Cholestérol LDL et HDL- Définition, rôles et régulation

Cholestérol

Les valeurs de cholestérol (LDL et HDL) peuvent en partie être influencées par notre alimentation.

Le cholestérol est la substance lipidique la plus abondante du monde animal (dont humain) et la plus importante d’un point de vue métabolique. Le cholestérol total comprend le cholestérol HDL (High Density Lipoprotein), souvent appelé « bon » cholestérol  et le cholestérol LDL (Low Density Lipoprotein), souvent appelé « mauvais » cholestérol. Les molécules HDL et LDL ont reçu ces surnoms populaires à cause de leurs fonctions différentes dans notre organisme: tout généralement, on peut dire que les LDL amènent le cholestérol dans les cellules, et les HDL enlèvent et nettoient l’excès des artères.

Lire plus

Les signes d’un taux vibratoire élevé

Les signes d'un taux vibratoire élevé

Les signes d’un taux vibratoire élevé sont visibles pour tout le monde. Un taux vibratoire élevé attire les personnes, les objets et les évènements qui vibrent de la même façon.

Concernant le taux vibratoire, de plus en plus de personnes se posent des questions telles quelles : Comment reconnaître les signes d’un taux vibratoire élevé ? Quel est mon potentiel ? Est-il possible que j’aie un taux vibratoire élevé, et si ceci n’est pas le cas, comment l’atteindre ?

Il existe beaucoup de possibilités d’augmenter son taux vibratoire. Mais pour cela, il faudra tout d’abord déjà identifier les responsables principaux qui diminuent notre taux ou qui empêchent d’atteindre un taux vibratoire élevé.

Lire plus

Hyperlipidémie – Quand il y a trop de graisses dans le sang

Hyperlipidémie

L’ hyperlipidémie est un facteur de risque pour des maladies cardio-vasculaires.

Qu’est-ce l’ hyperlipidémie ? Quand votre médecin parle de l’ hyperlipidémie, c’est le fait d’avoir un taux élevé de lipides dans le sang. Il s’agit donc d’un excès de graisse.

De ces lipides font partie d’un côté le cholestérol : dans cette famille, on distingue le « mauvais » cholestérol (LDL-C, transporté par les lipoprotéines LDL)  et le « bon » cholestérol (HDL-C, transporté par les lipoprotéines HDL). On y trouve parfois également les VLDL (lipoprotéines de très basse densité). Dans le bilan sanguin, le tout sera exprimé sous l’expression « cholestérol total ».

Lire plus

Quel intérêt d’un taux vibratoire élevé ?

Taux vibratoire élevé

Notre taux vibratoire élevé ou plus bas dépend entièrement de nos actes quotidiens.

Le taux vibratoire de chaque Être vivant varie d’un individu à l’autre, en fonction de son degré d’évolution personnelle, énergétique, karmique, émotionnelle et spirituelle. Il peut être mesuré avec le biomètre Bovis, en unités Bovis (UB). Deux personnes de la même famille peuvent donc avoir des taux vibratoires tout à fait différents, l’un des deux peut posséder un taux vibratoire élevé, l’autre un taux un peu ou beaucoup plus bas. Le taux vibratoire ne dépend pas de nos gènes, mais notre « paquet génétique » que l’on reçoit à notre naissance peut l’influencer sur le plan physique (par exemple par des maladies génétiques) et sur le plan énergétique (comment on gère ces maladies).

Lire plus

Le biomètre de Bovis – Comment mesurer les unités Bovis

Représentation conventionnelle des unités Bovis

Représentation des unités Bovis (UB)

André Bovis était un physicien, inventeur et chaudronnier originaire de Nice. Dans les années 1930, ses investigations personnelles lui permirent d’établir une échelle de valeur afin de quantifier l’énergie vitale contenue dans les aliments : l’échelle Bovis qui mesurait les unités Bovis était née.

André Bovis, qui cherchait à mesurer la vitalité et les vibrations des aliments, avait conçu une règle graduée de 0 à 36 000, appelée désormais le biomètre, dont l’unité de mesure est l’angström. Pour raison de facilité, ces angströms furent ensuite convertis en « Bovis » ou « unités Bovis ». Aujourd’hui, les « unités Bovis » sont souvent dénommées « UB » dans de nombreux ouvrages.

Lire plus

Le diabète est une épidémie moderne

Le diabète est une épidémie

Le diabète est une épidémie moderne dont le taux ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé OMS, il y a environ 422 millions de personnes qui souffrent du diabète dans le monde (2014). Le nombre de diabétiques chez les adultes de plus de 18 ans est passé ainsi de 4.7 % en 1980 à 8.5 % en 2014. Ce pourcentage augmente rapidement sans cesse. L’OMS prévoit qu’en 2030, chaque 7ème décès sera lié au diabète et ses conséquences. Tous ces chiffres nous montrent malheureusement: le diabète est une épidémie qui se propage à une vitesse presque incontrôlable. 

Lire plus

Le tissu conjonctif de soutien – Des tissus qui nous protègent

Fibroblaste avec noyau

Tissu conjonctif de soutien: fibroblaste avec noyau

Le tissu conjonctif de soutien est essentiellement spécialisé dans la connections, le soutien, l’emballage, la nutrition et la défense des organes. De nombreux types cellulaires proviennent de la différenciation des cellules mésenchymateuses.

Le tissu conjonctif de soutien se caractérise par une consistance de la substance fondamentale variable. Dans le tissu conjonctif, elle est semi solide, dans le tissu cartilagineux elle est solide et élastique, dans le tissu osseux elle est solide et rigide.

Lire plus

Tissu conjonctif – Description, fonctions et composition

Tissu conjonctif

Le tissu conjonctif est le tissu le plus présent dans notre organisme.

Les tissus conjonctifs sont sans aucun doute les tissus les plus représentés dans l’organisme humain ou animalier (deux tiers du volume total chez l’être humain et chez la plupart des animaux). Ils sont très diversifiés, tant sur le plan morphologique que sur le plan fonctionnel.

Ce sont des tissus qui dérivent du mésenchyme (tissu de soutien embryonnaire qui est à l’origine de la plupart des tissus organiques chez l’adulte). Ils ont tous une architecture diffuse, occupant souvent des espaces sans limite nette. Dans tous les cas, les cellules constitutives ne sont pas jointives : il n’y a jamais de jonctions, contrairement aux épithéliums avec les cellules jointives.

Lire plus

Le diabète n’est pas une fatalité

Le diabète n'est pas une fatalité!

Le diabète n’est pas une fatalité! On peut l’inverser avec des changements drastiques de comportement et d’alimentation.

La bonne nouvelle tout d’abord : non, le diabète n’est pas une fatalité ! Même s’il s’agit d’une maladie chronique avec des conséquences qui peuvent être néfastes, même fatales, on peut la combattre ! Il y a beaucoup de fronts sur lesquels on peut agir pour améliorer la maladie, la freiner dans son développement, et on peut même réussir à la faire régresser drastiquement et abaisser son taux de glycémie sur des valeurs normales.

Comment? Retenons de suite qu’à partir de maintenant, tout doit changer!

Lire plus