Le tissu conjonctif de soutien – Des tissus qui nous protègent


Fibroblaste avec noyau

Tissu conjonctif de soutien: fibroblaste avec noyau

Le tissu conjonctif de soutien est essentiellement spécialisé dans la connections, le soutien, l’emballage, la nutrition et la défense des organes. De nombreux types cellulaires proviennent de la différenciation des cellules mésenchymateuses.

Le tissu conjonctif de soutien se caractérise par une consistance de la substance fondamentale variable. Dans le tissu conjonctif, elle est semi solide, dans le tissu cartilagineux elle est solide et élastique, dans le tissu osseux elle est solide et rigide.

C’est le cas des cellules qui forment le tissu conjonctif de soutien :

  • les cellules du tissu conjonctif (fibroblastes et fibrocytes),
  • les cellules cartilagineuses (chondroblastes et chondrocytes) et
  • les cellules osseuses (ostéoblastes et ostéocytes).

Au cours du développement embryonnaire, les cellules mésenchymateuses qui se différencient en cellules conjonctives, cartilagineuses ou osseuses acquièrent un très grand pouvoir de synthèse ; elles élaborent les molécules de la matrice extra-cellulaire caractérisée par des fibres et de la substance fondamentale. Plus tard d’autres cellules s’ajoutent aux structures de bases préexistantes ce qui permet la mise en place du tissu conjonctif, du tissu cartilagineux ou du tissu osseux.

Les tissus de soutient comportent donc trois composants : des cellules, des fibres et de la substance fondamentale.

Tissu conjonctif de soutien – le tissu qui protège et qui soutient

Fibroblastes et fibrocytes

Un fibroblaste est une cellule présente dans le tissu conjonctif ; elle est parfois appelée cellule de soutien. Ce sont notamment des cellules résidentes du derme qui en assurent la cohérence et la souplesse. Le fibroblaste peut avoir toutes sortes de formes: fusiforme, étoilé, aplati ou allongé. Sa taille est de 20 à 30 μm (longueur) et de 5 à 10 μm (largeur).

Le fibroblaste a plusieurs rôles dans l’organisme, dont :

  • Rôle protecteur contre la constitution d’athéromes (athérosclérose), par la métabolisation du cholestérol ;
  • renouvellement du collagène et des protéines des fibres ;
  • défense anti-infectieuse et antivirale par la sécrétion de facteurs chimiotactiques ;
  • les fibroblastes interviennent dans le métabolisme des lipoprotéines (LDL) et du cholestérol ;
  • avant tout elles jouent un rôle d’enveloppe séparatrice de milieu, leurs propriétés sont intrinsèquement équivalentes à celle de la membrane cellulaire, ils gèrent et régulent les échanges chimico-physique entre l’intérieur et l’extérieur de l’application cellulaire.

Un fibrocyte est un fibroblaste au repos, que l’on trouve notamment au niveau de la cornée et des tendons. Le fibrocyte peut être provisoirement ou définitivement au repos, on y retrouve les mêmes organites qu’au niveau des fibroblastes, cependant le fibrocyte possède un noyau condensé (hétérochromatine), et possède une structure plus fusiforme (en fuseau), les organites sont beaucoup moins impliqués dans la synthèse de protéines exportable.

Tissu conjonctif de soutien: le tissu cartilagineux

Chondroblastes et chondrocytes

Le tissu cartilagineux est formé de chondrocytes et de chondroclastes.

Cartilage du genou

Coupe à travers le cartilage articulaire du tibia au niveau du genou

Les chondroblastes sont des cellules qui sont à l’origine du cartilage. Les chondroblastes sont des futurs chondrocytes. Un chondroblaste distingue une cellule déterminée mais indifférenciée du cartilage en croissance, sécrétant la matrice extracellulaire et subissant des mitoses.

Les chondroblastes se différencieront en chondrocytes, cellules matures du cartilage.

Les chondrocytes sont les cellules composant le cartilage. Les chondrocytes sont de forme variable (ovoïde, sphérique ou fusiforme), leur diamètre varie entre 10 et 40 μm. Les chondrocytes sont responsables de la synthèse des précurseurs protéiques des fibres et de la substance fondamentale cartilagineuse. Ils synthétisent aussi des cytokines et facteurs de croissance.

Classement du cartilage

Le cartilage est classé en trois types. Les cartilages sont diffèrents dans les quantités relatives de ces trois composantes principales.

Types de cartilages

Types de cartilages: A – Cartilage élastique, B – Cartilage hyalin, C – Cartilage fibreux

Cartilage hyalin

Les cellules de cartilage (chondrocytes) y sont volumineuses, et la matrice extracellulaire abondante. Les fibres de collagène de type II et XI forment un réseau à larges mailles, visible au microscope photonique. La vascularisation et l’innervation sont inexistantes : le chondrocyte se nourrit par imbibition à partir de l’os sous-chondral. Le chondrocyte secrète les molécules de la substance intercellulaire, des cytokines, des enzymes capables de dégrader la matrice. Elles présentent des récepteurs hormonaux à des hormones de croissance hypophysaire, à la thyroxine, à la testostérone et d’autres hormones sexuelles.

