Vaccin à ARNm Covid-19

Les vaccins à ARNm : quatre lettres qui ont fait le tour de la planète et désignent ce qui ressemble de plus en plus à une avancée majeure dans le domaine de la vaccination. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

L’ARN utilisé pour la vaccination appartient à la classe des ARN messagers (ARNm), une molécule peu stable, connue depuis les années 1960. Les ARNm constituent en quelque sorte le « plan de montage » des protéines dans les ribosomes, nos unités cellulaires chargées de la production des protéines. Après leur utilisation, les ARNm sont détruits.

C’est sur cette fonction que reposent les vaccins à ARNm. Le principe est en effet d’injecter dans les cellules l’information leur permettant de produire une protéine de l’agent infectieux contre lequel on souhaite obtenir une immunité (dans notre situation actuelle, il s’agit du COVID-19).

Les vaccins à ARNm possèdent de nombreux avantages et quelques désavantages bien identifiés. Un traitement médical, comme le vaccin à ARNm contre le COVID-19, n’est jamais un acte anodin et doit bien être réfléchi. De plus, cette décision doit faire l’objet d’une analyse bénéfice/risque rigoureuse.

Découvrez quelques explications dans cet article, qui aideront peut-être à prendre une décision pour ou contre les vaccins à ARNm.

Lire la suite …

Antioxydants et vieillissement

Un régime riche en aliments crus, pourrait-il avoir le pouvoir de freiner le vieillissement qui va main en main avec une dégénérescence physique ? Pourrait ce régime nous donner l’apparence et l’impression d’être plus jeune ? A-t-il le pouvoir d’effacer quelques-unes des modifications dues à l’âge qui ont déjà eu lieu dans l’organisme ?  

Voici quelques questions qui se posent quand on pense à l’alimentation crue, dans le cadre du vieillissement accéléré de l’organisme. Ce phénomène est très répandu de nos jours, à cause des mauvaises habitudes de vie très répandues et à cause des influences écologiques, agro-chimiques et industrielles néfastes sur la qualité de nos aliments, de notre air et de la totalité de notre environnement tout court.

Peu d’études se sont réellement focalisées sur les propriétés rajeunissantes des aliments crus qui contiennent une panoplie d’éléments prometteurs qui prolongent la vie. Il y a néanmoins de fortes indications, provenant de nos connaissances de leurs effets biochimiques, physiologiques et énergisantes ainsi que de l’état mental et de l’état physique de personnes qui se nourrissent essentiellement avec des aliments crus, pour que la réponse à ces questions semble être clairement un grand « oui ».

Lire la suite …

Créativité

La créativité est la capacité de chaque personne à imaginer ou construire et à mettre en œuvre une idée neuve, inconnue et peut-être inexistante auparavant. La créativité nous donne l’aptitude de créer un objet, une idée ou une solution originale qui sort des chemins battus.

Il s’agit d’un processus complexe qui inclut des aptitudes variées : émotionnelles, psychologiques, sociales et même spirituelles.

La créativité est un pilier fondamental de notre progrès intérieur et extérieur. Sans elle, le progrès scientifique, mais également technologique ne serait pas possible. En même temps, notre développement personnel stagnerait également, nous n’avancerions pas dans notre vie. 

Mais d’où vient cette créativité ? Pourquoi une personne est plus créative que l’autre ? Est-elle vraiment située dans l’hémisphère droit de notre cerveau, ou peut-être ailleurs ?

Lire la suite …

Mâchoire inférieure d'un requin

D’un point de vue anatomique, nos dents font partie de l’appareil digestifs. Ce sont des organes minéralisés qui ont évolué de manière très différente dans les différentes lignées de vertébrés. Ainsi, les mammifères présentent des types dentaires très distincts, et d’autres, comme les oiseaux, ont subi une perte complète de la dentition.

L’évolution des dents dans l’histoire dépend en grande partie du régime alimentaire. Chez les dents des mammifères, on peut observer une très grande spécialisation dentaire.

Le tissu dentaire fait partie des tissus conjonctifs.

Les quatre principaux tissus qui constituent la dent sont l’émail (améloblastes), la dentine, le cément et la pulpe dentaire.

Lire la suite …

Hypercholestérolémie

Dans le langage courant, l’hypercholestérolémie correspond, à une augmentation ou un excès du cholestérol LDL, donc du « mauvais cholestérol », qui est un facteur de risque cardiovasculaire. Il peut être responsable de maladies cardiovasculaires telles qu’un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral ou une artériopathie oblitérante des membres inférieurs.

L’hypercholestérolémie fait partie des pathologies de la famille des hyperlipidémies ou dyslipidémies. Dans ce groupe, on trouve également l’hypertriglycéridémie qui est un excès de triglycérides dans le sang avec des conséquences relativement similaire à l’hypercholestérolémie.

Dans la naturopathie, l’hypercholestérolémie est considérée comme une surcharge colloïdale.

Lire la suite …

Cellule T - Lymphocyte 

La cellule est l’unité biologique structurelle et fonctionnelle fondamentale de tous les êtres vivants connus. C’est la plus petite unité vivante capable de se reproduire de façon autonome. Elle est l’élément fonctionnel et structural qui compose les tissus et organes des êtres vivants. Elle contient l’information génétique de l’individu et est à l’origine de la création biologique.

Tout généralement, les scientifiques distinguent deux grands groupes de substances :

La matière organique est formée de substances fabriquées par les êtres vivants, riches en atomes de carbone, hydrogène, oxygène et azote. Les glucides, protides et lipides sont des substances caractéristiques de la matière organique. Ce sont les cellules.

