Nos émonctoires

Les émonctoires et leur fonctionnement correct est une des clés principales de la naturopathie et des approches holistiques.

La traversée humorale rencontre plein d’obstacles au sein de notre organisme. Par contre, si les humeurs stagnent parce que leur viscosité augmente, les déchets toxiques commencent à se déposer dans les tissus et à créer des maladies, très souvent chroniques.

C’est pourquoi il est si important de maintenir les filtres émonctoires en bonne santé et d’augmenter la fluidité du sang pour bien détoxiquer l’organisme.

 

L’ hypoplasie est un arrêt de développement ou un développement insuffisant d’un tissu ou d’un organe. Ceci aboutit à un organe fonctionnel, mais trop petit.

Par contre, l’aplasie désigne un dysfonctionnement des cellules ou des tissus qui aboutit à l’arrêt de leur développement. L’aplasie peut également être l’absence complète d’un organe provoquée par le manque de développement de son ébauche embryonnaire, et par extension, l’arrêt transitoire ou définitif de la multiplication cellulaire dans un tissu qui devrait normalement se renouveler en permanence. L’organe ne se développe donc plus après la naissance. Ceci peut jouer un rôle vital ou non, dépendant de l’organe manquant. Par exemple, l’aplasie de la vésicule biliaire, d’un rein ou des organes sexuels n’a pas d’incident sur l’espérance de vie.

Peau serpent

Le tissu épithélial ou l’épithélium est un ensemble de cellules formant un tissu fondamental recouvrant la surface externe et les cavités internes de l’organisme.

Vers l’extérieur, il s’agit de la peau et des muqueuses (couche de cellules recouvrant l’intérieur des organes creux) des orifices naturels. Vers l’intérieur, ce sont les cavités du cœur, du tube digestif, etc.

Le tissu épithélial constitue également les glandes. L’épithélium glandulaire possède un rôle de sécrétion et constitue la majeure partie des glandes endocrines (à sécrétion interne), ou exocrines (à sécrétion externe), selon la façon dont leur sécrétion est acheminée.

 

Viande rouge

L’acide urique est le produit final de la dégradation des purines. L’acide urique fait partie des cristaux d’origine protéique et peut augmenter la toxémie et la surcharge cristalloïde.

Environ 65% des purines à éliminer chaque jour proviennent des cellules mortes du corps, et le reste (35%) provient des aliments ingérés. On trouve des purines dans toutes les cellules et tous les tissus morts – ce sont des composants de la dégradation cellulaire.

Mais puisque les purines sont une source principale de la formation de l’acide urique et de l’augmentation de son taux (hyperuricémie), il est nécessaire de maîtriser leur apport nutritionnel et d’aider notre organisme à les éliminer efficacement. Un taux d’acide urique trop élevé peut conduire à des crises de goutte très douloureuses !

 

 

Diabète

La bonne nouvelle tout d’abord : non, le diabète n’est pas une fatalité ! Même s’il s’agit d’une maladie chronique avec des conséquences qui peuvent être néfastes, même fatales, on peut la combattre ! Il y a beaucoup de fronts sur lesquels on peut agir pour améliorer la maladie, la

Fastfood - En partie responsable du diabète global

Aujourd’hui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé OMS, il y a environ 422 millions de personnes qui souffrent du diabète dans le monde (2014). Le nombre de diabétiques chez les adultes de plus de 18 ans est passé ainsi de 4.7 % en 1980 à 8.5 % en 2014. Ce

Fibroblaste avec noyau

Le tissu conjonctif de soutien est essentiellement spécialisé dans la connections, le soutien, l’emballage, la nutrition et la défense des organes. De nombreux types cellulaires proviennent de la différenciation des cellules mésenchymateuses. Le tissu conjonctif de soutien se caractérise par une consistance de la substance fondamentale variable. Dans le tissu

Taux de cholestérol

Les colles d’origine lipidique (Partie 3) Pour connaître le taux de cholestérol précis, il faudra procéder à un bilan lipidique. Du point de vue naturopathique, le cholestérol fait partie des colles et peut produire une surcharge colloïdale. Le taux de cholestérol est donc une valeur à connaître, et il y tout