Il existe plusieurs sous-types de cartilages hyalins, comme par exemple :

  • le cartilage hyalin articulaire se trouve à la surface des articulations mobiles de type synoviale (avec une capsule synoviale) en continuité du périoste de l’os. On le retrouve, par exemple, dans le genou ;
  • le cartilage hyalin non-articulaire, présent dans :
    •  la cloison nasale séparant les deux fosses nasales,
    •  les cartilages thyroïde, cricoïde,
    •  les anneaux des grosses bronches et de la trachée,
    •  l’extrémité des côtes ainsi que les deux côtes flottantes.

A la naissance, certains os sont constitués en partie de ce type de cartilage. Puis, au fur et à mesure des années, sa proportion dans l’os diminue.

Cartilage fibreux ou fibrocartilage

Le cartilage fibreux ou fibrocartilage est un tissu intermédiaire entre le cartilage et le tissu conjonctif fibreux. On observe une majorité de collagène de type I, dense et orienté selon les forces de tension (en faisceaux ou entrecroisés). Il est riche en fibres de collagène, formant une trame visible au microscope photonique. Cette structure le rend très résistant aux tractions.

Quelques exemples sont :

  • les disques intervertébraux de la colonne vertébrale ;
  • la symphyse pubienne entre les deux os pubiens (qui forment la partie antérieure du bassin) ;
  • les ménisques des genoux ;
  • les sites d’insertions des ligaments, des tendons et des capsules articulaires.

Cartilage élastique

Le cartilage élastique est de couleur jaunâtre parce que riche en fibres élastiques et en fibres de collagène de type II, il maintient la forme d’une structure en lui conférant une grande élasticité.

On le retrouve au niveau :

  • de l’oreille externe (pavillon auriculaire et conduit auditif externe) ;
  • des trompes d’Eustache ;
  • de l’épiglotte ;
  • du cartilage aryténoïdes du larynx.

Métabolisme du tissu cartilagineux

Contrairement à d’autres tissus conjonctifs, le cartilage ne contient pas de vaisseaux sanguins. Les chondrocytes sont nourris par diffusion, aidés par l’action de pompage engendré par la compression du cartilage articulaire ou de la flexion élastique cartilage.

Ainsi, par rapport à d’autres tissus conjonctifs, le cartilage se développe et se répare plus lentement. Ces phénomènes sont réalisés par le périchondre, qui recouvre l’ensemble des cartilages (sauf le cartilage articulaire), et qui, lui, est très vascularisé.

À l’âge adulte, il n’y a plus de régénération du cartilage ; ainsi toute anomalie ou lésion est théoriquement irréversible. Cependant, les chercheurs et chirurgiens ont peu à peu établi diverses procédures et thérapies de réparation pour soigner les dommages au cartilage articulaire. L’utilisation de cellules-souches (cellules progénitrices ostéochondrales) est l’une des techniques envisagées pour la réparation de cartilage chez l’adulte humain.

Tissu conjonctif de soutien: le tissu osseux

Ostéoblastes, ostéocytes et ostéoclastes

Les ostéoblastes sont situés à la face interne et externe de l’os, et sont présents dans le tissu osseux en croissance ou en transformation (c’est-à-dire tout au long de la vie puisque l’os, loin d’être un tissu inerte, est en perpétuel remaniement). Ce sont des cellules qui synthétisent la partie non-minérale des os (ostéoïde) et participent ensuite à la minéralisation de cette même matrice. La partie organique de la matrice osseuse est constituée à 90 % de collagène de type 1. Les ostéoblastes sécrètent donc principalement du collagène mais aussi diverses protéines.

Les ostéoblastes « s’emmurent vivants » dans des couches concentriques de tissu osseux et conservent des liens avec les autres cellules via des prolongements cytoplasmiques. Une fois totalement emmurés, on les appelle ostéocytes. Les ostéocytes poursuivent une activité de synthèse mais beaucoup plus modérée.

Ostéoblaste et ostéoclaste

Ostéoblaste et ostéoclaste

L’os doit adapter sa structure aux contraintes auquel il est soumis : il est donc en perpétuel remodelage. Les ostéoblastes, qui synthétisent de l’os, travaillent donc en synergie avec les ostéoclastes, qui sont capables de résorber l’os.

Les ostéoclastes sont des cellules multinuclées. Elles ont un diamètre de 50 à 100 μm. Elles sont responsables de la résorption du tissu osseux, et participent donc à son renouvellement continu.

Les ostéoclastes sont donc les cellules responsables de la résorption osseuse en se fixant à la matrice osseuse via le développement de jonctions. L’activité ostéoclastique est permanente et nécessaire au maintien de la solidité osseuse, en synergie avec l’activité des ostéoblastes.

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Tissu conjonctif – Description, fonctions et composition

Le tissu dentaire – Un tissu conjonctif qui constitue nos dents

Tissu adipeux – Graisse avec une action hormonale importante

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin. Ce site ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 

Crédits/sources images: 

  • Fibroblaste: Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0, Heiti Paves
  • Cartilage articulaire: Baudry.svt.free.fr
  • Types de cartilages: Creative Commons, CC-BY-SA 4.0, by Shiloh117981894 
  • Ostéoblaste et ostéoclaste: Gray’s Anatomy

Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Notifications  
Me notifier des