La matière minérale et inorganique, formée de substances non vivantes : les roches et les sels minéraux, l’eau, les substances contenues dans l’air comme le dioxyde de carbone. Le calcium, le magnésium, le fer etc. sont des minéraux importants pour notre santé.

Lire la suite …

Viande rouge

De manière générale, on peut dire que chaque surcharge quelconque génère du stress oxydatif pour l’organisme. Le stress oxydatif est synonyme d’une oxydation cellulaire.

Cette surcharge est très souvent d’abord exogène (venu de sources extérieures) et se convertit ensuite en surcharge endogène (intérieur) par le métabolisme, quand notre organisme essaie de digérer ou de se débarrasser des toxiques ingérés.

Lire la suite …

Tissu conjonctif

Le tissu conjonctif est sans aucun doute le type de tissus le plus représenté dans l’organisme humain ou animalier (deux tiers du volume total chez l’être humain et chez la plupart des animaux). Ce groupe tissulaire est très diversifié, tant sur le plan morphologique que sur le plan fonctionnel.

Ce sont des tissus qui dérivent du mésenchyme (tissu de soutien embryonnaire qui est à l’origine de la plupart des tissus organiques chez l’adulte). Ils ont tous une architecture diffuse, occupant souvent des espaces sans limite nette. Dans tous les cas, les cellules constitutives ne sont pas jointives : il n’y a jamais de jonctions, contrairement aux épithéliums avec les cellules jointives. Une substance intercellulaire formée de fibres et d’une substance fondamentale est toujours présente ; elle porte fréquemment le nom de matrice extracellulaire. C’est généralement la nature très variable de la composante extracellulaire qui détermine la catégorie de tissu conjonctif.

Lire la suite …

Homéostasie cellulaire

L’homéostasie est tout généralement la capacité que peut avoir un système quelconque (ouvert ou fermé) à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures. L’homéostasie est l’équilibre dynamique qui nous maintient en vie. L’homéostasie cellulaire est la maintenance de l’ensemble des paramètres physico-chimiques de l’organisme

Lire la suite …

Le tissu adipeux appartient à la famille des tissus conjonctifs et peut être considéré comme un organe très important. Populairement, il s’appelle aussi « masse grasse » ou plus courtement « graisse », et il constitue la cible principale de chaque régime pour perdre du poids. C’est un des plus grands réservoirs à énergie du corps humain.

Ce tissu a été négligé par les scientifiques pendant très longtemps, mais il est de plus en plus évident que les tissus adipeux agissent comme un véritable organe et contribuent de façon significative à la régulation de l’homéostasie cellulaire et tissulaire, et ceci par le biais des hormones et les enzymes.

Lire la suite …

œsophage

L’œsophage est la partie supérieure du tube digestive ; il fait directement suite au pharynx.

Il s’agit d’un tube creux qui relie le pharynx à au cardia de l’estomac, avec une longueur d’environ 25 à 30 cm et un diamètre de 2 cm chez l’adulte (ou une longueur de 5 cm chez le nouveau-né).

La paroi de l’œsophage est constituée de quatre couches de tissus, ou tuniques : la muqueuse, la sous-muqueuse, la musculeuse, et l’adventice (une petite partie de la portion abdominale est recouverte d’une séreuse en lieu et place de l’adventice).

Le fonctionnement de l’œsophage est commandé par un système nerveux qui lui est propre situé dans sa paroi.

Lire la suite …

Système digestif

Le système digestif, également appelé appareil digestif ou système gastro-intestinal, est responsable de la transformation des aliments, de leur métabolisme et de leur dégradation.

Ce système est vital, comme par exemple le système cardiovasculaire, nerveux ou immunitaire. Il extrait des aliments ingérés les macro- et micro-composants, en forme de grosses molécules : les protéines, glucides (sucres), acides gras (lipides), vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, et d’autres substances utilisables par l’organisme, comme les enzymes et les polyphénols.

La digestion mécanique et chimique débutent les deux dans la cavité buccale en cas de prise d’aliments et finissent avec l’évacuation des selles. La cavité buccale se compose des éléments suivants : lèvres et bouche, dents, salive et glandes salivaires, langue et pharynx.

Lire la suite …

Molécule ATP

Le tissu musculaire est constitué de milliers de cellules de forme allongée, appelées fibres musculaires. Ces fibres sont regroupées en paquets ou faisceaux.

Toutes ces cellules musculaires – mais pas seulement dans les muscles, toutes les cellules de notre organisme sont concernées – ont besoin constamment et sans interruption de l’énergie pour garantir leur survie. Cette énergie est fournie par l’ ATP, ou adénosine triphosphate.

Chez l’humain, l’ ATP constitue la seule énergie utilisable par le muscle. Toutes les cellules sont capables d’utiliser le glucose, mais ce n’est pas la seule source pour la production de l’ATP. 

Lire la suite …

Le nectaire d'une fleur fait partie des glandes dans la botanique (ici: pivoine).

Les glandes sont de petits et parfois même de grands organes très souvent méconnus ou négligés par le grand public.

Un organisme vivant est un système incroyablement complexe, où chaque organe doit être en relation avec les autres et bien coopérer pour faire fonctionner l’entité complète.

Les glandes ont des rôles très importants dans cette coopération, on pourrait presque dire qu’elles agissent comme de véritables « chefs d’orchestre » au sein de notre organisme. Elles contrôlent et corrigent les fonctions d’autres organes et des systèmes corporels entiers par le biais de substances intermédiaires qu’elles secrètent et qu’elles mettent à disposition.

De côté histologie, les glandes sont constituées d’un tissu épithélium, tout comme la peau (épiderme) et des muqueuses.

Lire la suite …