organisme sont concernées – ont besoin constamment et sans interruption de l’énergie pour garantir leur survie. Cette énergie est fournie par l’ ATP, ou adénosine triphosphate.

Chez l’humain, l’ ATP constitue la seule énergie utilisable par le muscle. Toutes les cellules sont capables d’utiliser le glucose, mais ce n’est pas la seule source pour la production de l’ATP. 

Les pâtes font partie des glucides complexes.

Les glucides font partie, tout comme les lipides (graisses) et les protéines (acides aminés), de la famille des macronutriments et sont considérés comme essentiels pour notre corps, même s’ils sont remplaçables puisque notre corps sait les fabriquer à partir des lipides ou les protéines. Les glucides sont les principales molécules énergétiques. On les connaît également sous les termes « sucres » ou « hydrates de carbone ».

Un glucide est une molécule organique, c’est-à-dire comportant du carbone, de l’oxygène et de l’hydrogène, plus ou moins complexe et soluble dans l’eau. Les glucides sont des fournisseurs d’énergie à tout l’organisme et surtout au cerveau qui en est un grand consommateur. Ils entrent dans la structure de base de l’ADN et de l’ARN, supports de notre capital génétique. Ils forment la partie glucidique de certaines protéines (formant les glycoprotéines) et de certains lipides (formant les glycolipides) qui ont des rôles essentiels dans la communication et la reconnaissance entre les cellules.