Humorisme, Partie 2 – Les émonctoires


Humorisme – Les quatre émonctoires./Naturolistique

 

Cet article est la suite de “Humorisme, Partie 1 – L’approche par les liquides de l’organisme”.

Comme on l’a vu dans l’article précédent, l’humorisme représente le pôle scientifique dans la naturopathie ou l’approche holistique. Les humeurs sont les différents liquides du corps humain comme le sang, la lymphe, la bile jaune, la bile noire, les liquides inter-cellulaires et les liquides intra-cellulaires.

L’encrassement de ces humeurs influence la qualité du terrain et peut être à la source de la genèse d’une maladie chronique. Lorsqu’il y a une surcharge en toxines ou en toxiques, ceux-ci s’accumulent dans les humeurs (ou liquides physiologiques) et peuvent se déposer dans les différents organes ou vaisseaux pour y provoquer la pathologie.

Le corps possède ses propres éléments de régulation permettant le maintien de l’homéostasie grâce au travail des émonctoires (les reins, intestins, peau, poumons et foie) qui sont des portes de sortie pour éliminer les déchets en tout genre.

La médecine holistique a comme but principale de veiller au bon fonctionnement de ces émonctoires. Elle saura les « décrasser » avec des cures comme les monodiètes ; l’activité physique ou les stimuler avec des plantes ou des huiles essentielles par exemple.

 

Quatre filtres pour nos humeurs : les émonctoires

L’organisme dispose de quatre portes de sorties naturelles pour éliminer les déchets : les émonctoires. Ce sont :

  • Le système cutané ;
  • le système urinaire ;
  • le système respiratoire ;
  • le système intestinal avec le foie et la vésicule biliaire.

Ces émonctoires éliminent les déchets sous forme d’urine, de matières fécales, de crachats ou de transpiration.

 

Le foie – des fonctions nombreuses et complexes

Les fonctions du foie sont énormément nombreuses et complexes, allant de la régulation hormonale à l’épuration biliaire, du rôle anti-toxique au stockage glycogénique, sans même aborder ses fonctions bio-énergétiques étudiées en médecine chinoise, ni sa symbolique psychosomatique bien réelle.

Le stress, le carnivorisme, la consommation augmentée de sucre blanc et de farines raffinées, et le mélangisme systématiques en aliments tous confondus suffisent à l’éprouver, ajoutons à cela quelques médicaments et les contraceptifs, et nous aurons des bilans les plus pointus en matière de biologie sanguine et hépathique montrant toujours un tableau de mini-hépatite chronique et plus particulièrement chez les femmes sous pilule.

 

Les reins – Emonctoires spécialisées de détoxication

Rares sont également les vésicules biliaires réellement fonctionnelles : dyskinésies habituelles, des vésicules atones, encombrées de boue, de sable ou autres lithiases etc. empêchent un fonctionnement correct.

Les reins, émonctoires spécialisés dans le drainage des surcharges dites « cristalloïdales ». Energétiquement parlant d’abord, car le stress, toutes les formes de peur en particulier, les épuisent jusqu’à les léser gravement. Métaboliquement ensuite, lorsque l’on sait que les surcharges protéiques, les abus carnés, les insuffisances de liquides concourent à leur perte.

 

Les poumons – Fonction purificatrice par les échanges gazeuses

Les poumons possèdent peu de fonction émonctorielle, au sens où l’on peut le comprendre avec le foie ou les reins. Pourtant le gaz carbonique, la vapeur d’eau et les quelques déchets gazeux exhalés prouvent sa fonction purificatrice. Plus encore, ses expectorations de mucus et de crachats, plus ou moins riches en molécules lipo-protéiques ou lipo-glucidiques, voire en micro-cristaux, en font bien un organe d’épuration supplémentaire.

Dépendant du terrain (surcharges humorales, carences, déséquilibres neuro-endocriniens, perméabilités d’autres émonctoires etc.), les poumons peuvent devenir un organe émonctoriel de choix lors des bronchites et autres catarrhes pulmonaires. Autant que l’eau de boisson pour les reins, l’air respiré demeure la prévention et souvent le traitement idéal à ces problèmes fonctionnels. Encore faut-il respirer une certaine qualité d’air …

 

La peau – Emonctoire important pour éliminer les toxiques et toxines

Ultime émonctoire et pourtant pas le moindre, la peau possède des fonctions essentielles. Par ses glandes sudoripares, la peau joue un rôle de relais rénal parfait : par grandes chaleurs, des litres de sueur peuvent être éliminés avec peu ou pas d’urine émise. Cette transpiration rejette des quantités fabuleuses de toxiques et de toxines (déchets exogènes et endogènes).

Les bains hyperthermiques, les saunas et hammams sont souvent conseillés par les naturopathes dans de très nombreux cas nécessitant une dilatation ou une épuration « chaude et humide », selon Hippocrate. Tous les grands arthritiques, rhumatisants, frileux, longilignes et anxieux apprécient des pratiques qui les relaxent profondément et harmonisent leurs métabolismes.

Secondes glandes cutanées sont – à côtés des glandes sudoripares – les sébacées. Elles produisent cette sueur plus grasse et épaisse qui graisse les cheveux, les ailes du nez et le front. C’est cette fois le milieu lymphatique plus que sanguin qui est ici drainé par ces glandes. Ce sébum assure, lorsqu’il est sécrété en quantité normale, l’imperméabilité de la peau et sa lubrification. En cas d’hyperséborrhée (production de sébum trop importante), la peau, surtout du visage, devient luisante, les bulbes capillaires s’étouffent et dégénèrent.

Dans tous les cas, transpirer demeure une fonction saine et normale.

Notre comportement sédentarisé à l’extrême parfois ne sollicite plus qu’exceptionnellement la peau. Une peau saine est vivante : chaude (même derrière les bras, sur les côtés des cuisses), souple, sensible, mobile, élastique, à l’écoute des messages reçus et donnés.

 

L’humorisme, c’est l’anabolisme et le catabolisme et plus encore !

Les mystères des régulations humorales ne sont pas tous élucidés. Il demeure que le bon sens nous invite à rester attentifs aux surcharges et aux carences et que la tradition hygiéniste évoque les cures de purification (drainages, désintoxication) pour faire face aux surcharges et les cures de revitalisation (stimulation, énergétisation, compléments nutritionnels) pour faire face aux carences.

A suivre:

Humorisme, Partie 1 – L’approche par les liquides de l’organisme

Humorisme, Partie 3 – La traversée humorale

 

En cas de malaise ou de maladie, nous vous prions de consulter en tout cas un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer correctement votre état de santé. Le contenu de ce site et de ses pages annexées ne remplace en aucun cas le diagnostic d’un médecin. Ce site ne permet pas de faire de diagnostic médical ou une recommandation de traitement médical pour aucune pathologie ou affection quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation des conseils donnés.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 


Taggé , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Notifications  
Me notifier des