Hypercholestérolémie

Les colles d’origine lipidique (Partie 4) L’hypercholestérolémie correspond, dans le langage courant, à une augmentation (excès) du cholestérol LDL, donc du « mauvais cholestérol », qui est un facteur de risque cardiovasculaire. Il peut être responsable de maladies cardiovasculaires telles qu’un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral ou une artériopathie des membres inférieurs. Les

Médicaments hypolipémiants

Comme décrit dans les articles antérieurs, l’hyperlipidémie, et en particulier l’hypercholestérolémie, c’est-à-dire des taux élevés de lipides et de cholestérol sanguins, sont des troubles qui augmentent fortement le risque cardiovasculaire. Ces facteurs de risque doivent être combattus par des moyens hypolipémiants. Il en existe des outils naturels pour baisser les

Aliments pour bien dormir

La population française souffre de plus en plus d’un manque de sommeil important. Mais cela n’est pas un phénomène limité à la France, il est présent dans la plupart des pays européens et occidentaux, et les spécialistes le pointent du doigt comme un véritable fléau qui influence très négativement notre

Tissus musculaires

Le muscle, de musculus en latin, ou le tissu musculaire, est un tissu biologique et constitue l’un des quatre types principaux de tissus de notre corps, avec le tissu épithélial, le tissu conjonctif et le tissu nerveux. La science qui étudie le muscle est la myologie.

Le tissu musculaire représente 40 à 50 % du poids corporel de l’être humain de sexe masculin.

Les organes principalement constitués de tissu musculaire sont également appelés muscles. La contraction musculaire permet de fournir un travail mécanique à l’échelle de ces organes.

Les muscles sont fixés aux os par des tendons. Le système musculaire forme, avec le squelette et une partie du système nerveux, l’appareil locomoteur.

Le tissu musculaire est composés de cellules contractiles, appelées les myocytes (ou fibres musculaires). Ces cellules contiennent un type de filament intermédiaire spécifique, la desmine. Elles sont riches en microfilaments d’actine et de myosine, acteurs principaux de la contraction musculaire, propriété essentielle de ce tissu.

Structure d'un muscle strié squelettique

Le muscle strié squelettique est un des types musculaires, avec le muscle lisse ou viscéral et le muscle cardiaque (myocarde).

Le muscle strié est un tissu musculaire caractérisé par la présence de stries en microscopie, du fait de l’organisation régulière des filaments. Il désigne deux types de muscles différents : les muscles striés squelettiques et le muscle strié cardiaque.

Les muscles striés squelettiques sont les muscles sous contrôle volontaire du système nerveux central. Ils sont composés d’un tissu qui s’appelle tissu musculaire strié.

Les muscles striés squelettiques représentent pour un homme environ 40 % du poids corporel, soit 30 kg chez un individu de 80 kg, et un peu moins de 50 % chez le chien. Chez les vertébrés,  la masse musculaire est donc variable et sa répartition dans le corps est dépendante des adaptations de l’animal à son milieu. Le corps humain possède plus de 600 muscles, tous composé de tissu musculaire strié.

Le tissu musculaire contient des vaisseaux sanguins, des nerfs, des organes sensoriels, du tissu conjonctif commun, et des cellules musculaires. En microscopie photonique (ou optique), ils présentent une double striation longitudinale et transversale.

Tissu du myocarde

Le tissu du myocarde, ou plus communément le myocarde, est le tissu musculaire du cœur. C’est un muscle épais et creux se contractant de manière rythmique.

Le tissu du myocarde est composé de cellules musculaires cardiaques spécialisées, les cardiomyocytes, qui ne ressemblent à aucun autre tissu musculaire du corps. En particulier, ces cellules sont intétanisables, ce qui signifie qu’elles sont incapables de contraction prolongée. De plus, les cardiomyocytes sont excitables (reçoivent l’influence du système nerveux autonome), douées d’automatisme et indépendantes, conductrices (elles transmettent l’excitation) et contractiles.

Ce sont les artères coronaires qui se chargent de l’apport sanguin du tissu du myocarde.

Les tissus annexes du myocarde sont l’endocarde (qui est situé plus à l’intérieur et qui est un endothélium spécialisé), le péricarde (qui est une couche de tissu conjonctif entourant le cœur) et l’épicarde (qui est le feuillet viscéral du péricarde séreux).